Clip « False Alarm » : The Weeknd nous entraîne dans une course poursuite mortelle

the-weeknd-capture-decran-youtube
The Weeknd - Capture d'écran YouTube

The Weeknd dévoile un nouveau clip pour illustrer le titre « False Alarm ». Découvrez-le sans plus attendre avec aficia !

Numéro deux aux États-Unis, aussi bien classé au Royaume-Uni et troisième en France avec son nouveau single « Starboy » (feat. Daft Punk), The Weeknd réalise un comeback triomphal. Un an et demi après le succès de son deuxième opus Beauty Behind the Madness (plus de deux millions de ventes), lequel a notamment accouché des hits « In the Night », « The Hills » et « Can’t Feel My Face », le chanteur canadien revient avec un son différent. C’est ce qu’il avait annoncé lors d’un entretien accordé au magazine VMAN il y a quelques semaines, évoquant la tonalité d’un troisième album « punk », « agressif » et « sensuel », des influences R&B mais aussi new wave, affirmant que ce nouvel opus intitulé Starboy était le « meilleur » qu’il n’avait jamais enregistré.

Trop violent pour les enfants !

Deux jours seulement après la mise en ligne du clip de son featuring avec Daft Punk, The Weeknd a confirmé cette orientation en dégainant la chanson « False Alarm », au refrain énervé. Et là encore, le chanteur frappe fort avec une vidéo qu’il vient de mettre en ligne, prévenant les plus jeunes internautes qu’elle est beaucoup trop violente pour eux. En effet, si le clip signé Ilya Naishuller est digne d’un court-métrage, il n’est pas à mettre devant les yeux de n’importe qui. En caméra subjective, The Weeknd nous invite à le suivre dans un braquage de banque sanguinolent. À l’issue d’une course poursuite réalisée avec beaucoup de réalisme, le chanteur finit par se coller une balle dans la tête.

Découvrez le nouveau clip « False Alarm » de The Weeknd :

Lors de cette même interview, l’interprète de « Earned It » a parlé de ses inspirations focalisées sur le septième art, citant notamment les œuvres de David Lynch, David Cronenberg, Stanley Kubrick et Martin Scorsese. « J’ai été très intrigué par ‘Amadeus' » a-t-il expliqué, faisant référence au film de Milos Forman (1984) primé aux Oscars et révélant qu’il avait souhaité, à partir de là, aborder son rapport à la religion au regard de sa « vie matérialiste ». Rendez-vous dans les bacs le 25 novembre.