Quinze

Quinze : “J’essaye de faire perdurer l’héritage r’n’b du passé et le mixer avec l’électro“

Quelques mois avant de se produire sur la scène de la Cigale, Quinze, artiste de r’n’b/soul s’est entretenu avec aficia. L’occasion pour nous d’en apprendre davantage sur son univers !

Quinze est un artiste soul/r’n’b qui depuis 10 ans, fait vivre sa musique à travers l’Europe. De concerts en albums (le dernier en date MultiColor : disponible depuis le 18 mars 2020), l’artiste qui est en indépendant n’a pourtant jamais abandonné et ne cesse de se challenger. La prochaine grande étape de sa carrière : La Cigale le 18 mars 2022 ! Un événement à ne pas manquer pour découvrir un spectacle jovial et rempli de bonnes énergies.

C’est à ce propos, que nous nous sommes entretenus avec Quinze pour en apprendre plus sur son univers et ce que recouvre le style r’n’b/soul.

Quinze : L’interview….

Peux-tu nous présenter ton univers ? 

C’est un univers teinté de soul, de r’n’b et d’électro. Je vais te citer quelques artistes pour que ça te parle un peu mieux. Mes influences sont Marvin Gaye, Stevie Wonder, Prince aussi qui m’a beaucoup influencé. C’est l’outre atlantique, les États-Unis. 

Il y a le côté r’n’b et électro que l’on retrouve chez The Weeknd qui est mon inspiration actuelle. C’est un artiste que j’aime beaucoup. J’apprécie aussi les Daft Punk. Mon univers est plus axé américain. 

En France, c’est un courant qui est mal compris par les médias français. Ici, c’est beaucoup le rap ou maintenant l’afrolove avec Tayc. Le r’n’b pur, en français, il n’y a en a pas eu énormément, mis à part avec Ben L’Oncle Soul et Corneille.  

Comment on arrive à faire de la rn’b / soul avec de l’électro ?

J’ai toujours beaucoup aimé l’électro. C’est la suite logique. Les sons, les sonorités musicales. L’artiste The Weeknd, c’est des sonorités qui va chercher un peu partout. J’ai aussi toujours aimé le travail des Daft Punk qui avait réussi à mixer la funk en la rendant beaucoup plus moderne, dancefloor. C’est ça qui m’intéresse dans la musique : ne pas négliger le côté soul/funk et essayer de moderniser la chose pour rester actuel et plaire au public d’aujourd’hui. 

J’essaye de faire perdurer l’héritage r’n’b / soul / funk du passé et le mixer avec l’électro. Pour moi, c’est ça la recette. 

« C’est ça qui m’intéresse dans la musique : ne pas négliger le côté soul/funk et essayer de moderniser la chose pour rester actuel et plaire au public d’aujourd’hui. « 

Quinze

Les chanteurs de r’n’b / soul représentent une façon d’être, une élégance… Est-ce que tu penses que c’est quelque chose qui était déjà en toi ? 

C’est une façon d’être, de positiver. C’est toujours un message positif, d’unité, d’amour, de partage. C’est une musique qui vient des tripes, de la terre. C’est un message qui perdure. Quand tu fais de la r’n’b/soul, tu es obligé de tenir compte de ça et ce message s’impose même. On est en “border” avec le gospel. C’est une déclinaison du gospel pour le rendre plus populaire. 

Mon flash c’est avec Marvin Gaye, quand je l’ai découvert, ça m’a donné la fibre. Tout de suite, j’ai su que c’était ça que je voulais faire. J’ai démarré tout doucement avec des petites maquettes dans ma chambre. Et petit à petit, on essaye de se former, d’apprendre.

J’ai aussi grandi avec la musique française, avec des artistes comme Gilbert Montagné et toutes les références en français. Ça compte dans mon apprentissage. J’ai d’ailleurs eu quelques albums en français avant de faire de l’anglais. J’aimerais y revenir…

Quand tu dis r’n’b/soul, ça n’a pas vraiment de place dans la culture française comme le rap aujourd’hui. Ce n’est pas assez ancré. Je me dis que ce n’est qu’une façon de comment tu emmènes la chose. 

Tu as sorti ton album Multicolor en mars 2020. Que veux-tu que les gens retiennent de ce projet ? 

Qu’il existe déjà ! J’ai conscience que l’anglais en France ce n’est pas une évidence. Ce qui m’intéressait déjà, c’est que les gens captent l’univers,  l’esprit quitte à ne pas comprendre tout ce que je raconte. C’est ça ma mission première. Après, c’est vraiment sur scène que les choses se passent. Il faut venir le vivre avec les musiciens, on rentre dans le sujet ! 

C’est un album hyper good vibe. Est ce que c’est un choix de ta part de ne pas avoir insérer de morceau avec un mood plus émouvant pour garder une certaine cohérence ? 

L’inspiration vient en fonction de mes humeurs, comme tous les artistes. Les prochaines thématiques seront un peu dans la lignée de l’actualité, de mon ressenti, de ma vision du monde. Les titres se construisent en fonction des thématiques que je m’impose. 

Construire son image, son univers ça demande du temps. Pour un artiste indépendant comme toi, qu’est ce qui est le plus important à maîtriser dans sa carrière ? 

Aujourd’hui, c’est la communication ! C’est un combat de tous les jours. Comment tu communiques ? De quelle manière ? Comment tu es entouré ?… Seul, tu ne peux pas y arriver. Tu ne peux pas être bon partout. Ça coûte de l’argent, quand tu es indépendant. Il faut bien prioriser et essayer de bien cibler. Il ne faut pas voir trop grand non plus. 

Tu seras à la Cigale le 18 mars 2022. Peux-tu nous expliquer comment cette date est arrivée dans ta carrière ? 

C’est un défi ! À un moment, je me suis posé. Sur Paris, j’ai écumé pas mal de dates, de moyennes/petites salles et quand je finissais cet album Multicolor je voulais passer un cap. Le cap, si les maisons de disques ne me le donnait pas, c’était à moi de me l’imposer. J’ai donc voulu louer la Cigale et je vais essayer de la remplir, faire le meilleur spectacle possible et on verra ce que ça donnera au final. C’est comme ça que j’ai monté cette date.  J’avais l’album qui arrivait, donc j’avais quelque chose à présenter. Je voulais frapper fort et aller plus haut que ce que j’avais déjà fait auparavant. 

Réservation pour le concert de La Cigale le 18 mars 2022

Ton actualité du moment ? 

Avant la Cigale, je suis avec mes musiciens en résidence. Je fais pas mal de concerts au Bizz’Art Club à Paris. La prochaine date est le 26 novembre. 

Adresse : 167 quai de Valmy, 75010. Réservation sur https://bizzartclub.com/event/quinze-live-bizzart-paris/

Découvrez l’album MultiColor de Quinze :