Damien Lauretta en interview : Ses expériences TV, son 1er album, ses amours…

Il vient tout juste de débarquer sur les ondes avec son premier single « Fall In Love », Damien Lauretta, ce féru de télévision, et de musique surtout, a bien souhaité répondre à nos questions. Son actualité et son premier album qu’il annonce pour bientôt ! Toutes ses réponses sont à découvrir sur aficia.

Ancien participant au sein du célèbre télé crochet X Factor, Damien Lauretta s’illustrait récemment dans la nouvelle série argentine de Disney Channel, Violetta. Largement connu auprès des adolescent(e)s, il tente d’élargir son public avec un premier single pop, qui annonce évidemment la parution d’un premier album solo. Signé chez Capitol Music France le chanteur aux multiples talents, nous en dit plus au sujet de ses prochains projets…

L’interview de Damien Lauretta :

Tout d’abord comment vas-tu ?

Bien merci.

En trois mots, comment te décrivent tes proches ?

Simple, naturel, passionné.

Tu as commencé la musique et la télévision très jeune. T’en mords-tu les doigts ? 

Non, je ne regrette rien car cela fait partie de mon expérience, je viens du sud de la France, il me semblait que je devais redoubler d’efforts pour accéder à des castings. Finalement j’ai participé a ‘X Factor’, qui m’a emmené sur ‘Dreams’ et ‘Dreams’ m’a emmené sur ‘Violetta’. On s’accroche aux branches de l’arbre pour pouvoir monter.

Oui, donc avec ‘X-Factor’, tu avais crée le groupe 2nde Nature. Envisageais-tu vraiment une carrière au sein d’un groupe ?

Nous nous sommes séparés après l’émission, et je ne me voyais pas trop au sein d’un groupe. J’aimerais me concentrer sur ma carrière. Un groupe au sens de « troupe » peut-être (théâtre, ciné, tournée).

Penses-tu que les télé-crochets sont aujourd’hui une voie d’accès à la carrière d’artiste ?

Je pense que c’est une voie en effet, mais que ce n’est pas la seule. On est forcé de constater que, même si après ces émissions tout le monde ne fait pas carrière, certains tirent leur épingle du jeu et continuent encore aujourd’hui à faire de la musique. Et cela reste un vecteur de visibilité quand on n’a pas la chance d’être visible. Je pense que ces émissions (X Factor, The Voice, Nouvelle Star) sont des programmes de qualité ; et qu’ils mettent en lumières des talents. Et surtout on apprend plein de choses sur les mécanismes de la télé.

Parlons un peu de la série argentine « Violetta » dans laquelle tu as excellé avec deux rôles. Qu’as-tu à dire à ceux qui pensent que, tourner dans des séries, c’est ringard ?

C’est une série pour les enfants, et les enfants regardent ‘Violetta’ avec des yeux d’enfants. Pas avec des yeux d’adulte qui auraient oublié la notion des rêves d’enfants.

N’as-tu pas peur justement d’être catalogué à ton personnage dans « Violetta » ?

Non, l’image est toujours changeante, surtout à mon âge où j’ai encore tout à prouver. Je suis bien passé de NRJ 12 à la Walt Disney Company.

Est-ce que, au contraire, ta notoriété grâce à « Violetta », peut te servir de tremplin pour réussir en solo ?

Je pense que la visibilité internationale de « Violetta » ouvre certaines portes que je n’aurais pas pu ouvrir si je n’avais pas fait cette série. De plus, la maison Disney est très rigoureuse et j’ai énormément appris professionnellement et humainement avec les gens d’Amérique Latine.

Ton nouveau single « Fall In love », ainsi que le clip est arrivé le 29 février. Quel était ton état d’esprit à une poignée de jours du lancement ?

J’étais nerveux mais heureux d’enfin pouvoir partager ma musique. Pas celle d’une série ou d’un programme, mais bien la musique que j’ai écrite et composée. Et je suis d’autant plus heureux que je me dis que ce n’est que le début…

Dans quel registre musical as-tu envie d’évoluer dans le futur, et quel sera la couleur de ton album ?

Pop, electro, folk, soul… Tous les titres seront différents les uns des autres et en même temps, il y aura une vraie cohérence de la production musicale. Il y a du monde dans ma tête (Rires).

D’ailleurs, que peux-tu nous dire au sujet de ce premier disque ?

Je n’ai pas encore de date de sortie de l’album, j’espère avant l’été, mais dans tous les cas courant 2016. Nous pensons actuellement à faire un duo. J’espère pouvoir vous dire avec qui prochainement.

Et tu t’es entouré d’une belle équipe à ce que je vois !? (Mutine, Capitol Music France…)

Oui j’aime m’entourer des meilleurs (Rires).

Y a t-il des émissions télés dont tu as hâte de faire en France pour la promotion de ton album ? Au contraire, celles que tu redoutes ? 

Je suis un peu mal à l’aise avec la promo dans les émissions, j’ai peur de ne pas être à la hauteur ou ne pas me sentir à ma place. Mais je crois qu’il va falloir que je me conditionne à ça.  En revanche, je pense qu’un jour je passerai dans le fauteuil de Laurent Ruquier… J’adore regarder l’émission par contre, la faire… c’est toujours plus facile tranquillement installé a la maison à regarder (Rires) !

Quels sont tes projets pour les mois et années à venir ?

Faire du cinéma, de la musique et être heureux.

Avant de terminer cette interview, as-tu une petite exclusivité à livrer à aficia ?

Je suis célibataire.

Vous en savez maintenant un peu plus sur Damien Lauretta, son univers artistique, ses projets mais aussi son parcours. Nulle doute que l’année 2016 devrait d’ailleurs être riche en succès pour celui qui propose véritablement un univers pop romantique, qui lui correspond tout à fait. Il vient de livrer comme raconté dans l’interview que son premier album verra le jour, il espère, avant l’été !

http://www.aficia.info/playlists/damien-lauretta-playlist-exclusive/68628

De notre côté et fidèles à nos mauvaises manières, nous avons voulu en savoir plus sur cet artiste, qui paraît très sage. C’est avec notre portrait décalé que Damien Lauretta se dévoile encore un peu plus, des questions pas forcément très sérieuses mais qui nous ouvrent, toujours davantage, la porte de son univers artistique et humain.

Le portrait décalé de Damien Lauretta :

Si tu étais un personnage historique : Fabrice del Dongo (la chartreuse de parme –  Stendhal)

Si tu étais un plat : Un tartare de saumon

Si tu étais une invention : L’électricité ou la Carte Bleue.

Si tu étais un tatouage : Une rose

Si tu étais un lieu sur terre : La mer méditerranée

Si tu étais un animal : Un loup

Si tu étais une chanson : La chanson des vieux amants

 Ton dernier coup de cœur musical ?  Jack Garatt

Le plus beau moment de ta carrière musicale ?  C’était incroyable de chanter dans un Zénith et en direct sur TF1 pour le prime Balavoine(s).  C’était la première fois pour moi dans un Zénith.

Si tu avais une occasion en or de collaborer avec un artiste international, qui choisis-tu ?  Jay-z

Si tu étais une devise ? À vaincre sans risque on triomphe sans gloire.

Si tu étais un sentiment ? La mélancolie

Si tu étais une salle de concert ? L’opéra Garnier

Si tu étais un regret ? L’amertume

C’est la fin de notre interview, mais la tradition chez aficia est de toujours laisser le mot de la fin à l’artiste. Tu as donc carte blanche pour t’adresser à nos lecteurs, ton public, tes fans…

Merci infiniment pour votre soutien, sans vous, tout ça ne serait pas possible. J’espère vous embarquer dans mon monde et mon univers, il est drôle, il est triste, il est mélancolique et musical, mais il est surtout sincère et accessible…