Synapson et The Avener en concert, nous y étions !

Ils cartonnent actuellement dans les clubs et dans les charts, l’occasion pour #Aficia d’aller un œil de plus près à leurs arts, On ne peut pas dire que Synapson et The Avener nous ont pas déçu durant cette soirée pleines de vies et de musique bien sûr ! Pour les absents, nous vous faisons un résumé !

L’Usine d’Istres, un établissement public intercommunal, avait vu juste il y a plusieurs mois de cela en programmant The Avener et Synapson pour une soirée exceptionnelle. Chacun d’entre eux a vu son destin être chamboulé par des fans en furie face à leur morceau absolument jouissif. C’est le cas Synapson. Ce duo remarqué dans des espaces chics de Paris ou même à travers le Monde où des DJs reconnus tels que Steve Aoki sont passés, a bel et bien renverser le lieu durant un set d’une heure et demi. Une musique les influences soul, house et jazz. Synapson façonne rapidement sa marque de fabrique en instaurant une image de dandy chic et impulse des productions soignées à mi chemin entre la deep house et nu-disco. Arrivé au bon moment dans l’univers musical, le duo a signé un tube avec leur single « Djon Maya ». C’est d’ailleurs avec ce titre que le set s’est ouvert, offrant une époustouflante ambiance, digne des plus grosses discothèques de France. Jamais fatigué, le duo a littéralement fait monter la température avec des titres toujours aussi audacieux et planants, comme en témoigne ce court extrait provenant de leur compte instagram.

View this post on Instagram

Merci Istres ! 👌

A post shared by SYNAPSON (@synapson) on

Infatigable, Synapson a mis en trance son public toujours aussi dingue de sa musique attrayante. Portant une très forte amitié avec un autre DJ français, du nom de The Avener, le duo a laissé tranquillement sa place. Une transition a d’ailleurs eu lieu, où l’on pouvait retrouver à un moment donné les trois DJ ensemble sur les platines.  Une généreuse gentillesse de la part de Synapson qui nous a quittés sur un mix complètement fou. The Avener publiait son premier album la semaine dernière, l’occasion pour lui de montrer qu’il était aussi bon aux platines qu’en studio. Une recherche imposante de son, une  recherche du dosage parfait entre acoustique et électro… Pour son premier album intitulé « The Wanderings of the Avener », le DJ a sollicité Phoebe Killdeer, Andy Bey, Kadebostany, Ane Brun, John Lee Hooker, Rodriguez, N*Grandjean, The Be Good, Tanyas, Adam Cohen, Jake Issac, Mazzy Star et… Synapson !  Blues séminal, folk underground, pop nocturne, rock iconique, artistes oubliées des années 70 et 80, The Avener déambule dans les allées secrètes de sa mémoire pour nous offrir en ce jour un mix parfait.

Très attendu, The Avener, qui fêtait en ce jour son anniversaire, s’est affirmé comme la redécouverte du chaînon manquant entre l’émotion harmonique et la pulsion de danse. Un mix très bien mené, avec parfois des samples provenant d’ailleurs ; amenant par ailleurs une tout autre dimension à sa musique, peut –être plus moderne et dansant par la même occasion. Un mix de plus d’une heure et demie, le jeune DJ en a profité pour faire découvrir son premier album avec seulement quelques morceaux, trois, pas plus, comme l’excellent « Hate Street Dialogue » ou le single événement « Fade out lines ». The Avener a su dirigé son public essentiellement jeune (20-30 ans) dans son univers, comme en témoigne la vidéo ci-dessous.