Caroline Costa - DR
Caroline Costa - DR

Caroline Costa en interview : « J’ai donné le meilleur de moi-même »

Un nouveau single nommé « Ailleurs » et des projets plein la tête, Caroline Costa se confie à aficia pour annoncer ses projets et la direction artistique de son nouvel album prévu pour bientôt…

Le petit bout de femme découvert il y a huit ans dans La France a un Incroyable Talent n’est plus. Caroline Costa a bien grandi et assume ses choix musicaux. Après Robin des Bois, c’est avec un second album que la jeune femme de 19 ans débarquera d’ici l’été, déjà promu avec le single « Ailleurs » découvert sur aficia. Étant curieux, c’est pourquoi nous avons souhaité l’interroger sur son actualité, sur son personnage  Blue Velvet , ses envies de scènes et ses loisirs ! Nous n’avons pas manqué de tirer quelques informations sur son nouvel album et savoir avec qui elle souhaiterait collaborer dans un futur proche.

 L’interview de Caroline Costa

Première question, comment vas-tu ?

Je vais très bien, en ce beau jour du 06 mai ! C’est la sortie du single, je ne peux qu’aller bien !

En quelques lignes, comment résumes-tu ta carrière déjà bien remplie ?

En quelques lignes non… Je vais simplement dire un mot : Magique !

On lit énormément de commentaires positifs sur les réseaux sociaux. Comment gères–tu cela ? Les lis-tu tous ?

Premièrement, je les lis tous, les bons comme les mauvais. Parfois, je passe même des heures à les lire. Ça fait du bien d’avoir l’avis des personnes qui me soutiennent, des personnes qui me suivent, des gens qui écoutent la musique en général, de voir des commentaires aussi positifs, ce n’est que des émotions. C’est vrai que ça fait des mois, voire des années, qu’on travaille sur ce nouvel album. Tout était très confidentiel, je gardais tout ça sur moi. Donc forcément, je n’avais plus ce regard très objectif sur mon travail. On se pose beaucoup de questions, on se remet beaucoup en question. Est-ce que ça va plaire ? Est-ce que ça va marcher ? Donc de voir à quel point les gens me disent que ça peut leur plaire, c’est un réconfort pour moi et ça me touche énormément.

Parlons brièvement de ton personnage « Blue Velvet ». D’où est venue cette idée et pourquoi l’avoir abandonnée si vite ?

En fait, Blue Velvet, c’était une parenthèse ultra importante de ma vie, j’en avais besoin. J’avais des idées depuis un moment, des idées artistiques que j’avais envie de mettre en œuvre et que je ne pouvais pas faire en tant que Caroline Costa. Donc j’ai créé Blue Velvet, un personnage assez mystérieux, assez paradoxal, Blue le bleu, Velvet le velours, des choses qui sont complètement en différence en fait. Du coup, je me suis rendue compte que ce personnage ne me collait pas forcément à la peau, car dans la vraie vie, je suis remplie d’énergie, très souriante… Ce personnage-là, pour moi, est peut-être arrivé trop tard, à mon goût. Du coup, je me suis dit que Caroline Costa me manquait trop, mon vrai moi me manque trop, donc on revient à la norme, et c’est une satisfaction pour moi.

Plus jeune tu as participé à l’émission La France a un incroyable Talent. Aujourd’hui en tant que représentante de télé-crochet, accepterais-tu d’être jurée quelle que soit l’émission ?

Ah oui, avec grand plaisir ! Après, j’ai beaucoup à apprendre. C’est vrai que donner des conseils à des personnes qui présentent quelque chose, c’est peut-être un peu compliqué pour moi, mais c’est un défi que je relèverais avec grand plaisir quand même. Me mettre de l’autre côté, ce serait drôle !

Évoquons maintenant ton nouvel album, ton deuxième. Ça a été difficile de le faire ? À quoi doit s’attendre le public ?

Ça n’a pas été difficile de le faire. Par contre, ce sont les conditions qui sont difficiles. Je dirais que ça a été très long. Quand tu as hâte de mettre ta patte à l’œuvre et que finalement tu es enfermée en studio, tous les jours, tu manges et tu vis musique, c’est vrai que c’est long. Mais c’est tellement bon. Ce sont des longues journées studios. Avec Blue Velvet, tout ça, je me suis cherchée, quel chemin je voulais prendre, donc ça a pris du temps, c’est vrai. Mais aujourd’hui, je sais ce que je veux, et le public doit s’attendre à un album très varié. Certains titres seront assez frais, qui bougent, comme « Ailleurs », qui donne envie de danser, et d’autres seront beaucoup plus planants, très poétiques, avec des textes beaucoup plus complexes, à double sens parfois, qui demandent un peu de réfléchir pour comprendre la phrase, ça j’adore (Rires). C’est donc un album très varié !

On n’a pas encore de date de sortie. On le peaufine encore un peu pour que tout soit parfait, mais il est prévu pour…  dans quelques mois.

Si je te demande de vendre au mieux ton nouveau single « Ailleurs » au public, quels sont tes arguments ?

Mes arguments seront simples. J’ai donné le meilleur de moi-même. J’ai mis toute ma simplicité. Ce single est vrai, tout simplement. Après, j’ai donné énormément, c’est ce qui représente une part de liberté, de renouveau, je suis de retour. La Caroline Costa que les gens aimaient est de retour ! (Rires)  C’est un single qui parle de l’évasion. On a tous en soit ce besoin de rêver, de voyager, de partir, de s’évader. On est tous des rêveurs. Ce titre correspond vraiment aux gens comme moi, qui aiment la vie, en fait.

De quoi va parler ce nouvel opus ?

Il y aura plusieurs thèmes abordés. Évidemment, il y a aura le thème de l’amour, un thème inévitable (Rires), car on a tous besoin d’amour. Ensuite, il y a un thème qui me tient particulièrement à cœur, c’est l’élévation. Beaucoup de personnes se sont confiées à moi, parce qu’elles ont des différences comparées aux autres, le regard peut parfois faire mal. C’était important d’écrire une musique sur ce thème-là parce que pour leur dire tout simplement : « Allez, les filles, il faut se relever, rien ne peut vous abattre, au fond de nous on est des guerriers ». Voilà un thème que je kiff.

Questions de quelques fans que j’ai récoltées sur Twitter…

J’ai Mathou Blue qui t’interroge sur ton nouvel album.  Est-il le reflet de ce que tu voulais ? As-tu pu faire ce que tu voulais ?

Exactement. C’est pour ça que ça a pris du temps. Ça a pris du temps de savoir ce que je voulais proposer au public mais aujourd’hui, je me suis trouvée, j’ai trouvé le reflet de moi-même, malgré qu’il y ait des titres très planants, différents de ce que je fais d’habitude, ce sera moi, avec tout ma sincérité et mon amour.

J’ai une question de VoiceOfCaro qui te demande : Te rends-tu compte à quel point on t’aime, et à quel point tu nous rends heureuses, à être plus fortes ?

Je me rends compte à quel point ils m’aiment car je les aime du même amour en fait. Je m’en rends compte énormément et je me rends compte que c’est pour ça aussi que je me bats tous les jours. Et si je peux les rendre heureuses, c’est super car j’aime rendre les gens heureux. C’est réciproque ! (Rires).

J’ai Momo Jcke qui te demande si tu serais prête à refaire une comédie musicale ?

Avec plaisir ! On m’aurait posé la question il y a un an, j’aurais réfléchis plus longtemps. Mais c’est vrai que la comédie musicale me manque. Le fait d’être sur scène tous les jours me manque aussi, c’est vrai. Pourquoi pas, car Robin des Bois a été une aventure extraordinaire pour moi. Je ne suis pas fermée à la proposition.

Enfin, j’ai LaulauDanse qui te demande qu’est-ce qui te manque le plus dans la comédie musicale « Robin Des Bois » ?

Ce qui me manque le plus dans Robin des Bois c’est le contact avec eux (le public, ndlr) en fait, leur soutien, d’être sur scène tous les jours et de partager tous les jours quelque chose de différent avec chaque personne qui est venue nous voir à Robin des Bois.

Quand tu ne chantes pas, tu aimes faire quoi ? Tu as d’autres passions ?

J’adore faire ce que font les filles en général, faire mes jambes, manger un barbecue, voir mes copines, sortir avec les gens que j’aime, avec mon chéri, comme une personne normale quoi.

Et justement, est-ce que quand on vit pleinement sa vie d’artiste, et à ton âge, on trouve le temps pour les amours ?

Il n’y a rien qui empêche quelqu’un de fonctionner. Je sais que mon chéri c’est quelqu’un de très important pour moi. Il m’aime beaucoup. Il y a eu des remises en question de ma part quant à notre couple sur des questions que je me posais artistiquement, et il m’a beaucoup aidée. Donc c’est vrai qu’avoir quelqu’un au quotidien dans sa vie, c’est énorme. C’est ma force.

Quels sont tes projets pour les mois à venir ? 

Mes projets pour les mois à venir, ce sera déjà de sortir mon album en premier lieu. Pour le reste, je ne sais pas tellement. On verra par la suite. Partir en tournée et faire des showcases font partie de mes rêves bien sûr, mais il faut que les gens me veulent, qu’ils me demandent. Il faut que ça se vende pour pouvoir partir sur les routes. C’est mon rêve. Et je pense que mon rêve sera accompli lorsque je me retrouverai moi toute seule devant des centaines de personnes… J’espère qu’ils seront là pour venir me voir.

La semaine prochaine c’est ton anniversaire. Qu’envisages-tu de faire ?

Déjà, je vais rentrer chez moi dans le Sud. Je pense qu’on me prépare une petite soirée surprise. On va le fêter c’est sûr, mais je ne sais pas dans quelles conditions, avec qui… (Rires) Je me laisse guider j’ai hâte de le faire dans le Sud !

Est-ce qu’il y aurait par hasard une question que l’on ne t’a encore jamais posée en interview et à laquelle tu aurais aimé répondre ? 

Est-ce que je me sens heureuse dans ma vie aujourd’hui ?

Oui je le suis.

Pour terminer, as-tu une petite exclusivité à livrer à aficia ?

Je ne sais pas quand sortira le clip. Il est tourné, mais il est en cours de préparation !

Vous en savez maintenant un peu plus sur Caroline Costa, son univers artistique, sur son nouvel album qu’elle a hâte de nous faire découvrir, mais aussi ses envies. L’été prochain sera sans doute très chargé pour la jeune artiste qui rêve de remonter sur scène. Dans l’interview, elle ne révèle d’ailleurs aucune date de sortie d’album, mais annonce réellement des envies d’« Ailleurs »…

De notre côté et fidèles à nos mauvaises manières, nous avons voulu en savoir plus sur cet artiste, qui paraît très sage. C’est avec notre portrait décalé que Caroline Costa se dévoile encore un peu plus. Des questions pas forcément très sérieuses mais qui nous ouvrent, toujours davantage, la porte de son univers artistique et humain.

Le portrait décalé de Caroline Costa :

Et si tu avais un pouvoir magique ? Voler ! Voler dans le ciel, hein ! Voler comme un oiseau !

Ton plus grand rêve ? Que tout ça marche et que je puisse me produire rapidement sur scène en offrant le meilleur aux gens qui viendront me voir !

La chanson qui te fait danser ? « One Dance » de Drake.

Au contraire, la chanson qui te fait pleurer ? Adele ! (Rires) De toute façon, quand on écoute son album, on a envie de chialer ! (Rires)

La, ou les, personne avec qui tu rêves de travailler ? J’aimerais beaucoup collaborer avec Nekfeu, car c’est un artiste que j’aime beaucoup, et Kendji Girac, car j’aime beaucoup son personnage, l’être humain qu’il est.

Ta devise dans la vie ? « Marcher droit sans te retourner »

Si tu étais un mot d’amour (ou une phrase) ? Je t’aime ! (Rires)

La partie de ton corps que tu aimes le moins ? Ah ah ! Comme toutes les filles, tout le corps !

Ton dernier coup de cœur musical ? Je te dirais le groupe de gospel Kirk Franklin ! Mais c’est pas récent.

Ton meilleur souvenir de scène ? Je vais te citer une scène de Robin des Bois car c’est là que j’ai fait le plus de scène. C’était pour le jour de mes 18 ans, et c’était en Belgique.

As-tu un TOC ? Oui, le rangement. Des fois je laisse des trucs, mais j’aime quand c’est propre et rangé.

La plus grosse bêtise de ta vie ? Ola ! Je suis un peu comme Pierre Richard, je fais souvent des gaffes, tout ça ! Laisse-moi réfléchir ! J’étais très petite, je devais avoir 5/6 ans, c’était à un repas de famille, et j’ai défait la robe de ma grande sœur, en public ! (Rires) Je pense qu’elle a oublié depuis, mais si elle relit l’interview, ça va lui faire revenir quelques souvenirs ! (Rires)

Si tu étais une invention ? La machine à remonter le temps.

Quelque chose que tu changerais dans le monde ? La paix, surtout avec tout ce qui se passe en ce moment, ça fait peur, et j’aimerais vraiment, même si c’est un souhait qui n’est pas réalisable, que le malheur n’existe pas en fait.

C’est la fin de notre interview, mais la tradition chez aficia est de toujours laisser le mot de la fin à l’artiste. Tu as donc carte blanche pour t’adresser à nos lecteurs, ton public, tes fans…

Et bien déjà, merci aficia de m’avoir permis de faire cette interview, je vois que vous me suivez énormément et que vous me soutenez, donc merci à vous pour votre soutien. Évidemment, je remercie toutes les personnes qui me suivent depuis tant d’années. J’espère ne pas les décevoir.