Avec √, Stromae est juste Formidable

Son nouvel album est disponible depuis aujourd’hui dans les bacs, second album qui risque bien de connaître le même succès que le premier opus du jeune artiste belge.

Un lancement magistral avec une vidéo buzz : plus de 16 millions de vues pour son clip tourné en caméra caché en plein centre de Bruxelles, « Formidable » annonçait les prémisses d’un retour surprenant. « Papaoutai », second extrait de l’album, a largement rythmé l’été.

« Racine Carrée » l’opération gagnante

Son premier album avait été enregistré dans sa chambre d’ado, il y a maintenant trois ans. Il renouvelle une fois encore l’expérience de l’enregistrement maison puisque c’est dans son grenier qu’il prépare et enregistre son nouvel album. Une solitude utile à sa création, pour allez au bout des choses.

Mais le fait maison rime avec une opération réussie : l’album surfe sur des sonorités tribales, guitares congolaises, odeurs des îles sans oublier la touche électro. Un mélange électrisant sans tomber, toutefois, dans l’hommage à la culture africaine.

Choc auditif

Passé « Papaoutai » et « Formidable » nous tombons rapidement sur des perles qui semblent ne plus vouloir finir de nous surprendre. La musique est bonne, les paroles semblent être d’or.

Mais oui, on se connaît bien. T’as d’abord voulu te faire ma mère. T’as commencé par ses seins. Et puis du poumon à mon père, tu t’en souviens? Il viens de tutoyer le cancer dans « Quand c’est », étrange dialogue planant avec la mort qui vient cueillir au hasard.

Il flirte ainsi avec l’actualité, les modes de vie, la violence et la démagogie moderne. Les relations virtuelles prennent une sévère claquent dans « Carmen », il se fait femme sur « Tous les mêmes » pour nous conter les rapports amoureux pas toujours roses, il balance sur le fléau du Sida dans « Moules frites ».

Sa claque encore plus sur « Bâtard » et on explose avec « AVF », un trio plus qu’efficace avec Maitre Gims et Orelsan. Traduire « AVF » par allez vous faire… Un doigt d’honneur magistralement talentueux à la démagogie actuelle.

« Je ne dis pas ce que je pense, mais je pense ce que je dis », dans ce cas précis Stromae a bien raison de le faire ainsi. Son album est une véritable bouffé d’air frais dans la musique d’aujourd’hui. De la vraie musique avec de vrais textes. Un véritable talent qui se conjugue magnifiquement bien sur cette opération totalement réussie : la racine carré est le résultat d’une opération simple, Stromae est un artiste complet, un grand.