Clou - © Marta Bevaqua
Clou - © Marta Bevaqua

Clou en interview au Printemps de Bourges : “Dans une carrière d’artiste, le Printemps de Bourges est un temps fort !”

Exclusivité aficia

Semaine spéciale Printemps de Bourges sur aficia ! Nous avons échangé avec Clou, à quelques minutes de monter sur scène. Ressentis, impressions, projets… elle nous dit tout ! 

 Clou est l’une des dernières signatures du label Tôt ou Tard (Vianney). Après avoir fait les premières parties de Thomas Dutronc ou encore Benjamin, Biolay, elle sort son premier album Orages en 2020 sur lequel elle a travaillé avec Dan Levy, la moitié de The Dø (son interview à découvrir sur nos réseaux sociaux !), lui valant une nomination aux Victoires de la Musique l’année suivante.

Nouvelle étape dans sa carrière, la scène du Printemps de Bourges. aficia est allée à sa rencontre, quelques heures avant cette scène qui signifie beaucoup pour un artiste…

Clou, l’interview…

On s’est quitté aux Victoires de la Musique où tu étais toute stressée avant de monter sur scène. Comment te sens-tu aujourd’hui ?

Très mal, extrêmement mal ! Un trac fou, je ne te le cache pas ! J’ai même eu le trac au moment des balances. C’est un trac très joyeux. C’est toujours comme ça la scène. Mais là, il est vraiment très fort, très important. Mais une joie folle de retrouver la scène !

Est-ce dû à la reprise des concerts ?

Clou - © Marta Bevaqua
Clou – © Marta Bevaqua

Je pense que c’est ça. Se remettre à retravailler, ne pas jouer dans sa chambre devant un écran ou une simple caméra, car c’est vrai que ces derniers mois, cela a été beaucoup ça aussi. Et là, ce sont des personnes. Il y a un feeling qui est différent, l’atmosphère est différente et l’enjeu n’est pas le même non plus. Dans une carrière d’artiste, le Printemps de Bourges est quand même un temps fort, c’est important pour cela aussi !

De quelle manière comptes-tu défendre ton album sur la scène ce soir ?

Je vais faire ce que je sais faire. Il n’y a pas de chose particulière. Ce n’est pas parce que cela fait un an que c’est repoussé que ça va changer quelque chose. Mes chansons sont toujours là, ce sont les mêmes, et moi je n’ai pas changé, enfin j’espère ! J’arrive avec la même fraîcheur, avec une envie très forte de faire vivre les chansons et partager une émotion que je n’ai pas eu l’occasion de ressentir depuis longtemps. 

Est-ce que le confinement t’a permis d’expérimenter certaines choses en termes de live ?

Oui, parce que je suis avec des musiciens qui m’accompagnent. Ce n’est pas une revisite de l’album que je propose, car de toute façon, je n’aime pas trop ça. Je n’aime pas trop aller à un concert pour écouter exactement l’album. J’aime bien avoir des surprises, et puis je trouve ça plus sincère. Il n’y a pas la perfection de l’album mais il y a la fragilité, il y a de l’émotion, il y a plein de choses… En tout cas on tente des choses. Il y a sans doute des chansons qui vont sauter, d’autres qui vont revenir… Je chante aussi de nouvelles chansons ce soir !

Tu proposes un concert chansigné ce soir. De quelle manière es-tu arrivé à le mettre en forme ?

Oui, c’est bien ça ! Je me suis dit que comme les gens étaient sourds et muets, j’arriverais à faire quelque chose d’autres 😀. Non, pas du tout ! J’ai envoyé mes textes et mes chansons aux interprètes qui signent pendant que je chante. On a choisi trois chansons dont les textes se prêtent à cet exercice-là, peut-être davantage que les autres, qui sont très cinématographiques, avec de belles images. C’est génial en fait que des sourds et muets puissent assister à des concerts et profiter aussi. Et surtout comprendre. Cela doit être frustrant pour eux, peut-être pas d’ailleurs… Je trouve ça beau. C’est comme une communion avec la scène 😀 !

Tu feras les premières parties de Vianney tout au long de l’été… Quel lien as-tu avec lui ?

Nous avons le même label et le même tourneur, déjà. Vianney est comme un grand frère je dirais. Il est très bienveillant, très gentil. Il a un côté protecteur, et en même temps il donne confiance. Il vous renvoie un truc tellement positif… Et avant de monter sur scène il me balance souvent “Tu as tellement de chance de faire ce métier, c’est génial d’être là”, et du coup je me dis “oui, c’est vrai, c’est trop bien !” et on oublie presque, je dis bien presque, le trac !

Tu es dans le label Tôt ou Tard, tu as travaillé avec Dan Levy… Te sens-tu bien entourée, limite chanceuse ?

Je dis souvent ça en interview mais c’est assez vrai. J’ai un peu un carré d’as dans mes mains car je travaille avec des personnes fabuleuses. Je pense que c’est beaucoup d’années de travail pour être là aujourd’hui. Je mesure la chance que j’ai d’avoir ce carré d’as. Cela ne veut pas dire que je gagne systématiquement, on peut perdre aussi, mais il y a très peu de chances. J’ai toutes les chances de mon côté c’est vrai…

Tu te voyais comme ça il y a six ans ?

Bien sûr que non. Même dans tes rêves les plus fous, tu ne peux pas anticiper ce métier. Rien ne se passe comme tu l’imagines. C’est les montagnes russes en permanence. Je ne pensais pas du tout à ça !

– Découvrez Orages de Clou –

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x