Ibrahim Maalouf offre un voyage puissant avec ‘Levantine Symphony N°1’

Ibrahim Maalouf fait son retour avec Levantine Symphony N°1. Faut-il écouter ce nouvel opus ? Réponse avec aficia.

Après nous avoir conquis avec Red & Black Light (2015), avoir fêté dignement dix ans de scène avec 10 ans de live ! (2016), après avoir fait hommage à Dalida avec Dalida by Ibrahim Maalouf (2017) le trompettiste de génie marque son retour avec un projet ambitieux : Levantine Symphony N°1.

En quelques années Ibrahim Maalouf est devenu l’artiste de jazz le plus populaire de l’Hexagone. Il faut dire qu’il a eu l’audace de s’inviter aux côtés d’artistes comme – M -, Disiz La Peste, Arthur H ou encore Amadou et Mariam. De quoi mettre en avant ses talents multiples.

Ibrahim Maalouf riche de culture

Avec Levantine Symphony N°1, Ibrahim Maalouf nous embarque dans une pièce musicale grandiose, riche de genres et de cultures. C’est classique, c’est jazz, moderne et même un peu pop. C’est un projet qui se déroule comme la bande son d’un grand film et qui s’ouvre de manière magique avec un Prelude de 58 secondes avant de lâcher la fougue dès la première piste.

Cette création musicale a été composée en collaboration avec la New Levant Initiative, une organisation américaine qui aide à la compréhension et au développement culturel et économique du Levant. Ibrahim Maalouf, compositeur et directeur musical de ce projet, fait à la fois intervenir son groupe historique composé de François Delporte, Frank Woeste, et Stéphane Galland, un orchestre symphonique, le Paris Symphonic Orchestra, un chœur d’enfants, la Maîtrise des Hauts de Seine et un ensemble de cinq trompettes microtonales.

Mélodique et éclectique…

Allergique au jazz ? Alors bonne nouvelle, vous avez la capacité d’écouter cette pièce musicale. Elle est justement le parfait exemple de l’éclectisme dont Ibrahim Maalouf est capable. Même si cet ADN est bien présent, on se laisse porter par la beauté des cordes, la grandeur et splendeur du chœurs d’enfants.

On se laisse donc porter par les 16 pistes. À écouter d’un seul tenant tant l’œuvre est homogène. C’est doux et rythmé à la voix. Tendre et violent. Puissant musicalement, talentueux dans la veine. Certe, Ibrahim Maalouf ne signe pas un album ‘grand public’, mais une pièce musicale qui s’écoute facilement, même pour un néophite.

Découvrez Levantine Symphony N°1, le nouvel album d’Ibrahim Maalouf :

Ibrahim Maalouf - Levantine Symphony N°1

Levantine Symphony N°1 est à écouter d’une traite. L’ensemble est bien trop homogène pour se laisser distraire par autre chose. Alors oui, l’album ne sera pas à mettre entre toutes les mains et il pourrait faire figure d’OVNI au regard des musicale actuelles qui squattent le Top 50.

Qu’importe, il reste appréciable de se poser et d’écouter de la musique. Classique, Jazz… La force d’Ibrahim Maalouf et justement de savoir nous porter dans un univers parfois un peu trop élitiste. Au final, il démocratise un genre. Le rend populaire. Et rien que pour ça il mérite d’être écouté !

4
Afficher plus
Fermer
Fermer