Angus & Julia Stone en interview : « Ce serait différent si nous n’étions que des amis »

Angus & Julia Stone est de retour avec Snow, tout juste trois ans après la sortie d’un album éponyme qui avait fait sensation en France. Le duo se confie pour aficia.

Il y a dix ans, Angus & Julia Stone se faisait remarquer avec le titre « Big Jet Plane ». Depuis, le duo a su se renouveler sans jamais perdre sa signature d’origine, une folk mélodique et enivrante qui renaît à travers Snow, son quatrième album enregistré à la maison, dans le studio d’Angus. Trop rare dans les médias en dépit du succès qu’il rencontre, le plus célèbre tandem australien revient sur son parcours, la relation qui unit cette fratrie.

Il se disait que votre précédent album, sorti il y a trois ans, serait le dernier. Qu’est-ce qui vous a donc motivé à entrer à nouveau en studio ?

Angus : Je ne m’en suis même pas rendu compte en fait ! (Sourire) Je pense que tout s’est mis en place quand nous nous sommes retrouvés pour écrire la première chanson. Quelle était-la première chanson déjà Julia ?

Julia : C’était « My House Your House » je crois !

Angus : Ah oui, c’est ça ! (Rires) Comme je te le disais, tout s’est passé naturellement, comme d’habitude. Nous n’avons rien calculé. L’essentiel a été de créer de nouvelles chansons et de nous sentir bien. L’élément important a plutôt été de choisir le moment auquel il fallait sortir cet album. Le travail avait été un peu différent sur le précédent. Nous avions collaboré avec un producteur américain, Rick Rubin en l’occurrence, donc c’était plus officiel, plus cadré. C’est lui qui nous a d’ailleurs conseillé de travailler sur un nouvel album.

Julia : Pour en revenir à ce qu’Angus disait, c’est vrai qu’il y a eu une grande réflexion sur le moment à choisir pour revenir, une fois que nous avions terminé l’enregistrement de ces chansons. Ce disque que nous avons fait avec ce producteur aux États-Unis, c’était vraiment génial et la tournée qui l’a accompagné était tellement amusante… Je pense que c’est pour ça qu’on peut voir Snow comme la continuité de cette aventure. Une bonne passerelle pour faire encore plus de musique ensemble ! (Sourire)

Donner Snow comme nom à cet album, alors qu’on est encore en été, c’est assez singulier. Pourquoi avoir fait ce choix et quel sens lui donner ?

Angus : C’est assez drôle. En réalité, je voulais l’appeler différemment.

Julia : Vraiment ?

Angus : Je voulais l’appeler « Cellar Door ». La neige laisse un sentiment de vide, de luminosité et de douceur. Et il y a la chanson « Snow » en elle-même qui est une sorte de point de repère par rapport à ce que nous faisions ensemble. C’est l’une des chansons sur laquelle nous avons véritablement travaillé ensemble, conjointement. Voilà pourquoi nous avons décidé d’appeler l’album comme ça en fait.

Ce que nous avons fait ensemble est unique.

Pourquoi ne pas avoir continué à travailler en solo, chacun de votre côté ?

Julia : Je pense que quand nous avons débuté ensemble, nous étions un peu jeunes pour comprendre. On a juste suivi ce qui se présentait devant nous. Au tout début, nous avions chacun notre carrière. Angus faisait ses concerts, il m’arrivait d’aller chanter avec lui et vice-versa. Quelqu’un nous a suggéré de rassembler nos chansons sur un seul et même album. Faire les choses comme ça, ça nous a permis de faire des concerts ensemble, de gagner de l’argent pour partir vivre à Londres, et le reste a été un enchaînement. Mais la suite, tu la connais déjà ! (Sourire) Ce duo ne nous a pas empêché de faire des pauses, de travailler sur nos propres projets et de nous retrouver pour ce nouvel album. Ce que nous avons fait ensemble est unique et ce que nous faisons séparément est bien aussi. Je trouve intéressant l’idée des voix masculine et féminine, le fait que l’on ait une histoire, un ADN, une identité vocale commune. C’est excitant !

À propos de votre relation, continuez-vous de vous découvrir l’un et l’autre au fil des années, et évoluez-vous au même rythme ?

Angus : Je ne sais pas si le fait d’être frère et sœur change vraiment quelque chose. On s’est toujours dit  quand ça n’allait pas sur une chanson, on a toujours fait nos choix ensemble.

Julia : Je pense que j’ai souvent appris avec Angus sur l’importance de croire en soi. La confiance. C’est un sentiment avec lequel j’ai toujours eu beaucoup de mal. Angus est différent lui. Il sait facilement faire la différence en ce qu’il veut dans sa vie personnelle et dans la musique, et j’aimerais être comme lui. Tu sais, c’est important d’avoir la capacité de pouvoir choisir la vie que tu veux mener. C’est quelque chose de primordial à prendre en compte quand on est en studio, car quand nous ne sommes que tous les deux, c’est facile. Et quand nous avons des musiciens à diriger, il faut savoir où nous allons. Voilà ce que j’ai appris dans notre relation, avec ce travail en fratrie.

Pensez-vous que d’être un duo frère/sœur a joué un rôle dans votre succès ?

Angus : Je le pense, bien sûr ! On peut parler vraiment dans ce genre de relations. Je pense que c’est une situation bien particulière. Quand on ressent que quelque chose ne va pas, on peut en parler tout de suite. Si tu es proche de quelqu’un, je suppose que ça aide beaucoup. Ce serait différent si nous n’étions que des amis.

Regardez le clip du single « Snow » d’Angus & Julia Stone :

Vous avez enregistré l’album chez toi Angus. Qu’est-ce que ça a changé dans votre façon de travailler ?

Angus : C’est vrai qu’enregistrer à la maison a été une expérience incroyable. Tu peux gérer ta journée comme tu l’entends, faire à manger, regarder la TV… Pendant l’enregistrement, on était assez relax je dois dire, on prenait notre temps tout en faisant un vrai travail sur le son. Si le public arrive à entendre ce travail sonore, c’est vraiment cool !

C’est en France que nous avons la plus grande communauté de fans.

Comment percevez-vous l’accueil chaleureux que le public français fait à votre musique ?

Julia : Le public français a toujours été incroyable, chaque fois que nous sommes venus jouer ici. C’était surprenant pour nous qu’il connaisse aussi bien nos chansons et qu’il nous réserve toujours un très bon accueil. Vraiment incroyable et spécial ! Je pense que c’est en France que nous avons la plus grande communauté de fans, passionnée et qui nous fait confiance. À chacun de nos concerts, on a vraiment l’impression que les fans veulent être présents, et il y a un petit groupe adorable qui est toujours là, fidèle au poste.

Pensez-vous repartir en solo un jour ?

Julia : Angus a sorti un album l’année dernière avec son groupe Dope Lemon, et il est parti en tournée en Australie. Honey Bones a connu un bon succès chez nous. Pour ma part, je suis en train de travailler sur différents projets avec un ami à New-York. Je sortirai peut-être un album un jour ! Je ne sais pas…

Retrouvez l’intégralité de l’interview d’Angus & Julia Stone
dans le second numéro d’aficia | Le Mag
En voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *