Romain Ughetto en interview : « J’ai vraiment eu envie d’aborder des sujets plus matures »

Nous avons eu l’occasion de rencontrer le jeune artiste Romain Ughetto à l’occasion de la sortie de son single « Il est parti ». Jeune, certes, mais il semble avoir la tête sur les épaules et savoir ou avancer.

Romain Ughetto avait rencontré un joli succès avec son premier album « Ange ou Démon ». Le jeune chanteur à la gueule d’ange propose une nouvelle version de son titre « Il est parti », un morceau young-pop qui laisse deviner son retour pour un prochain album.

Alors qu’il cumule près de 2 millions de vues sur ses vidéos, il présente aujourd’hui une nouvelle version de « Il est Parti » , reproduit pour donner un avant-goût de son prochain album.

Rencontre avec Romain Ughetto

Ta carrière a commencé dans des groupes de rock, puis tu prends la décision de te lancer en solo. Pourquoi avoir fait ce choix ?

Romain Ughetto : Ce n’est pas réellement une décision, comme on pourrait le croire, en mode « le mec quitte son groupe », s’est que le groupe c’est dissous et que derrière j’ai voulu monter un autre projet. Mais je n’ai pas trouvé le temps, ni les personnes, pour le faire.

Je me suis alors dit « fait quelques chansons et tu verras bien ». J’en ai donc posté une sur internet, sur mon compte perso, et de là il y a des gens qui ont aimé, m’ajouter sur les réseaux sociaux, j’avais de bons retours.

Je me suis alors dit « pourquoi ne pas faire un truc tout seul », tout en ayant des musiciens. Tout a commencé comme ça, à la basse je ne voulais pas être « chanteur », enfin pas tout seul.

Donc c’est vraiment le hasard et le fruit de la vie ?

Romain Ughetto : Oui, c’est un peu de la magie. Tu postes une vidéo, simplement car tu as envie de partager de la musique, et au final les gens te souhaitent réellement comme chanteur. Alors tu prends des cours de chant, tu travailles le truc, alors qu’à la base je partais plus dans une idée de partage.

Dans ton travail en solo tu retrouves Meril et Fux qui travaillent avec toi à la création des morceaux.Des anciens de ton groupe travaillent donc avec toi. Parle nous de cette collaboration.

Romain Ughetto : Il m’accompagne en studio et sur scène. J’aime bien partager la musique, c’est quelque chose qui se partage et au final on se retrouve jamais tout seul.

Après au niveau des compositions soit je travaille vraiment tout seul quand je veux faire un truc vraiment perso. Sinon, oui je retrouve des anciens de mon groupe, on s’enferme et on bosse. Au final on travaillent un peu comme un groupe mais avec l’image d’un artiste solo.

Tu as choisi de proposer une nouvelle version d’un ancien titre, « Il est parti » et non pas un nouveau titre. Pourquoi avoir fait ce choix pour annoncer ton retour au public ?

Romain Ughetto : Il faut savoir que j’ai sorti l’album au mois d’octobre et qu’ensuite j’ai fait énormément de show-case, de séance de dédicaces… Et c’est un titre qui revenait énormément, toujours cité par les fans.

Puisque que la demande était très présence sur ce titre je me suis dit « pourquoi ne pas faire un clic sur ce titre ». Après il faut savoir que l’enregistrement d’origine remonte à deux ans. Donc au final la version ne me ressemblait plus trop, ma voix avait changé en plus… Alors l’envie de la proposer au public dans une version qui me ressemble plus aujourd’hui c’est un peu imposé de façon naturelle.

Et au final c’est aussi un peu un cadeau que l’on fait aux fans qui me parlaient très souvent de cette chanson.

Ton titre « Il est parti » parle de rupture, d’abandon, avec plusieurs niveaux de lecture. Expérience de ta part ou simple envie d’écrire sur le sujet ?

Romain Ughetto : Dans un premier temps, une envie d’écrire sur le sujet car « Il est parti » parle de tout. D’une personne qui est décédée, un divorce, une rupture, la perte d’un être cher…

Oui, après je suis issu d’un divorce. Mes parents ont divorcés quand j’avais 7 ans, donc il y a sans doute un peu de vécu, j’ai connu ça, ce n’était pas facile, mais la chanson ne reflète pas mon histoire dans son intégralité.

Car quand on interprète la chanson c’est un peu le père qui abandonne sa famille, personnellement ce n’est pas le cas. Mon père je le vois tout le temps, il ne m’a pas abandonné.

Donc c’est avant toute chose une envie d’écrire sur le sujet car j’avais lu un article qui indiqué que deux familles sur trois était en divorce. Donc je me suis dit que c’était réellement un sujet d’actualité et important.

On peut parfois lire des commentaires acides, notamment sur ton compte YouTube. Te reprochant ta voix, ton look, ton genre « boys band »… Ces attaques te touchent ?

Romain Ughetto : Au début c’était un peu particulier, car comme tu le disais j’étais issu d’un groupe. Quand il y avait des critiques c’était tout le groupe qui les prenait ensemble. Maintenant c’est uniquement pour moi, en plus Romain Ughetto c’est réellement mon nom, pas de façade, pas de pseudo sous lequel se cacher.

Au début cela était peut-être un peu dur, mais maintenant je m’en moque et j’arrive à passer au-dessus. Mais par contre les critiques constructives, là je les lis très attentivement car elles ne peuvent que me permettre d’avancer.

Toujours sur les réseaux sociaux, tu as une très belle communauté de fans. Quel rapport tu entretiens avec ton public ?

Romain Ughetto : C’est un lieu très proche car mes fans semblent avoir le même âge que moi, et c’est un lien qui se fait naturellement. Sur les réseaux sociaux je réponds très régulièrement, on communique énormément.

C’est un peu comme une grande famille, j’aime beaucoup utiliser les réseaux sociaux et communiquer. C’est fait naturellement et j’aime ce côté de proximité que je peux avoir avec mon public.

Tu dois prochainement offrir au public ton nouvel album… Peux-tu nous dévoiler une partie du mystère ?

Romain Ughetto : Oui, si tu veux ! Et bien le style restera sans doute un peu le même qu’avant, mais forcément en un peu plus mature. J’ai grandi, mon premier album était fait entre mes 20 ans et mes 22 ans, donc entre temps il y a du chemin…

Musicalement, c’est la même chose, l’ensemble sera plus élaboré, plus mature. Et surtout, une chose que j’avais peut-être moins travaillait sur le premier album et qui étaient peut-être naïfs : les textes.

J’ai vraiment eu envie de travailler dessus avec beaucoup plus d’attention qu’avant, d’aborder des sujets plus matures, j’ai vécu des choses nouvelles, belles comme moins belles, et forcément cette image de moi-même se retrouvera dans l’album.

Donc au niveau des textes cela risque de prendre une autre dimension et sans doute être dans la mesure de toucher plus de monde.

Pour résumer on pourrait dire un album plus mature et plus abouti ?

Romain Ughetto : Exactement. Un album qui me ressemble. Un album où les textes sont aussi importants que la musique.

Si, à l’heure d’aujourd’hui, tu devais définir ta musique et ton univers en quelques mots…

Romain Ughetto : Je dirais que c’est de la pop au sens large. Une pop avec des tendances rock, des tendances electro…

Romain Ughetto

Sous ses airs de jeune homme bien sous tous rapports, il serait facile de prendre Romain Ughetto pour un jeune premier. Pourtant, ce musicien n’est pas un nouveau venu dans le paysage musical français. Il a fait partie, jusqu’à ce que celui-ci s’arrête en 2011, du groupe professionnel de Punk Rock appelé The Slugz, après avoir collaboré avec un premier groupe, de Rock Californien : Teddy’s Noisy.

Après une grande tournée avec son ancien groupe, puis avoir pensé dans un premier temps se rapprocher d’autres groupes, il est arrivé à la conclusion qu’il pouvait mener à bien un projet solo, non sans s’entourer de certains de ses anciens complices, en studio et sur scène. Son seul objectif ? Le plaisir. Loin de lui l’idée de vouloir se mettre sur le devant de la scène.

Romain Ughetto a préparé quelques maquettes dans un studio lyonnais et donné quelques concerts avec Meril et Fux, ses deux complices du groupe The Slugz, qui participent également à l’écriture des chansons. Toutefois, la plupart des musiques viennent de Romain : une base, des accords, un chant permettent au trio de construire, ensuite, quelque chose autour.

Pour décrire sa musique, Romain Ughetto évite de tomber dans l’écueil de citer des références trop underground qui ne parleraient à personne.

Romain Ughetto a présenté ses premiers titres solo lors d’une mini tournée de dix dates, face à un public de 100 à 600 personnes. Les salles combles, qui lui ont réservé le meilleur accueil, ont aussi permis à l’artiste de découvrir l’attachement que ses fans ont à son égard, n’hésitant pas à chanter des titres qui n’étaient pas encore commercialisés.

Des gens qui arrivaient à six heures du matin et qui campaient dans des sacs de couchage dans le froid pour être sûrs d’avoir leur place, le public qui attendait patiemment après la fin du concert pour se faire dédicacer des photos imprimées à leur domicile.

Avec 60.000 mentions « J’aime » sur sa page Facebook, 18 000 followers sur Twitter, et ses vidéos vues, au total, autour de 2.000.000 de fois, Romain Ughetto est prêt à faire connaître son travail à un public bien plus large.

Fort d’un style musical encore jamais fait et entendu en France, Romain Ughetto est qualifié comme un veritable OVNI de la chanson Française tant ses influences Outre Atlantiques sont présentes dans les sonorités de ses chansons.

Romain Ughetto, son portrait chinois

Si tu devais te réincarner en une célébrité ?

Romain Ughetto : Katy Perry ! Musicalement je trouve que c’est top et surtout elle a l’air de s’éclater dans ce qu’elle fait. Et en plus elle est plutôt mignonne, donc se réincarner dans une fille plutôt jolie c’est cool 🙂

Si tu devais réaliser une cover, tu le ferais sur quel titre ?

Romain Ughetto : She Looks So Perfect de 5 Seconds of Summer. C’est un titre que je kif en ce moment et qui me ressemble un peu. Donc je pense que le cover ne serait pas super ouf car il rassemblerait à l’original, mais c’est un titre que j’aime beaucoup en ce moment.

On t’offre le duo de tes rêves… Tu choisis ?

Romain Ughetto : Katy Perry !

Toujours très sympa, on t’offre la salle de concerts de tes rêves…

Romain Ughetto : Le Palais Omnisports de Paris-Bercy. C’est mythique et je pense que c’est la dernière étape avant le Stade de France.

Tes sources d’inspiration…

Romain Ughetto : La vie… Et comme je suis un mec un peu 2.0, les réseaux sociaux aussi.

On t’emmène en voyage. Mais on t’abandonne lâchement sur une île desserte. Tu as le droit d’emmener avec toi un seul et unique album. Lequel ?

Romain Ughetto : Ah c’est dur ! Get Your Heart On! De Simple Plan. Simplement car il y a aucune chanson qui devrait être jetée dans l’album en fait.

Si tu devais emporter un livre, partout avec toi. Tu choisis lequel ?

Romain Ughetto : Je ne lis pas énormément. Mais… Je prendrais sans doute un truc du genre « L’histoire du Rock ».

Un film à voir absolument avant de mourir ?

Romain Ughetto : American Pie ! Passage obligé de l’adolescence à l’age adulte:)

Un endroit à voir sur Terre ?

Romain Ughetto : Il y en a tellement ! Mais j’adorerais aller en Californie. Ouais, je pense que ça doit être assez incroyable. Mais les États-Unis de manière générale.

Bientôt avec Romain Ughetto

Pour son prochain album, un véritable laboratoire va se mettre en place en studio, entre production organique avec des vrais prises sons, de vrais musiciens, et de la MAO (Musique Assistée par Ordinateur), le mélange promet d’être complètement novateur et va encore une fois placer Romain Ughetto comme un jeune Français précurseur dans son style et sa volonté d’amener une couleur nouvelle à la chanson française.

Romain, c’est la fin de notre rencontre, mais chez aficia c’est toujours l’artiste qui a le dernier mot. Donc tu as carte blanche…

Romain Ughetto : Déjà merci à toi Christophe et merci à aficia, de me permettre d’être en interview dans votre média, ça fait vraiment plaisir qu’un média comme le votre s’intéresse à nous, la nouvelle génération.

Et forcément merci à tous, au public. Pour ceux qui ne me connaissent pas encore il y a mon premier album dans les bacs, 12 titres à écouter… Et vous avez aussi les vidéos sur Youtube à voir et à partager si ça vous plaît, c’est le principe.

Et comme la musique c’est aussi et surtout le live, j’ai une tournée à partir du mois d’octobre donc j’espère tous vous croiser sur les routes pour partager ensemble la musique.