Suite à un problème technique, notre site est actuellement en reconstruction.
Merci de votre patience et compréhension durant cette période de transition.
La team aficia.

MARABOU : faut-il écouter l’EP ‘Les Chroniques de Maraboutown’ ?

C’est le 6 mars 2020 que MARABOU dévoile Les Chroniques de Maraboutown. Entre évocations de l’amour et prods énergiques, un univers nous est proposé. Que contient ce projet ? Réponse avec aficia. 

Après la sortie de plusieurs singles, Dikho, Polow & L-Kim nous propulsent en ce mois de mars dans l’aventure de l’EP en 6 titres avec Les Chroniques de Maraboutown

Adoptant une écriture toujours aussi tranchante et une énergie unique, l’oeuvre nous embarque dans une ville ou le réel et l’imaginaire ne font qu’un : Maraboutown. Dans ce projet, le décor et l’ambiance se précisent. Si une chose est sûre, c’est que l’EP de MARABOU est un aboutissement.

Un jeu de contrastes

Les Chroniques de Maraboutown peut être qualifié d’assez contradictoire dans son style. Cela s’incarne parfaitement avec le morceau d’ouverture « Soit t’es Marabou ». Celui-ci apparaît en effet empli de douceur, possédant comme introduction un accord de piano. Mais le texte prend place et sa hargne s’oppose au calme apparent. Enfin, le chanté s’empare du morceau à 3 min pour repartir sur un refrain survitaminé. On note ici que la musique peut s’opposer au flow dans l’EP. On retrouve cela avec « Ensemble » ou « MDT ». Mais le groupe va plus loin et s’amuse également de ses paroles.

Il est vrai que le discours semble fait de rage et de désinvolture. Mais un nouveau contraste s’y installe aussi. La violence narrée s’oppose à certains thèmes, comme la mort d’un ami dans « MDT », ou de la désolation d’un monde dans « Flocons de Cendre ».

Ainsi, MARABOU joue d’oppositions avec leurs morceaux, dessinant alors le visage d’une dystopie. Le discours est tranché, mais certaines mélodies et chants nous ramènent à l’espoir. De plus, le trio ne se contente pas de défendre leur ville désenchantée dans ce projet, il le réalise également via une scénographie unique. 

L’image comme identité

Arborant maquillages, masques et jeux de lumière, MARABOU incarne aussi leur histoire physiquement. Les clips de « Soit t’es marabou » et de « Banana Jack Daniel’s » en sont de parfaits exemples. 

Enfin, nous sommes également invités à voyager et à parcourir les rues de Maraboutown au travers de dessins à l’ambiance rappelant un peu celle des comptes, et l’univers de Gorillaz. C’est d’ailleurs tout en illustrations que sera annoncé l’EP au travers du clip « Welcome to Maraboutown ». L’image se révèle donc essentielle à la compréhension de ce style.  

Découvrez Les Chroniques de Maraboutown de MARABOU :

MARABOU - Les Chroniques de Maraboutown
Verdict

Avec ce premier projet, MARABOU finit d’affirmer son style et leur place sur la scène rap. De part ses nuances, ses multiples lectures et ses couleurs, Les Chroniques de Maraboutown est une oeuvre complète nous offrant une grande richesse d’écoute.

C’est un style auquel il faut adhérer, mais une fois mordu, vous déambulerez sans vous en rendre compte dans les rues de cette ville imaginaire..

4