Vald

Nous avons écouté « NQNT2 » de Vald…

Comme prévu, Vald vient de sortir le deuxième opus de sa mixtape, composé d’un tracklist aux textes techniques et toujours teintés d’un second degré caractéristique. On vous en dit un peu plus sur aficia !

Vald déclarait dans une interview qu’il ne se considérait pas comme un rappeur. Au delà de son humour décalé et parfois de l’absurdité dans ses textes, il débite ses écrits avec technique et complexité, jouant avec les mots, employant abondamment la rime multi-syllabique. Sa mixtape est un condensé typique de ce style destiné aux adeptes de son rap et de son personnage vaporeux.

Le jeune rappeur frappe fort dès son premier morceau. Comme tout grand kickeur qui se respecte, il annonce sa résurrection dans « Retour », après des années d’absence dans le rap-game… Bien sûr, ce n’est qu’un titre ironique, et on le voit dans le refrain : « C’est l’retour, c’est l’retour, c’est l’retour du retour du retour, du retour du retour du retour du retour du retour du retour du retour ». Un premier texte qui fait délicieusement sourire, nous rappelant que certains rappeurs annoncent souvent leur retour, qui selon eux résonne comme un événement à ne pas manquer.

Vald n’oublie pas de dire « Bonjour », dans une histoire d’une extrême profondeur sur le respect et l’importance de saluer son entourage. Après les règles de politesse, il se permet un « Selfie » dans une ballade amoureuse douce et sensuelle. Enfin, Vald nous propose, avec « Urbanisme » de faire un tour avec lui dans sa ville, et de confronter avec malice deux visions de la cité et des activités extraordinaires qui s’y déroule.

Outre les railleries de Vald, on trouve quelques pépites d’intelligences dans sa mixtape, notamment avec « Quidam », dénonçant l’ignorance vis à vis de certaines personnes de l’ombre. La phrase « Y’a que le bruit d’l’usine qui maquille l’homicide » est une métaphore aussi claire que puissante dans son message.

De manière générale, Vald manie les mots avec habilité, les morceaux « Taga » et « Joffrey » confirme la rapidité et la maîtrise totale de son flow. Vald conclut étonnamment la mixtape avec « Ogre », un titre noire et mélancolique abordant certains phénomènes de société. Ce morceau était à la base un freestyle, mais sa présence est une belle façon de terminer NQNT2, confirmant la capacité du rappeur à alterner les genres, en passant de l’absurde au sensé.

En bref, un album qui semble honnête et fidèle au travail de Vald, pour le reste, c’est évidemment à vous de juger !

Écoutez la playlist de la mixtape NQNT2 de Vald :