Pony Pony Run Run fait chavirer de bonheur le public du Cargo !

Le temps d’une soirée, Pony Pony Run Run a fait escale au Cargo de Nuit d’Arles et aficia était présent pour ne rien manquer de ce concert qui s’annonçait électrique. 

Gaëtan et Amaël Réchin Lê Ky-Huong forment le groupe Pony Pony Run Run depuis une décennie maintenant. De retour dans les bacs en mars avec un troisième album intitulé Voyage, voyage, les deux frères en ont profité pour repartir sur les routes et partager leurs nouvelles compositions avec leurs fans. aficia vous fait revivre leur date arlésienne, dix ans après leur premier passage au Cargo de Nuit…

« Comme à la maison… »

Pour cette nouvelle tournée, Gaëtan et Amaël sont accompagnés par Pierre Simon à la guitare et au synthétiseur ainsi que Vincent Lechevallier à la batterie. Ce n’est pas par hasard que les frères ont voulu faire étape à Arles. En effet, la capitale de la Camargue est devenue importante aux yeux de Gaëtan et Amaël qui s’y sont fait de nombreux amis lors de leur premier passage en 2009 comme le rappellera le chanteur à plusieurs reprises durant la soirée. Malgré le froid du mois de novembre, la température est rapidement montée lorsque les quatre garçons sont arrivés sur scène. Le concert commence par « Just a Song », « It Never Ends » et « Good Times », des chansons qui donnent le ton de la soirée. Un spectateur sur-motivé et content d’être présent montre son enthousiasme en poussant des cris, ce qui a le don d’amuser le groupe. Déjà plongé dans la bonne ambiance qui règne, le public assez composite est invité par Gaëtan à s’avancer encore un peu plus vers la scène.

Le public se lance dans des déhanchés endiablés dès les premiers accords de « Walking On A Line », l’un des titres emblématiques de la décennie de musique offerte par le groupe. L’ambiance se fait plus douce et romantique sur « You Don’t Feel It », comme si les garçons nous laissaient quelques minutes de répit avant de repartir de plus belle avec les très énergiques « Oh No! » et « Alright ». Grâce à un savant mélange entre ancien et nouveaux morceaux et une ambiance des plus chaleureuses comme avec les trois extraits suivants « Out Of Control », « Show Me Show Me » et « Berlin », Gaëtan et ses camarades parviennent à captiver un public de plus en plus nombreux près de la scène. Les quatre derniers morceaux de la première partie « Victoria », « Notorious Lady », « Belong » et  « 1997 (She Said It’s Alright) » finissent de transformer la salle en un immense dancefloor et c’est sous de forts applaudissements et des acclamations venant de toutes parts que le groupe sort une première fois de scène…

« Hey You ! »

Contents de partager cette soirée avec le public arlésien, les quatre copains font leur retour pour offrir quelques minutes de rappel qui s’annoncent bouillantes et dansantes. C’est avec le titre « Everywhere I Go » qu’ils décident de débuter et puis vient le moment le plus attendu de la soirée… Gaëtan demande à la salle si des filles qui aiment danser sont présentes et en fait monter sept qui prennent place derrière lui. Sur « Hey You », c’est toute la salle qui chante d’une seule et même voix pour cette chanson qui est devenue, en quelque sorte, l’« hymne » du groupe. À la fin du titre, le public pensant le concert terminé commence à se préparer pour affronter le froid, mais c’est mal connaître Pony Pony Run Run qui offre une reprise personnelle du légendaire « Tainted Love» composée par Ed Cobb et rendue célèbre par Soft Cell et Marilyn Manson. Une fois la chanson finie, le groupe salue et remercie une dernière fois le public avant que Gaëtan ne propose une séance de dédicaces et un moment de partage. Une dernière invitation qui décrit parfaitement le mot d’ordre de la soirée : le partage…

Afficher plus

Laisser un commentaire

À voir aussi...

Fermer
Fermer
Fermer