Tryo - DR

Tryo en interview : “C’est une fête qu’on fait pour le public”

Exclusivité aficia

Ce sont les 25 ans de Tryo ! Un album est dans les bacs et une grande tournée se prépare. À cette occasion, nous avons eu le privilège de discuter de tout ça avec l’un des membres sur aficia…

Retour en janvier 2020. Tryo dévoilait non pas un nouvel album de compositions originales, mais bel et un bien un album de reprises, en duo. Forcément, le célèbre groupe fête ses 25 ans de carrière !

Un bel anniversaire qu’il a décidé de fêter en studio, mais aussi sur scène à travers une tournée événement qui arpentera notamment un bon nombre de festivals cet été. Mais malgré les mesures de confinement, Tryo à également offert au public son concert à l’AccorHotels Arena, prévu le 13 mars dernier dans des conditions particulières

À cette occasion, nous avons longuement échangé avec le chanteur Christophe à ce sujet. On a notamment parlé du projet XXV, de leurs collaborations avec Véronique Sanson ou Bigflo & Oli, mais aussi de cette tournée qui arrive à grand pas…

Tryo : l’interview…

Comment est née cette idée de faire un best-of ré-enregistré à la sauce 2020 ?

Tout simplement car ce sont les 25 ans de Tryo. L’idée est venue d’un concert. On s’est dit qu’on allait marquer le coup en faisant un grand concert. Après, on s’est dit qu’on inviterait plein d’amis, toutes les personnes qu’on a pu croiser durant ces longues années, qui nous ont inspirés, qui nous ont suivis, avec lesquelles on a déjà fait des collaborations. Puis on s’est dit que cette idée était chouette. Et si on allait plus loin ? Au delà du concert, on a voulu concrétiser cela par un disque. On s’est mis à contacter quelques personnes. On s’est aperçu que ça nous plaisait à fond de reprendre nos morceaux avec quelques artistes. On en est arrivé à faire cet album où on revisite le répertoire de Tryo en duo avec plein d’artistes qui font partie de notre histoire. 

Il y a un côté intergénérationnel dans ce disque car c’est tout une génération qui se regroupe.

Christophe Mali

La liste des invités est longue. Il ne s’agit que d’artistes coups de coeur ?

C’est bien plus que des coups de cœur. Il y en a beaucoup qu’on connaît depuis plus de 20 ans. Ce sont des artistes qui nous ont donné envie d’écrire. Je pense à Bernard Lavilliers, à Renaud, Véronique Sanson… Ce sont des personnalités, des chanteurs qu’on connaît depuis très très longtemps. Et puis, il y a ceux qui ont évolué avec nous. Je pense à Matthieu Chedid, à Massilia Sound System. On a commencé quasiment ensemble. Ce sont des personnes qu’on aime. Mais c’est au-delà de ça, tous les artistes qui sont là sont des artistes avec qui on a vécu des choses ensemble, que ce soit des concerts ou des bons moments en festivals.

Il y a toute une vague de cette nouvelle génération aussi. Pourquoi eux ?

Oui, il y a toute cette génération de jeunes qu’on a découvert en festivals et qui viennent nous voir, c’est le cas de Vianney ou Bigflo & Oli, en nous disant “Je vous écoute depuis que je suis jeune” ou “Vous m’avez donné envie de faire de la musique”. Il y a ce côté intergénérationnel dans ce disque car c’est tout une génération qui se regroupe. C’est quelque chose qui nous ressemble. On est vachement dans cet esprit-là.

Comment ça se prépare logistiquement parlant d’avoir autant d’artistes sur son album ? 

Contrairement à pas mal d’albums de duos qui se font aujourd’hui, nous sommes non pas partis de la chanson mais de l’artiste. C’est-à-dire que nous avons fait la liste idéale des artistes que nous voulions sur cet album. Et ensuite, on s‘est vraiment posé la question suivante : “Quelle chanson collerait le mieux à l’artiste”. On est vraiment parti comme ça. Il se trouve que dans le répertoire de Tryo, il y a beaucoup de choses, des chansons engagées, reggae acoustiques, des chansons plus chansons françaises. Du coup, on a réussi, du moins je l’espère, à faire que chaque artiste se retrouve dans cet album. Il y a des chansons où tu te demandes : “Qu’est-ce que Tryo va pouvoir faire avec des artistes comme Véronique Sanson ou Hubert-Félix Thiéfaine où leur univers est tellement éloigné”. On a vraiment fait en sorte qu’on retrouve l’ADN de Tryo et celui de l’artiste, tout en revisitant les titres musicalement.

À quel point c’est important pour vous de toucher un large public. Car la nouvelle génération vous connaît peu finalement

Écoute, on a toujours eu un regard sur la jeunesse avec Tryo depuis nos débuts. Ce n’est pas forcément par rapport au public ni même aux musiciens, aux chanteurs et à ce qu’il se faisait. Il se trouve qu’on est assez curieux. On aime découvrir de nouvelles choses, de nouveaux artistes. Sur nos premières parties, c’est quelque chose qu’on prend très à cœur. On va beaucoup à la recherche de ce qu’il se fait ailleurs. C’est quelque chose qui nous plaît. Étant donné qu’on tourne beaucoup en festivals, on aime aller voir ce que la jeune génération produit, propose.

Tu penses à un artiste en particulier ?

Quand on a connu Bigflo & Oli par exemple, ils n’étaient pas là où ils en sont actuellement, mais c’est quelque chose qui est vachement important pour un artiste, de se tourner vers la nouvelle génération, lui ouvrir des portes, en leur proposant de venir chanter un morceau avec nous s’ils en connaissent un par cœur, sur scène, en festivals, peu importe ! Je repense à Vianney par exemple. On aime ouvrir des portes. Que le champ des possibles soit le plus grand. Ça, ça nous intéresse beaucoup. Alors c’est vrai qu’on s’est retrouvé avec des premières parties qui sont arrivés là, avant même de faire un premier album. Je pense à Canine, Olivia Ruiz… On a cette ouverture-là ! On le fait aussi par rapport au public. C’est hyper intéressant ! Nous, on a plus 25 ans, on vieillit, et ça fait plaisir de voir que notre public ne vieillit pas finalement, et de se dire que cette jeunesse a encore des choses à dire et à défendre. C’est extrêmement important pour nous. D’être à l’écoute de ça, d’être ouvert !

C’est une fête que l’on fait pour le public !

Christophe Mali

Typiquement, je vous ai vu en live il y a quelque semaines, vous avez partagé la scène avec le jeune groupe Therapie Taxi. Un moment unique ! C’est ça aussi le partage pour vous ?

C’est un très très bon exemple. J’aime beaucoup le style que défend Therapie Taxi, ce côté sauvage, nocturne… On les a rencontré ce jour-là. On ne les connaît pas d’avant. Je vais dans leur loge, je rencontre Raphaël, le chanteur. On fait connaissance, on discute, et il me dit “moi j’ai dragué des nanas sur un morceau à vous, mais comme un fou, c’était “Sers-moi. Je le connais par cœur, j’adore !”. À ce moment-là je ne lui ai pas dis que je l’inviterai sur scène. Et pendant notre passage, j’ai vu que Raphaël n’était pas très loin dans le public. Il chantait, il était à fond sur le côté de la salle. Je l’ai un peu mis à l’amende. Et puis comme tu l’as vu, il a continué à la chanter avec nous sur scène, il l’a tenait hyper bien ! Il l’a maîtrisait vraiment ! C’était de l’impro totale. Ça fait extrêmement plaisir, parce que ça nous surprend nous-même, et le public aussi ! Il est vachement à l’écoute de ça, de se dire qu’on est artiste, on écrit des chansons, c’est un moment de fête, un moment de partage… 

C’est un peu l’ambiance qu’on retrouvera en tournée cet été ?

Exactement ! On est là-dessus en ce moment. Ça fait des mois et des mois qu’on prépare ça. Ce n’est pas impossible que des invités nous rejoignent.. C’est une fête qu’on fait pour le public. Mais c’est quelque chose qu’on fait aussi pour nous, pour cet anniversaire. On se fait plaisir !

Un deuxième single vient d’arriver,“Désolé pour hier soir”, un autre grand classique !

On avait envie d’aller là où on ne nous attendait pas, une fois de plus. On avait envie de surprendre un peu tout le monde. Car “L’hymne de nos campagnes” a été une vraie surprise pour nous, on ne s’attendait pas à un tel engouement. C’était au delà de nos attentes. C’est un morceau qui était déjà passé à la radio. Pour nous, cela avait un sens par rapport à l’écologie et par rapport à l’histoire de Tryo. C’est grâce à ce morceau qu’on s’est rencontré.

Tu parlais d’écologie à l’instant. 20 ans plus tard, les choses ont-elles suffisamment changé selon vous sur l’environnement ?

Les choses n’ont pas suffisamment changé, ça c’est sûr. Quand on parle d’environnement, on parle d’urgence. Et ça ne va pas assez vite, c’est clair. Par contre, nous on a pas du tout un discours alarmiste. On rappelle qu’en 20 ans, beaucoup de choses ont évolué. Aujourd’hui, l’écologie fait partie des idées principales des gens, et de la politique en France et en Europe. C’est quelque chose d’extrêmement important. C’est au delà de la prise de conscience. On est davantage dans une phase où on veut réinventer le monde pour envisager l’avenir différemment, avec, je l’espère, une nouvelle manière de penser la propreté, une nouvelle manière de se dire qu’on n’est pas propriétaire des choses. On est juste locataire des choses, on est juste des usagers à court terme. Les choses ne nous appartiennent pas. Au delà de l’écologie, ça va beaucoup plus loin que ça. C’est politique. Bien sûr que les choses ne vont pas assez vite. Mais il y a 20 ans, personne ne parlait d’écologie. Absolument personne ! Alors que les scientifiques avaient le même discours qu’aujourd’hui. Je pense qu’il y a beaucoup de choses qui ont évolué.

En matière d’écologie, les choses n’ont pas suffisamment changé, ça c’est sûr.

Christophe Mali

Penses-tu qu’on puisse imaginer du mieux grâce à cette nouvelle génération ?

On le voit avec la génération de Greta Thunberg, elle veut prendre davantage les choses en main. On préfère regarder les choses positives qui se sont passées, tout en étant optimistes pour l’avenir, quand même. Ça me paraît totalement utopiste mais je pense que dans les 20 prochaines années, il y a plein de choses nouvelles qui vont arriver dans l’écologie.

Pour conclure, aficia étant précurseur des nouveaux talents, avez-vous envie de mettre en avant un futur talent ?

J’en ai plusieurs qui me viennent en tête, mais ils ont tous explosés, donc je ne les considère plus comme nouveaux talents (Rires). Mais l’album de Pomme est un super album. Elle a été complètement mis en avant, tout le monde en a parlé donc je ne sais pas si je vais parler d’elle. En revanche, je peux te parler d’un chanteur qui, pour le coup, n’est pas connu. Il s’appelle Gérald Genty. Il en est à son troisième album. Il fait penser à Boby Lapointe et Alain Souchon. Il joue beaucoup avec les mots. Il a comme une sensibilité des mots. Il a un titre qui s’appelle “Planeur”. C’est le single de son nouvel album. C’est un morceau qui parle de la parentalité, qui parle des papas/mamans par rapport à leurs enfants. C’est vraiment émouvant. L’album est super. J’invite tout le monde à le découvrir parce que c’est une chanson extrêmement émouvante. Quand je fais écouter cette chanson à mon entourage on me dit que c’est mortel. C’est une vraie découverte. Gérald Genty est vraiment un jeune artiste pour le coup.