« Born To Be Alive » : l’histoire du tube de Patrick Hernandez

« Born To Be Alive »… vous connaissez ce titre, mais connaissez-vous son histoire ? Venez la découvrir sans plus attendre avec aficia.

De nombreux titres ont marqué la mémoire et le cœur de ceux qui les ont aimés, mais aussi la carrière de ceux qui les ont interprétés, écrits ou composés. Ces titres ont une histoire, comme celle de « Born To Be alive » de Patrick Hernandez…

« Born To Be alive » est l’exemple même du morceau à histoire puisqu’avec ce seul titre, l’auteur, compositeur et interprète Patrick Hernandez a construit sa carrière, sa gloire et sa fortune depuis presque quarante ans. En effet, qui n’a pas un jour entendu, fredonné ou bougé son corps sur ce titre apparut en 1978 et qui a fait danser plusieurs générations.

À ses débuts, Patrick Hernandez est un artiste qui officie au sein de plusieurs groupes sans rencontrer véritablement le succès, au point qu’il songera à arrêter la musique pour partir élever des veaux dans le Périgord. Heureusement c’est à cette époque que le producteur Jean Van Loo lui demande de le rejoindre en Belgique pour travailler avec lui et que naîtra le titre « Born To Be Alive ».

À l’origine, « Born To Be Alive » devait être un titre rock s’inspirant d’anciennes chansons à succès de plusieurs pays. Mais la vague disco étant passé par là, le titre est plusieurs fois remixé pour être sorti dans la version que l’on connait aujourd’hui.

« Born To Be Alive » une machine à cash

C’est en Italie que le titre rencontre un premier succès en 1978. Il y sera certifié disque d’Or, avant d’être édité par CBS France l’année suivante. À partir de ce moment le single est une véritable déferlante à travers l’Europe et le monde où il s’en vendra jusqu’à 20.000 exemplaires par jour.

Certifié en tout 54 fois disque d’Or et totalisant plus de 25 millions d’exemplaires vendus, « Born To Be Alive » est autant un tube planétaire qu’une véritable manne financière qui a fait la fortune de son auteur. Étant à la fois auteur, compositeur et producteur de son titre, Patrick Hernandez touche ainsi l’intégralité des droits d’auteurs qui lui rapportent entre 800 et 1500 euros par jour pour son exploitation. La renommée du morceau est telle qu’une diffusion radio, en fonction du type de station et l’importance du diffuseur, se négocie entre 1,80 et 10 euros le passage.

On comprend alors aisément pourquoi Patrick Hernandez déclarait qu’il devait tout à ce titre. Un « Born To Be Alive » qui encore aujourd’hui résonne à travers la planète et assure à vie des revenus, pour le moins confortables, à ce one-hit wonder, c’est-à-dire un artiste connu pour un seul tube. Quand on pense qu’à l’époque de la sortie du single, son entourage professionnel avait refusé de mettre le portrait de Patrick Hernandez sur la pochette du single, au cas où celui-ci n’aurait pas marché, cela doit bien le faire rire aujourd’hui.

(Re)Découvrez « Born To Be Alive » de Patrick Hernandez:

Le saviez-vous ?

Lorsque Patrick Hernandez et son producteur auditionnèrent des danseuses pour une tournée promotionnelle, figurait parmi les candidates une jeune danseuse américaine à la personnalité déjà bien affirmée. Son nom : Madonna Louise Ciccone.