BB Brunes en interview : « Ce serait un plaisir de travailler avec Étienne Daho et Christophe ! »

BB Brunes est de retour avec l’album Puzzle, cinq ans après la succès de long courrier qui augurait déjà un premier virage. Place à la métamorphose en 2017 !

BB Brunes a opéré son comeback à la rentrée avec un quatrième album très éclectique gorgé de nombreuses influences, et qu’il défendra sur scène l’an prochain dans le cadre d’une tournée d’une quarantaine de dates. Ce Puzzle qui mêle la pop au rock, la chanson française au hip hop, est promu en radio par les singles « Terrain vague », « Pyromane » et « Éclair éclair » qui donnent un très bel aperçu de ses différentes couleurs. Le guitariste Félix Hemmen en fait l’éloge et accepte pour nous de se replonger dans dix ans de carrière auréolés de succès. Les critiques, l’attente, la métamorphose… Rencontre.

On a voulu proposer un son qu’on n’avait pas entendu avant.

Votre précédent album long courrier date de 2012. Il n’y avait jamais eu autant de temps entre deux disques de BB Brunes. Y-a-t-il des raisons qui expliquent cette longue pause et qui soient étrangères à la confection de vos nouveaux morceaux ?

Disons qu’on avait énormément tourné sur les trois albums d’avant. En tout et pour tout, je crois qu’on a quand même fait plus de 500 dates. Je pense qu’on était tous fatigué. On avait besoin de repos, et puis on a vaqué à nos occupations. Adrien voulait pour sa part du temps pour enregistrer son album solo. Comme tu le suggères dans ta question, notre nouvel album a pris pas mal de temps aussi. Plus de temps en tout cas que les précédents. On ne savait pas avec qui l’enregistrer, ni dans quoi on s’engouffrait vraiment au niveau du son. On s’est cherché parce qu’on ne voulait pas se tromper. C’est pour ça qu’on a travaillé avec plusieurs réalisateurs avec qui ça n’a pas fonctionné. On est finalement tombé sur Louis Sommer, et ça a matché complètement.

Ce que tu m’expliques me fait penser à deux choses. Tout d’abord, ce temps long pendant lequel vous avez été séparés, a-t-il été salvateur pour la suite ? Et dans un second temps je me demande si ce n’est pas un peu frustrant de devoir changer plusieurs fois de réalisateur pour un même projet, avec bien-sûr la crainte de ne pas atteindre les objectifs fixés…?

Pour répondre à la première question, je dirais en effet que ça a été salvateur dans la mesure chacun a pu faire de la musique de son côté, sans le reste de BB Brunes. On avait chacun un groupe à côté, et Adrien a évolué en solo. C’est de l’expérience en plus, et c’est forcément bénéfique pour BB Brunes. Quand on s’est retrouvé tous les quatre par la suite, on a eu de nouvelles choses à partager. Concernant ta deuxième question, on a aussi ressenti cette petite  angoisse de savoir si on arriverait ou pas à trouver le son qu’on voulait. Et puis, aussi la peur de faire quelque chose qui ne serait

Vous avez lu vos 3 articles premium quotidien offert
Accéder immédiatement aux contenus premium avec Multipass

Ou revenez demain

En voir plus