Charlie Puth, Arctic Monkeys, S.Pri Noir… C’est dans les bacs !

Vendredi, journée des nouveautés musicales ! Et aujourd’hui vous avez de quoi faire avec KeBlack, Beach House, Ty Dolla $ign… Tour d’horizon avec aficia.

Que vous réserve votre week-end musical avec toutes les sorties de ce vendredi ? Car vous allez avoir le choix entre Charlie Puth, Arctic Monkeys, Ry Cooder ou encore S.Pri Noir…

Charlie Puth – Voicenotes

Le hitmaker revient avec un 2e album… Après un premier album, Nine Track Mind, écoulé à 200.000 exemplaires en France grâce à 3 singles emblématiques dans les tops airplay (« One Call Away », « Marvin Gaye », « We Don’t Talk Anymore »), Charlie Puth revient avec Voicenotes. L’auteur, compositeur et interprète ravit ses fans avec un second album déjà porté par des singles au succès incontestable comme « Attention » n°1 de l’airplay en France et « How Long ». L’auteur, compositeur et producteur confirme son talent et sa place indiscutable parmi les nouvelles icônes pop actuelles.

Arctic Monkeys – Tranquility Base Hotel & Casino

Arctic Monkeys est de retour avec son sixième album Tranquility Base Hotel & Casino. Produit par James Ford et Alex Turner, l’album a été enregistré à Los Angeles, Paris et Londres. Sur ce premier album depuis AM en 2013, comme sur les précédents, le groupe est déterminé à continuer d’explorer de nouveaux terrains musicaux. Tranquility Base Hotel & Casino augmente considérablement la mise. C’est un album riche et brillant qui reflète de façon encore plus exhaustive la vision créative d’Alex Turner.

S.Pri Noir – Masque blanc

S.Pri Noir rappe depuis dix ans et s’il ne sort son premier qu’aujourd’hui, sa carrière est pourtant déjà bien remplie. Sa particularité, c’est que c’est un rappeur de cité qui n’a jamais trop donné dans le rap de cité, même s’il sait très bien en faire. C’est justement parce qu’il construit son propre truc depuis des années qu’il est aussi en place, aussi respecté, admiré, suivi par ses pairs. Masque Blanc est tout sauf un disque typique de la scène rap hexagonale de 2018. Des featurings, de longues plages où les rythmiques sont discrètes sinon absentes, et puis des choses carrément venues d’ailleurs, que ce soit de la musique sénégalaise, de la house et puis ça et là, beaucoup de ces vibrations caribéennes, hispaniques, électro ou R&B qui composent aujourd’hui la matière première de la pop globale. C’est un disque qui évoque fois les débuts d’S.Pri Noir – notamment son goût précoce du ‘kickage’ à l’ancienne, c’est à dire de ces flows virtuoses et rentre-dedans façon Time Bomb ou Secteur Ä – et qui s’ancre dans un présent où le rap, devenu la langue musicale la plus parlée de France, n’est non plus juste un genre musical, mais le mode d’expression le plus répandu et le plus diversifié dont s’empare la jeunesse.

KeBlack – Appartement 105

29 titres… Rien que ça ! KeBlack lache avec Appartement 105 un double album avec des featurings qui devraient ravir les adeptes du genre. Notons la présence de Yaro & La Folie sur « Venga », Sofiane sur « Bah ouais », Naza sur « On se pose des questions » ou encore Youssoupha avec « Demain j’arrête ».

Beach House – 7

Les maîtres de la dream pop reviennent avec un nouvel album splendide. Beach House présente ainsi son septième album intitulé 7. Alors qu’ils avaient l’habitude de se limiter à produire ce qu’ils étaient capables de reproduire sur scène, sur cet album, cette limitation a, cette fois, été ignorée. De même, à la différence des albums précédents, 7 n’a pas de producteur au sens traditionnel du terme. Sonic Boom (Peter Kember) de Spacemen 3 a joué un rôle primordial sur cet album en refusant les conventions. Ce qui a permis de produire un son vivant, frais et protégé des problèmes de productions surchargées s’acharnant à atteindre la perfection. Le batteur James Barone à qui Beach House fait confiance depuis 2016, a joué sur l’intégralité de l’album, apportant son aide afin de mettre le rythme au cœur de plusieurs de ces morceaux.

Ty Dolla $ign – Beach House 3

26 pistes dans sa version ‘Deluxe’, Ty Dolla $ign nous gâte avec Beach House 3. Partant à la recherche d’un idéal utopique, le rappeur originaire de Los Angeles offre ce qu’il fait de mieux : des collaborations 5 étoiles. Ainsi, on retrouve notamment Lil Wayne, Tory Lanez, Future, Jeremih, Pharrell, Wiz Khalifa, Skrillex… Bref, Beach House 3 est un écrin percutant !

Bad Wolves – Disobey

Bad Wolves n’est pas seulement un groupe, c’est une boule de destruction massive détruisant tout sur son passage. Enregistré par plusieurs producteurs tels que Kane Churko notamment (Ozzy Osbourne, Papa Roach) – qui a mixé les titres « Remember When » et « Zombie » – Disobey est une collection de morceaux montrant ce groupe de vétérans de Los Angeles en pleine recherche d’un espace sonique qu’ils n’avaient jamais exploré auparavant.

Ry Cooder – The Prodigal Son

Ry Cooder dégaine l’album The Prodigal Son. Un album que le guitariste décrit comme une représentation musicale de l’Amérique moderne à travers trois titres originaux composés avec son fils Joachim Cooder et des réinterprétations des chansons traditionnelles des Pilgrim Travellers, des Stanley Brothers, de Blind Willie Johnson, William L. Dawson… Le multi-instrumentaliste et maître de la guitare slide, aura donc attendu six ans avant de publier le successeur de Election Special.

Loreena McKennitt – Lost Souls

Fidèle au style qui l’a fait connaître, Lost Souls présente onze compositions originales d’inspiration celtique, arabisante et moyen-orientale se fondant en une trame sonore aussi nuancée qu’envoûtante. Composé sur plusieurs années, certains morceaux de Lost Souls entendus furtivement en live, reste toutefois inédits en version studio. Les autres titres ont vu le jour plus récemment, au fil de ses derniers projets et pérégrinations. Quelques-uns s’inspirent des poèmes de John Keats et de W.B. Yeats, alors qu’un autre évoque les délices du Moyen-Orient. Loreena McKennitt, au piano sur plusieurs titres, est accompagnée de ses collaborateurs de longue date : Caroline Lavelle au violoncelle, Hugh Marsh au violon, Brian Hughes à la guitare et Dudley Phillips à la basse.

Mais aussi…

Ricky Hollywood – L’aventure intérieure

Prophet & Mndsgn – Wanna Be Your Man

Andrew Sweeny – Free the Prisoners

Close

OUPS !

Vous utilisez un 'AdBlocker'. Pour soutenir un média libre, indépendant et TOTALEMENT GRATUIT, merci de le désactiver :)
X