Sophie Tapie en interview : “Entre femmes, nous nous devons d’être solidaires et attentives”

Exclusivité aficia

Elle est incontestablement l’une des plus belles voix de sa génération, Sophie Tapie est de retour avec “Malaisant”, un nouveau single prometteur. Elle nous en parle sur aficia !

En 2015, deux années après un brillant parcours au sein de la deuxième édition du télé crochet ‘The Voice’, Sophie Tapie se dévoilait sous un univers pop-folk à travers Sauvage, son premier album couronné de succès au Québec.

Désormais, l’artiste prépare activement la suite et lèvera le voile sur son deuxième disque dans les prochains mois. Mais en prélude, l’artiste dévoile le single “Malaisant”, un titre fort et percutant sur lequel elle revient pour nous.

Sophie Tapie : l’interview…

Deux années après avoir chanté l’amour universel et la tolérance avec le single “We Love”, vous effectuez votre retour avec “Malaisant”, un titre beaucoup plus sombre, du moins en ce qui concerne le texte. Pourquoi avoir attendu autant de temps ? Est-ce que cela traduit le désir d’emprunter une nouvelle direction artistique ?

Il est vrai que “Malaisant” dévoile une partie de moi beaucoup plus obscure. J’ai mis beaucoup de temps pour trouver un compromis entre mes influences folk-country, et la musique électro. Même si l’arrangement change des titres précédents, je n’ai pas changé ma manière d’écrire et de composer ma musique. Mais mes mélodies sonnent toujours très variété française, car en vrai, je pense que je suis capable de ne créer que ça ! De plus, ce qui me tient vraiment à cœur, c’est de pouvoir rester énergique sur scène car c’est la seule raison pour laquelle je fais de la musique… La scène, il n’y a que ça de vrai !

Votre single “Malaisant” évoque les violences conjugales et l’humiliation. Pourriez-vous nous expliquer la genèse de ce titre ? Avez-vous été inspirée par les mouvements actuels et le fait que la parole des femmes se libère enfin ?

On ne voit jamais vraiment ce qui se cache derrière le maquillage.

Sophie Tapie

Ce titre est ma manière à moi de faire mon mea culpa. Je trouve qu’il y a un fossé énorme et inatteignable entre une femme qui n’a jamais connu les violences conjugales, et une femme qui l’a expérimenté… Malheureusement, je faisais partie de ces femmes qui ne pouvaient ni entendre, ni comprendre le calvaire et les cris de détresse de ces ‘autres femmes’ . C’est grâce au témoignage d’une femme que j’ai pris l’entière conscience de mes erreurs passées. Je faisais partie de ces filles qui pensaient que ça ne peut arriver qu’à un certain type de femme. Mais malheureusement, aucune de nous n’est à l’abri, dans cette situation, il n’y a plus de femme forte, il n’y a plus de fierté, il ne nous reste plus rien. De plus, j’ai écrit “Malaisant” en hommage à nos grand-mères et arrière-grand-mères dans les années 50 qui n’avaient aucun soutien et aucune voix… Les violences conjugales ne datent pas d’aujourd’hui.

Vous traitez ce sujet avec beaucoup de férocité, sur une mélodie pop-électro cinglante et entêtante, est-ce pour symboliser l’état d’esprit d’une femme forte ?

Évidemment que je traite ce sujet avec beaucoup de férocité, comment pourrais-je le traiter d’une autre manière ? Dans ce genre de situation, entre femmes, nous nous devons d’être solidaires et attentives. On ne reconnaît pas une femme battue quand on la croise dans la rue. C’est bien plus profond que ça.

Malgré la gravité de la thématique, pensez-vous que c’est important de pouvoir restituer ce message au public à travers un rythme plus enjoué ?

Au travers de ce clip, j’avais tout simplement envie de remettre la lumière sur ce sujet. Le rythme de “Malaisant” est soutenu et dynamique mais pour ma part, je ne le trouve pas enjoué. Les accords sont même plutôt tristes et c’était un parallèle que je trouvais intéressant à explorer.

Vous chantez d’emblée Tu crois connaître tout de ma vie juste en me regardantou encore Lisser l’image, me mettre case dans laquelle je suis de trop. Avez-vous la sensation que l’on a pu vous juger trop rapidement, vous coller des étiquettes au cours de votre carrière ?

Pour ce qui est de ce que je raconte dans les couplets, je ne parle pas de moi. Je parle de l’image de la femme parfaite que peuvent avoir les gens de prime abord, pour découvrir par la suite que tout ceci n’est qu’une mascarade, un masque. Sans vouloir me répéter, on ne reconnaît pas une femme battue dans la rue, vous pouvez passer plusieurs mois dans le même bureau qu’une femme qui se fait maltraiter, sans même vous en rendre compte. Je voulais mettre vraiment un point d’honneur sur ce sujet, on ne voit jamais vraiment ce qui se cache derrière le maquillage. Donc ça n’a rien à voir avec les étiquettes et ma carrière !

Clip “Malaisant” : Sophie Tapie mortelle avec Laurence Boccolini

Quel conseil pourriez-vous donner aux femmes, et plus généralement à toutes les personnes qui n’osent pas aller de l’avant ou prendre la parole pour dénoncer des comportements déplacés ?

Je ne pense pas que ça serait ma place de donner des conseils à qui que ce soit… Si ce n’est que nous nous devons de sortir du cadre de temps en temps et prendre le temps d’être attentifs aux gens qui nous entourent. D’après tous les témoignages que j’ai reçu, le seul moyen de s’en sortir dans ce genre de situation, c’est d’en parler, mais on ne peut pas en parler si personne n’écoute en face. En tant qu’artiste, il y a des causes qui me touchent plus que d’autres, comme ce sujet-là, la cause des LGBT ou les animaux par exemple. Je suis contente de pouvoir en parler, cependant, il ne me semble pas que donner des conseils soit de mon ressort.

Pensez-vous que le rôle d’un artiste est de mettre des mots sur les maux de notre société ? Est-ce plus évident pour vous de vous exprimer par le biais de la musique ?

Comme j’ai pu le faire pour mes autres clips, je fais toujours tourner des amis à moi.

Sophie Tapie

Le rôle d’un artiste, comme nous pouvons le voir en ce moment, ce qui date d’époques ancestrales, c’est de divertir avant tout. Heureusement qu’il y a des artistes ! Sinon plus de Netflix, plus de télévision, plus de musique, et le temps en confinement nous paraîtrait encore plus long ! (rires). Ce qu’un artiste raconte à travers ses chansons lui est propre. Ça doit sortir de l’intérieur, donc encore une fois si ce n’est pas une démarche honnête et authentique il ne faut pas forcer les choses. Pour que les choses avancent, il n’y a pas seulement besoin des gens qui sont au devant de la scène, il suffirait que tout le monde fasse un tout petit truc de son côté… Pour m’exprimer, tout me paraît plus simple comme ça passe au travers de ma musique mais il ne faut pas jeter la pierre aux personnes qui trouvent ça moins évident.

Le clip a les allures d’une série à la fois dramatique et amusante, d’où vient l’idée de ce scénario ?

L’idée du scénario vient de moi, et de ma chef de projet qui s’appelle Laura Bombes, et c’est un aptonyme ! J’ai la chance d’avoir trouvé au sein de mon équipe une belle personne avec des idées aussi farfelues que les miennes !

Comment avez-vous choisi les personnalités qui jouent à vos côtés ?

Je me suis entouré d’une guest fabuleuse, Laurence Boccolini. Et pour la petite anecdote, je l’avais en tête pour qu’elle puisse jouer le rôle de la femme forte ! Quand je lui ai proposé le rôle, elle m’a alors confié qu’elle avait elle-même été une femme battue pendant des années. J’étais très émue qu’elle partage ça avec moi… J’ai découvert sur ce tournage une super artiste et surtout une super bonne comédienne ! Comme j’ai pu le faire pour mes autres clips, je fais toujours tourner des amis à moi. Il y a ma sœur et mon meilleur ami, la meilleure amie de Laura, Solène Chabaud, mais aussi de vrais acteurs comme Benjamin Bensoussan qui est mon mari, Tom Sideb et Jean-Pierre Avrin. J’ai eu beaucoup de chance d’être entourée par des personnes si talentueuses !

Sophie Tapie - Malaisant - Capture YouTube

Si vous deviez être l’une des protagonistes de la série ‘Desperate Housewives’, laquelle seriez-vous et pourquoi ?

Dans ‘Desperate Housewives’ j’aurais aimé être Bree Van de Kamp. Je me suis d’ailleurs beaucoup inspirée de son personnage pour jouer le clip. Ce que j’aime particulièrement dans ce rôle, c’est de nouveau retourner à cette histoire de masque. C’est d’apparence la femme au foyer idéal, et pourtant c’est la plus forte est la plus folle de toutes !

Est-ce que nous pouvons dire que ce clip s’inscrit totalement dans la logique du Girl Power ?

Bien-sûr qu’il est totalement Girl Power ! Dans cette fiction, j’avais envie que ces nanas brillent, qu’elles soient les héroïnes et que pour une fois, elles gagnent la partie haut la main !

Êtes-vous actuellement en cours d’enregistrement de votre deuxième album studio ? Quels sont vos projets pour les prochains mois ?

Oui, je suis bien en préparation d’un album aux sonorités électro qui sortira courant 2020, j’ai hâte que vous écoutiez ça ! Et ça risque de vous surprendre mais vous commencez à me connaitre, je ne suis jamais là où l’on m’attend.

SOPHIE TAPIE
SA PLAYLIST EXCLUSIVE