FM LAETI : « For The Music » résolument pop…

Le nouvel album de FM Laeti est dans les bacs depuis hier, un album résolument pop, le second souffle musical de FM Laeti que nous vous avons déjà présenté à travers différents titres. Aujourd’hui #Aficia vous propose de découvrir l’album, titre par titre, dans le regard talentueux de FM Laeti.

Si le premier opus de FM Laeti était résolument soul, folk et acoustique le second risque de vous faire monter d’un cran dans la joie de vivre ! C’est un album coloré, pop, réellement implanté dans le présent, le son actuel. « For The Music » c’est de la musique qui explose, des rythme qui danse à chaque instant, FM Laeti devient clairement l’une des pierre angulaire de la pop moderne.

Le trio distille dans ce nouvel opus une envie positive, une envie de vivre. Si le ton semble parfois léger il ne faut pas s’arrêter au premières apparences… C’est vraiment une palette d’émotion qui s’inscrit sur la partition de For The Music, celle de l’amour dans chacun de ses états mais toujours de manière à vous vendre la note si positive qui transpire de l’album.

For The Music

L’album propose 12 titres, de « Wanna Dance » à « Sanctuary » en passant par « Run Run Run », reprise originale du titre de Phoenix. Un album qui ressemble à un tube de vitamine, un arc-en-ciel de bonheur et de joie intense. Et comme l’artiste est toujours le mieux placé pour parler de son album, une fois n’est pas coutume, c’est FM Laeti qui nous raconte l’album, piste par piste… [l’album est en écoute intégrale dans l’entête de notre article].

WANNA DANCE

Nous avions passé l’après-midi à chercher des mélodies, assis dans le canapé. On tournait autour de rythmiques de batterie inspirées de la Motown de Detroit, époque Supremes. Soudainement, Laeti s’est levée et a tout simplement crié «I wanna dance…!». FM a envoyé un sample de batterie assez rapide, Laeti s’est mise à danser et Wanna Dance est né. L’idée avec cet air pop et un peu girlie, c’est de dire : il y a des moments où il faut savoir lâcher prise et retrouver la légèreté du pur mouvement.
Après cette composition très spontanée, les autres titres ont suivi pour former un album de pop kaléidoscopique, nourri des couleurs, des humeurs et des influences de chacun.

(DOESN’T HAVE TO) BE THAT WAY

C’est une fable un peu sérieuse mais inspirante, sur des claviers qui lorgnent du côté de la french touch post-années 80, et emplie des accents émouvants et bluesy de Laetitia. Sa morale, qui parle à tout le monde? On peut rester soi sans manipuler ni perdre son intégrité (Doesn’t have to be that way / I don’t have to lose my way…)

FOR THE MUSIC

qui donne son nom à l’album est le titre qui en résume l’idée et le traverse : de manière assez laid back, déconnectée, minimaliste et légère, un peu west coast. Il clame le bonheur simple de jouer de la musique ensemble et de la partager, comme on le ferait d’un bon moment à paresser sur une plage au coucher du soleil. Il dit et redit comme une roue chamanique ou un mantra : For the music, for the music, for the music / Tell him what he’s feeling is your heart/ Tell her that you will never be too far.

PING PONG

Ainsi nommée, cette chanson, au final légère et enfantine, reflète bien notre façon d’écrire. Laeti commence une phrase et FM la finit. Ou inversement. Les couplets joyeux contrastent avec un refrain plus mélo, un peu comme les humeurs paradoxales qui traversent une histoire d’amour, toujours fragile, où l’un peine à soulager la douleur de l’autre. L’un chante la première partie, l’autre lui répond dans une humeur décalée. On dialogue. On se renvoie la balle.

ROCK MATATA

C’est les Rolling Stones dans la jungle, un air violent et moite, l’histoire d’un enfant soldat qui fuit, on ne sait quoi.

SANCTUARY et TELL ME A STORY

SANCTUARY et TELL ME A STORY sont des thèmes qui reviennent aussi souvent qu’inconsciemment dans nos textes. Ils racontent le besoin de voler et de chanter avec la même liberté que les oiseaux, qui ont tout compris, eux. Was a rainbird / Was a rainbird / Spreading my wings ‘cross the sky / Taking a flight… a thousand lives, dit la première. Et la seconde : Hear the voices in the wind / Waking Birds unfolding wings / They’ re rushing out, just rushing out… Dans nos vies passées, nous avons sûrement été des oiseaux de toutes les couleurs.

THE NIGHT HAS BEGUN TO CALL

C’est une histoire d’amour sur fond de roman d’espionnage, inspirée de Mata Hari et des atmosphères de Ian Fleming, que l’on s’est amusé à recréer. On y joue avec les codes du polar et des arrangements de cordes à la John Barry, le compositeur de la musique de James Bond.

WE GO SLOW

C’est un Eloge de la Lenteur qui s’adresse à tous ceux qui ressentent le besoin de ralentir un peu le tempo. S’arrêter, regarder autour de soi, retrouver sa capacité à s’émerveiller et à buller au fond du lit. «Woke up in a big fat feather bed, dit la chanson à son début. Assez proche du chill out année 90, elle nous est venue après avoir vu cette incroyable vidéo d’un violoniste virtuose, Joshua Bell, jouant comme un dieu dans un couloir de métro à Washington. Les gens qui passent sont tellement pressés, enfermés dans leur monde et leurs préoccupations, qu’ils ne perçoivent pas la beauté de la musique de cette bulle d’oxygène… Ils courent, ils courent, et ils vont où? Seuls quelques uns, interpellés par les mélodies et la beauté du jeu, s’arrêtent pour apprécier ce moment suspendu.

THE COVE

FM a commencé à écrire en anglais, Laeti a suivi en créole. C’est l’histoire d’un navire qui fait route vers les Caraïbes à la recherche d’un trésor. En chemin, les navigateurs sont surpris par une tempête dont ils sortent très abimés… A la dérive, ils prennent conscience de leur fragilité face aux forces de la nature. Leur unique moyen de s’en remettre est de procéder à une alchimie spirituelle : se mettre en quête de leur or intérieur. Avec force percus et Gros Ka, on a joué de l’image et des rythmes du carnaval, avec tous ces corps qui se pressent les uns contre les autres pour n’en faire qu’un.

YOU INSPIRE ME

C’est une déclaration d’amour en mode slow. C’est aussi l’expression de l’amour que l’on peut partager à travers la musique. Pierre-Marie se souvient. «La campagne était froide, je remplissais la cheminée de bûches. On tournait un peu en rond. J’ai voulu sortir prendre l’air et j’ai dit : “Quand je reviens, je veux un tube” et ça a donné ça». Ca, c’est-à-dire un magnifique blues croisé de choeurs amples. L’été précédant l’enregistrement en studio, Pierre-Marie a voulu retravailler la chanson avec Fred Avril. Celui-ci s’est tout de suite montré enthousiaste, a proposé des idées de rythmiques et d’arrangements pour qu’elle s’envole avec l’aide du choeur. En studio pour diriger tout ce petit monde, Fred a savamment su insuffler une intensité et un brin de folie qui l’ont fait décoller.

L’avis #Aficia !

Un album qui respire la musique, voici ce que nous propose FM Laeti… Que l’on parle d’amour, que l’on nous demande de prendre le temps de vivre, le goût de la liberté, de la musique et du rythme est omniprésent dans cet opus. C’est résolument pop, mais une pop bien arrangée, distillée comme un élixir de bonheur authentique.

Un nouvel album pour FM Laeti qui marque sans aucun doute une belle consécration du talent présent dans cette formation musicale. Puissant l’inspiration à des degrés riches et variés. Un album pour la musique, un album pour être de bonne humeur. « For The Music » porte très bien son nom, il suffisait juste d’ajouter une mention particulière : l’écoute prolongé de cet album peut provoquer un excès de bonheur !

>>> Retrouve FM Laeti sur Facebook, Twitter et son Site Officiel.
>>> La discographie de FM Laeti est disponible sur iTunes et la FNAC.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.