Qui est Alok, le DJ n°1 au Brésil avec « Hear Me Now » ?

Après avoir fait danser les foules du plus grand État d’Amérique latine, Alok et Bruno Martini débarquent sur le sol Français avec « Hear Me Now ». C’est en écoute sur aficia.

Dès son plus jeune âge, Alok était prédestiné à une carrière de DJ. Né de parents artistes à forte notoriété dans son pays natal, le Brésil, l’artiste de 25 ans a débuté une carrière aux côtés de son frère à l’âge de 12 ans. Il s’envole ensuite en solitaire à 19 ans et reçoit les honneurs de la presse. Il est élu Meilleur DJ du Brésil deux années de suite (2014 et 2015), se positionne en 25ème position du Top 100 DJ Mag en 2016, juste derrière les légendes DJ Snake, Diplo, et juste devant Kygo. Il devient alors le premier DJ brésilien de l’Histoire à se hisser dans le top 25 de ce prestigieux classement.

Bientôt en France !

Alok est un DJ qui sait se renouveler musicalement. C’est bien pour cela qu’il enchaîne les succès depuis quelque temps. Il n’y a qu’à voir la ferveur que remporte son single « Hear Me Now », en collaboration avec Bruno Martini et le chanteur américain Zeeba. Pourtant sortie en octobre dernier, cette fantastique collaboration a propulsé ce single ultra-efficace au sommet des charts en Azerbaïdjan, en Italie, en Equateur et plus au Nord de l’Europe (Norvège, Pays-Bas…).

Désormais, c’est au tour de la France de succomber à ce petit bijou qui compte déjà 75 millions de vues sur YouTube pour son clip touchant. Nous suivons les aventures d’un père et d’un fils qui nous rappellent que la vie n’est pas un long fleuve tranquille…

Découvrez le clip « Hear Me Now » d’Alok :

Parallèlement, Alok a débuté une tournée des festivals à travers le monde entier (Argentine, Chili…) et posera très bientôt ses valises en France pour une date unique : l’Electrobeach Festival qui se tiendra du 13 au 15 juillet à Port-Barcarès. Il jouera notamment son tube planétaire, mais aussi son nouveau single « Fuego » qui cumule déjà 15 millions d’écoutes en quelques semaines. Quelque chose nous dit qu’on a pas fini d’en entendre parler…