Céu

Céu : nous avons écouté « Tropix »…

La chanteuse Céu, originaire de la mégalopole de São Paulo, fait partie de la nouvelle scène musicale brésilienne. Elle vient de dévoiler son quatrième album, Tropix. aficia a écouté cet opus pour vous, voici notre verdict…

La musique brésilienne est multiple et celle Céu en est le parfait exemple ! Née dans une famille de musiciens, elle découvre dès son plus jeune âge les compositeurs brésiliens Heitor Villa-Lobos, Ernesto Nazaré ou Orlando Silva. À l’adolescence, elle découvre des artistes comme Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Lauryn Hill et Erykah Badu, chanteuses qui font partie de ses influences encore aujourd’hui. La musique de Céu se trouve au carrefour de nombreux styles : de la samba au choro, en passant par la soul et le rhythm and blues, le tout saupoudré d’une pincée de hip-hop, d’afrobeat et d’électrojazz… Un véritable cocktail musical !

Pour ce nouvel et quatrième album, c’est la première fois que la chanteuse s’est posée en studio pour l’enregistrer, les autres ayant été enregistrés durant ses tournées. Cet enregistrement en studio lui a permis de composer tous les morceaux qui composent Tropix, excepté « Chico Buarque Song », écrit par Cadão Volpato du groupe postpunk Fellini. Notons également la participation de Tulipa Ruiz sur le titre « Etílica/Interlúdio », une autre voix de la nouvelle génération brésilienne.

Côté musiciens, la chanteuse n’a pas non fait les choses à moitié ! Au clavier, on retrouve Hervé Salters du groupe General Electriks. C’est grâce à sa maîtrise de l’instrument que Céu a pu donner cette nouvelle sonorité. Pour la partie batterie et percussions, elle a fait confiance à son compatriote Pupillo qui a su dépasser les frontières de la musique brésilienne et élargir la palette sonore de l’album.

Il est difficile de faire un choix dans les 12 titres qui composent l’album tant ils ont chacun leur identité sonore. On vous conseille donc d’écouter les titres « Perfume Do Invisível » dont le clip, tout en noir et blanc, nous avait tapé dans l’œil il y a quelques semaines, « Arrastarte-ei », « Varanda Suspensa », « Sangria », « Minhas Bics » et « Rapsódia Brasilis » : ces chansons nous prouvent que Céu est à l’aise dans tous les styles et qu’elle peut mélanger tout ça avec une facilité déconcertante.

Découvrez Tropix, le nouvel album de Céu :