Le Bleu-interview
Le Bleu / Hugo et Arthur.

LE BLEU en interview flash : “Seuls, mais toujours à deux” !

Notre radar à coup de cœur a récemment trouvé sa perle de début d’été ! Leur premier projet, Porte 11, a récemment été libéré, on vous emmène cette semaine le temps d’une interview flash à la découverte du groupe LE BLEU !

Au détour d’une rue toulonnaise, les notes d’un duo talentueux se font entendre. New wave, techno, rock, ballade, n’allez pas chercher à catégoriser précisément ce que vous entendez. Tel un 21 juin en bas de chez-vous, c’est une prestation curieuse et spontanée qui vous est donnée d’entendre. Le décor ainsi planté, nous vous présentons LE BLEU !


©LEBLEU / Instagram : @lebleuencore

LE BLEU, alias Arthur et Hugo, sont deux artistes issus du Sud-Est de la France. Deux comparses dont les chemins se sont croisés au lycée le temps d’une passion commune autour du cinéma. Après quelques essais créatifs dans ce septième art, c’est finalement la musique qui scellera définitivement leurs rêves et leurs ambitions.

Preuve dernière de ce chemin, leur EP Porte 11, sorti le 19 mai dernier. Un savoureux projet, qui allie sous une aura pop-rock novatrice, des compositions variées et des textes invitant à l’aparté. Mais qui de mieux pour en parler que les créateurs eux-mêmes ? Interview !

LE BLEU, l’interview flash :

1Le BLEU décrit par LE BLEU, à ce jour, ça donnerait quoi ?

Notre duo, c’est une rencontre ! Une envie simple de créer, de faire de la musique. LE BLEU c’est deux univers croisés, compo (Arthur) et écriture (Hugo). À l’heure actuelle, c’est la genèse. On veut tester, oser, s’amuser. Alors, on ne s’interdit rien et on s’amuse de tout ! Voilà qui nous sommes à ce stade (rires).

2 Votre actu c’est cet EP, Porte 11, sorti le 19 mai. Lui aussi, décrit par vos mots ça donnerait quoi ? Que diriez-vous si vous deviez donner l’envie d’écouter le projet ?

Cet EP, c’est notre premier ! C’est cliché de dire ça, mais c’est notre bébé ! Il représente toutes les influences et les envies de deux jeunes artistes et de leur premier rendu.


“ C’est cliché de dire ça,
mais c’est notre bébé ! ”

BLEU

(Hugo) : Porte 11, n’a aucune direction précise, il mutualise simplement nos affinités et nos aptitudes. C’est de la musique spontanée, on s’est essayé à tout ce qui nous faisait de l’œil. On retrouve donc aussi bien de la techno, qu’adore Arthur, que l’écriture rock très anglaise que j’apprécie, de la new wave, etc. C’est le fruit de nos influences depuis petits et de notre approche de la musique. On « s’entre-influence » ; on se porte dans un projet commun !

“Nous sommes relativement autodidactes”

(Arthur) : D’ailleurs c’est peut-être en ça que je dirai que c’est intéressant de l’écouter. Il y aura un avant et après Porte 11 pour nous. C’est un fait précieux d’assister aux commencements musicaux d’un groupe. Tant on a souhaité l’EP libéré de toute forme de contrainte, il peut plaire à beaucoup d’oreilles. En musique, il faut être curieux!

3 À l’écoute du projet, on est impressionné par la qualité sonore du rendu, surtout pour un premier EP. Tant dans l’interprétation que dans les finitions sonores des titres. Quel a été votre processus de création, étiez-vous entourés ?

(Arthur) : Merci beaucoup pour ce retour déjà. Et, en termes de processus de création, on travaille vraiment l’un avec l’autre mais chacun dans nos domaines. Je vais composer un truc, ça va lancer Hugo sur une phrase, ou inversement parfois. On se nourrit du mood de l’autre et ça démarre comme ça.

(Hugo) : Pour ce qui est de l’entourage musical, eh bien, comme dans le ciné au début, on est seuls, mais toujours à deux ! On découvre beaucoup de choses. On a des proches qui sont dans la musique, mais ils sont tellement loin de ce qu’on peut faire, qu’on se débrouille pas mal par nous-mêmes pour ce qui est mixages, direction artistique…

C’est aussi stimulant que délicat parfois. Arthur explore la technique, j’essaye de m’occuper de notre image réseaux, on se cache vraiment derrière la moindre étape. Seule la cover du projet, clin d’œil malicieux à notre rencontre ciné d’ailleurs, a été réalisée par une amie photographe.

“On ne rêve que de ça, la scène !”

4 La Rédaction est tout particulièrement tombée sous le charme de “Soirée Saturne” et de son ambiance quasi psychédélique. Est-ce qu’on peut avoir droit à une anecdote de confection, d’interprétation sur ce titre ?

C’est super étonnant que vous nous parliez de ce titre, mais ça fait plaisir ! Le plus gros morceau à ce jour, en termes de retours, c’est “Joy”, normal, c’est sur lui qu’on a le plus communiqué. Donc avoir d’autres avis, c’est chouette aussi !

Et c’est d’autant plus intéressant que ce titre, “Soirée Saturne”, a failli ne pas être sur le projet. Il était quasiment terminé, mais on l’a comme oublié dans nos maquettes. Et c’est en le réécoutant à quelques jours de la libération qu’on s’est dit « non mais le morceau est trop cool, on doit le garder ». Grosse influence de Kamikaze Brothers dans ce titre d’ailleurs !

5 Enfin, maintenant que cet EP est dehors, qu’avez vous prévu pour la suite ? Une pause après ce bel accomplissement ou les projets sont-ils nombreux ?

Un autre EP est déjà quasiment terminé, on espère le sortir avant la fin de l’été. On est parti sur quelque chose de différent, avec une ligne directrice plus nette. Donc on continue et prend plaisir ! Les retours que l’on a sont très bienveillants, ils nous poussent à continuer. On a jamais autant créé en si peu de temps. C’est très plaisant à vivre, surtout à deux.

Enfin, si on devait aller plus loin, on ne rêve que de ça, la scène ! C’est drôle d’ailleurs, pas un titre n’a été conçu sans avoir été imaginé partagé avec un public. Se faire entendre dans le sud, avec ce qu’on propose, ce n’est pas ce qui a de plus évident.

Mais on n’en démordra pas, on fera de la scène !

Découvrez Porte 11, le dernier EP du duo LE BLEU :

Lucas Laberenne