Travis Scott frappe fort, très fort, avec son album ‘Astroworld’

Retour surprise de Travis Scott dans les bacs avec Astroworld. Un opus riche, complexe et à découvrir sur aficia.

C’est le retour surprise, celui avant la déferlante de la rentrée. Teasé via une vidéo, Travis Scott a fait l’annonce de la publication de son nouvel album que lundi… Laissant ainsi moins d’une semaine à ses fans pour se préparer à l’impact.

Astroworld fait suite à Birds in the Trap Sing McKnight, sorti en 2016, et marque donc l’ère du nouvel opus du rappeur de Houston. Sa pochette fait déjà sensation, réalisée par le photographe David LaChapelle, extravagante à souhait, et marquant l’hommage que souhaite rendre Travis Scott au parc d’attraction ‘Six Flags Astroworld’. Un parc qui se trouvait dans sa ville natale… avant sa destruction en 2005.

Mais au-delà du visuel, et de la vidéo de présentation ultra alléchante, nous avions réellement hâte de voir ce que pouvait proposer Travis Scott. Surtout après son passage au festival de Lollapalooza Paris il y a deux semaines.

Casting 5 étoiles

La première chose à noter est le casting présent sur l’opus. C’est du 5 étoiles, du caviar, la crème de la crème. 17 titres et presque autant de collaborations… Frank Ocean ouvre le casting avec « Carousel », Drake entre dans la danse avec « Sicko Mode », Pharrell et The Weeknd sont présents sur « Skeletons », 21 Savage sur « NC-17 », Stevie Wonder s’invite sur « Stop Trying To Be God »…

Et la liste continue : Swae Lee, James Blake, Kid Cudi, Juice WRLD, Sheck Wes, Gunna, NAV, Don Toliver, Quavo, Takeoff… C’est impressionnant et ça donne vraiment le tournis ! Ajoutons à cela que c’est Mike Dean (Beyoncé, Kanye West, Big Sean…) qui assure le mixage et voilà que sur le papier Astroworld fait des ravages.

À l’écoute…

Il faut bien l’avouer : il faut plus d’une écoute pour prendre l’ampleur de ce cru. Travis Scott propose en effet un album très riche, parfois complexe. Toutefois, il se dégage une certitude quant à la production qui est parfaitement cohérente, les textes qui tapent parfaitement là où il faut et l’ensemble est mûri, maîtrisé dans les moindres recoins.

Après il faut y voir une sorte d’introspection de la part de Travis Scott. Il expliquait d’ailleurs dernièrement qu’Astroworld était « un album plus personnel » afin que le public arrive à mieux le cerner et ainsi « connaître la rage » qu’il « porte à l’intérieur ».

Alors avec ses productions où l’on retrouve Sonny Digital Cardo, Murda Beatz, Wondagurl, Nineteen85, ou encore Hit-Boy aux crédits, on garde en mémoire des titres comme « Stop Trying to be God » avec James Blake, Kid Cudi et Stevie Wonder. Ce dernier ne pose pas sa voix mais joue l’harmonica. Il y a aussi le très bon « 5% Tint » et « Wake Up », seconde piste ou s’invite The Weeknd qui co-signe également la mélodie. C’est riche et vraiment bon…

Découvrez Astroworld, le nouvel album de Travis Scott :

Travis Scott - Astroworld

Retour surprise, certes, mais retour flamboyant. Sous cette forme de rage intérieure, Travis Scott livre sans doute le meilleur de lui-même. Une introspection qui fait du bien dans sa discographie.

L’album fourmille de pépites, l’ennui ne s’installe jamais grâce à des phases multiples, passant de la mélancolie à des uppercuts puissants qui devraient faire vibrer les plus grandes scènes où Travis Scott se produira. Astroworld c’est aussi la multiplication des talents, qui chantent, composent, produisent… Travis Scott arrive, au final, à nous embarquer dans son monde fou, celui d’un parc d’attractions fantôme ou le talent règne en maître.

3.5
Afficher plus
Fermer
Fermer