Måns Zelmerlöw

Måns Zelmerlöw en interview : « J’aimerais bien travailler avec Amir ! »

À l’occasion de son passage en France pour la promotion de la réédition de son dernier album, aficia a pu poser quelques questions au Suédois Måns Zelmerlöw.

Grand gagnant du Concours Eurovision en 2015, Måns Zelmerlöw est une star chez lui en Suède. Après son sacre, il est parti à la conquête de l’Europe avec son cinquième album studio Perfectly Damaged. Il a dévoilé en décembre dernier une version française de son tube « Should’ve Gone Home », enregistrée spécialement pour nous. Le titre est présent sur la réédition de l’album baptisé Perfectly Re:Damaged, tout comme la chanson inédite « Fire In the Rain ». À l’occasion de sa venue en France, nous l’avons interrogé à propos de sa musique, ses projets et l’Eurovision…

Peux-tu te présenter en quelques mots à nos lecteurs qui ne te connaîtraient pas encore ?

Absolument ! Je m’appelle Måns Zelmerlöw. Je suis Suédois. Je fais carrière là-bas depuis maintenant 11 ans. J’ai gagné l’Eurovison en 2015 et j’ai co-présenté l’édition de cette année. J’adore jouer au tennis et au football. (Sourire)

Ton album Perfectly Damaged est sorti l’an dernier, peu de temps après ta victoire à l’Eurovision. Peux-tu nous parler de l’histoire de cet album ?

On a commencé à travailler sur cet album un an avant l’Eurovision et il était déjà terminé quand le concours a eu lieu. Je suis vraiment très fier de cet album, c’est un opus très personnel, presque autobiographique. Toutes les chansons parlent d’événements et d’expériences que j’ai eus dans ma vie. J’ai travaillé avec une dizaine de paroliers et compositeurs que je connaissais déjà et ça a été une expérience extraordinaire.

Il y a quelques semaines, tu as fait ton retour avec une réédition de cet album contenant le titre inédit « Fire In the Rain ». Pourquoi avoir fait ce choix ?

J’ai décidé de rééditer l’album avec ce titre parce que « Fire In the Rain » est la chanson parfaite pour cet été. Il y a aussi la version française du titre « Should’ve Gone Home (Je ne suis qu’un homme) » qui est mon second single ici mais qui est sorti il y a de nombreux mois dans le reste de l’Europe. Il fallait donc un peu de nouveauté et je trouvais que la chanson « Fire In the Rain » était parfaite pour prendre la suite !

Ecoutez le titre « Fire In the Rain » de Måns Zelmerlöw :

« J’aime chanter en français »

Cette année, le public français a découvert tes capacités à chanter dans la langue de Molière avec la réadaptation de « Should’ve Gone Home (Je ne suis qu’un homme) ». As-tu tenté l’expérience dans d’autres pays européens ?

Oui bien sûr ! Je l’ai souvent fait pendant ma dernière tournée européenne. Pour mes concerts en France, j’ai donc chanté « Et maintenant », et pour ceux que j’ai fait en Belgique, j’ai décidé de chanter aussi « Ne me quitte pas », qui sont deux chansons de Jacques Brel que j’aime énormément. J’aime chanter en français, je pense que c’est la plus belle langue dans laquelle on puisse chanter ! Donc quand Warner France m’a demandé si je souhaitais enregistrer une nouvelle version en français de « Should’ve Gone Home », j’ai pensé que c’était vraiment une très bonne idée. Et je pense même que cette version en français est meilleure que l’originale…

Selon toi, est-il difficile pour les artistes étrangers de percer dans le paysage musical français ?

Oui en effet ! En réalité, la France est un pays très exigeant en matière de musique et il est parfois difficile de s’y imposer. Mais si tu es capable de chanter en français, je pense que tu as un gros avantage et que cela facilite la possibilité de faire carrière en France. J’ai eu de très bons retours de la part du public ici et cela m’encourage vraiment à poursuivre le développement de ma carrière dans votre pays. J’ai pu le voir lors de mon concert à La Maroquinerie en octobre dernier. C’était sûrement le meilleur concert de la tournée car le public connaissait toutes les chansons par cœur. J’espère vraiment pouvoir revenir faire de nombreux concerts ici dans les mois à venir !

As-tu pour projet de continuer à chanter et proposer de nouvelles chansons dans notre langue ?

Oui sans aucun doute ! J’ai vraiment ce projet de continuer à offrir des chansons en français pour ce fabuleux public. Il y aura sûrement une version française du prochain single. Je pense aussi qu’il serait sympa de reprendre certaines de mes anciennes chansons et de les réenregistrer en français. La France est vraiment un grand et important pays en matière d’industrie musicale. Je vais travailler pour développer ma musique ici.

Que connais-tu de la musique française et en écoutes-tu beaucoup ?

Quand j’étais jeune, j’avais l’habitude d’écouter MC Solaar, (Rires) il a sûrement été le premier chanteur français que j’ai entendu. J’aime énormément la musique française et surtout des artistes de légende comme Gilbert Bécaud, Jacques Brel, Charles Aznavour… J’écoute aussi beaucoup Stromae dont j’apprécie particulièrement le talent, je pense qu’il fait des miracles pour la musique francophone. Pour moi, la chanson « Papaoutai » est la meilleure chanson francophone de ces dernières années. La musique pop française est la meilleure ! J’aimerais bien aussi travailler avec Amir, sa chanson pour l’Eurovision était vraiment bien et il semble être cool.

Ecoutez « Should’ve Gone Home (Je ne suis qu’un homme) » de Måns Zelmerlöw :

Quels autres styles de musique écoutes-tu ?

J’écoute de nombreux styles de musique qui me permettent de m’inspirer pour ma propre musique. Mes artistes préférés sont  Coldplay, Muse, John Mayer…

« J’aimerais bien travailler avec Amir »

L’année dernière tu as remporté le concours de l’Eurovision et cette année tu l’as présenté. As-tu été plus à l’aise ?

Quand tu es dans la compétition, tu as seulement trois minutes pour prouver ce que tu es et ce dont tu es capable, alors que pour la présentation tu as les demi-finales et la finale pour montrer ce que tu vaux. J’étais beaucoup plus nerveux dans la peau du candidat que dans celle du présentateur. Je me suis vraiment beaucoup amusé, c’était vraiment incroyable de participer à nouveau à ce show et d’avoir une relation si spéciale avec le public ! Je pense que Petra Mede et moi-même avons vraiment réussi à créer une véritable connexion avec les spectateurs.

Comment t’es-tu préparé pour présenter l’émission ?

Pas assez ! (Rires) J’avais déjà présenté de nombreuses émissions en Suède alors je me sentais déjà à l’aise quand je suis monté sur scène. Avec Petra, nous avions énormément confiance l’un en l’autre, c’est une fille vraiment cool et drôle sur scène.

Qu’as-tu pensé des candidats de cette année ?

J’ai trouvé que la France et la Bulgarie avaient les meilleures chansons cette année ! Il y avaient beaucoup de chansons intéressantes durant cette édition…

Et de la gagnante ?

Sa chanson et sa performance étaient vraiment puissantes, mais ce n’était pas ma chanson préférée.

« J’espère revenir jouer en France »

Pourquoi la Suède ne l’a pas emporté cette année ?

(Rires) Parce que je pense qu’il est difficile de gagner chaque année. La France a fait un très bon travail, Amir avait une bonne chanson. Mais je pense qu’il était temps pour autre chose, nous vivons dans un monde très politisé et je pense que le choix de la chanson de l’Ukraine avec ce message politique et de paix, c’est ce dont a besoin l’Europe en ce moment.

En France nous avons une vision désuète de ce concours. Comment l’expliques-tu ?

Je pense que l’Eurovision a souvent eu la réputation d’un concours « kitch » et je trouve qu’avec les années, le concours devient de plus en plus moderne. Cette année, les Français ont beaucoup suivi l’Eurovision car ils savaient qu’Amir avait ses chances pour la victoire avec une chanson dont la production et la mise en scène pour le show ont été très modernes.

On sait que tu as une carrière dans la chanson, à la télévision et dans les comédies musicales chez toi en Suède, penses-tu te diriger plus vers l’un de ces univers pour tes projets futurs ou comptes-tu évoluer au gré de tes envies ?

J’aime faire de nombreuses choses dans la vie, mais ce que je préfère avant tout c’est être avec mon groupe sur scène. Alors j’espère vraiment pouvoir continuer à évoluer dans le monde de la musique, faire ma propre musique et développer ma carrière dans toute l’Europe.

C’est la fin de notre interview, mais la tradition chez aficia est de toujours laisser le mot de la fin à l’artiste. Tu as donc carte blanche pour t’adresser à nos lecteurs, ton public, tes fans…

Je souhaite tout simplement remercier tous mes fans en France et leur dire que j’espère pouvoir revenir jouer de nombreuses fois pour eux et qu’ils continuent à apprécier « Should’ve Gone Home (Je ne suis qu’un homme) ». Et je vous souhaite un bon été !