The Wash : faut-il écouter l’album ‘Just Enough Pleasure to Remember’ ?

The Wash - Just Enough Pleasure to Remember

The Wash sera ce vendredi 7 février dans les bacs avec son premier album : Just Enough Pleasure to Remember. Faut-il écouter ce premier opus ? Réponse avec aficia.

The Wash c’est la rencontre de David Quattrini originaire du Massachusetts et de Jérôme Plasseraud originaire de Versailles. De cette rencontre, en 2017, naîtra The Wash, alliance du talent du chanteur-claviériste et du guitariste.

De ce tandem, nous allons immédiatement retenir un sens de la mélodie, une énergie positive et une richesse des arrangements. La preuve en quelques mots.

Alliance des genres

Mettre Just Enough Pleasure to Remember sur sa platine c’est partir pour un voyage sonore qui vous embarque vers un univers encore inconnu. C’est fait de pop, d’électro, de folk… sans jamais pourtant arriver à définir un style précis.

Il y a de grand moment, comme avec “Morning Lights” qui offre un pont musical dont l’auditeur risque de ne pas ressortir indemne. L’ensemble de l’opus est riche de claviers, de guitare, de touches rétro délicieuse et d’une voix qui ne semble jamais être la même.

Autre ambiance avec “Natasha” avec un rythme qui nous fait taper du pied tandis que “Summer” sonne comme une douce mélancolie avec un parfum d’été qui s’échappe en douces volutes musicales.

Authentique et électronique…

Le format, riche de 10 titres et mixé par Dave Bascombe, offre de beaux moments, comme avec “TwoFace” par exemple. On aime les rythmes, les originalités et les inspirations globales de l’opus. Même si il souffre quand même de quelques défauts…

En effet, il y a parfois un certain ennui qui s’installe et on aurait alors tendance à vouloir passer (trop vite) à la piste suivante. Et si certaines pistes affiche un beau dépouillement, laissant pleinement la possibilité à chaque éléments de pouvoir s’exprimer librement, The Wash fait aussi le choix de noyer d’autres productions par des effets trop lourds à notre goût. Qu’importe, il faut bien avouer que pour un premier opus, la promesse est largement tenue.

Découvrez Just Enough Pleasure to Remember,
le premier album de The Wash :

The Wash - Just Enough Pleasure to Remember
The Wash - Just Enough Pleasure to Remember
Verdict

C’est un premier album de talent que nous offre ici The Wash. En effet, si on regrette parfois un manque de surprises, entraînant donc une lassitude d’écoute, Just Enough Pleasure to Remember tient largement ses promesses.

L’album a une belle production et les rythmes sont variés. Entre mélancolie et ton plus énervé, il y a de quoi faire. The Wash impose finalement son style, celui qu’il a tissé comme un pont entre les États-Unis et la France. L’alliance de deux talents qui ne devrait pas laisser indifférent le public.

On aime
L'univers global
Coup de coeur pour “Morning Lights”
On regrette
Des effets parfois inutiles
Une certaine forme de lassitude
3.5