Pascal Obispo x Florent Pagny x Marc Lavoine - © Thomas Braut et Ralph Wenig
Pascal Obispo x Florent Pagny x Marc Lavoine - © Thomas Braut et Ralph Wenig

Marc Lavoine en interview : “’Les gens du secours’ c’est une chaîne collective au service du collectif”

Exclusivité aficia

Marc Lavoine fait équipe avec Pascal Obispo et Florent Pagny. Le but : venir en aide au ‘gens du secours’… Il nous en parle sur aficia.

C’est avec Pascal Obispo et Florent Pagny que Marc Lavoine vient d’offrir au public le titre “Pour les gens du secours”. Une chanson qui arrive alors que la France est en confinement depuis trois semaine…

Au delà d’un simple single, le trio offre ici un véritable geste d’espoir et de solidarité, l’intégralité des fonds extraits du titre seront reversés à la Fédération Hospitalière de France et à la Fondation des Hôpitaux de France.

C’est donc à cette occasion que nous avons eu l’occasion, hier, d’échanger par téléphone avec Marc Lavoine, auteur des paroles de la chanson. Il nous raconte l’histoire de ce titre, nous parle de cette amitié entre lui, Pascal Obispo et Florent Pagny… avant de revenir sur ‘The Voice’ et son futur album.

Marc Lavoine : l’interview…

Derrière “Pour les gens du secours” se cache une belle histoire. Comment est née cette idée d’écrire une chanson sur le contexte actuel ?

Cette chanson, c’est vraiment une chaîne collective au service du collectif. 

Marc Lavoine

J’avais d’abord écrit un papier sur Facebook sur les gens du secours pour rendre hommage à toute la communauté humanitaire qui s’occupe de nous en permanence, et en particulier durant cette crise. Avec Pascal, on se parle beaucoup, on s’écrit beaucoup tous les jours, par téléphone. On s’était dit que ce serait intéressant de faire quelque chose ensemble, d’essayer de produire un disque pour reverser les droits aux hôpitaux. C’est ce qu’on a fait. Je lui ai proposé un texte. Il a composé la musique. Je me suis rendu compte très vite qu’elle correspondrait très bien à Florent. C’est comme ça que cela a commencé.

Vous diriez que c’est une collaboration logique et instinctive avec Florent et Pascal ?

C’est-à-dire que vous êtes journalistes, c’est votre métier et vous essayez de faire du mieux que vous pouvez. J’imagine que c’est le cas pour tout le monde, comme les avocats. Tout le monde fait son travail pour des raisons diverses. Nombreux sont ceux qui le font pour vocation d’épanouissements personnels. Nous, c’est notre travail également, et on voulait le faire bien ! On voulait que cette chanson soit au niveau de ce qu’on voulait produire, le faire avec une certaine exigence. J’espère que c’est le cas. 

Logistiquement, comment avez-vous fait pour harmoniser vos voix à distance ?

Nous avons chacun enregistré nos voix à la maison, dans notre confinement. Pascal a envoyé ses voix à son musicien, qui les a mixées et qui a mélangé nos voix. Ensuite, il a appelé DeLaurentis qui a fait les arrangements. C’est une femme, elle travaille sur ordinateur. Elle a des instruments particuliers pour faire de genre d’arrangements. Et c’est parti comme ça ! On a mixé, on a ensuite appelé les gens de ‘The Voice’ pour filmer avec cette ligne éditoriale qui était de montrer les gens du secours.

Vous avez dû déposer des demandes administratives, j’imagine ?

Bien sûr, l’équipe de tournage s’est rendue sur place. Ils ont eu les autorisations nécessaires à l’hôpital pour une durée de 48H, puis les autorisations pour filmer l’armée, la police, la gendarmerie et les pompiers. Ils ont pu monter le clip assez rapidement. Et à côté de cela, on s’est filmé chacun chez nous avec nos propres téléphones. Pascal Nègre et son équipe a ensuite organisé tout ce qui était maison de disques, la promotion, la stratégie avec l’équipe de ‘The Voice’. C’est comme ça que cela s’est passé. C’est vraiment une chaîne collective au service du collectif. 

___STEADY_PAYWALL___

Étant donné que c’est vous qui avez écrit le texte, un fait ou des témoignages spécifiques vous ont-ils inspirés dans l’écriture ? 

À travers cette chanson, j’ai voulu donner un visage au personnel soignant

Marc Lavoine

Depuis plus de vingt ans, je travaille aux côtés de personnes atteintes d’autismes. J’ai pu voir, de façon très régulière, à quel point les personnels soignants et les parents étaient dans une situation très particulière. Ensuite, j’ai créé une fondation autour du ‘cartable connecté’ avec Raymond Domenech et Abdel Aissou. Cette fondation, c’est offrir la possibilité d’avoir des cartables d’insertions pour le chômage, pour l’activité chez les jeunes et les seniors.  C’est d’ailleurs cette fondation qui gère les droits de cette chanson. Depuis plusieurs années maintenant, ce ‘cartable connecté’ permet de lier l’enfant à sa classe et la classe à l’enfant. Quand il a un cancer ou une maladie grave, cela lui permet de garder le lien avec sa classe et ne pas perdre une année scolaire, qu’il ne rattrapera sans doute jamais car quand on décroche à l’école, c’est souvent définitif. Avec cette invention que nous avons mise en place et qui a profité a beaucoup de jeunes de 8 à 17 ans, j’ai souvent eu l’occasion de me rendre dans des hôpitaux de soins comme à Toulouse, Nancy, Bordeaux et Nice évidemment. J’ai rencontré le personnel soignant et les gens de l’éducation nationale pour en faire un programme sur toute la France. J’ai été confronté à cette communauté du secours qui vit souvent dans la difficulté.

Florent, Pascal et moi c’est la première fois que nous chantons ensemble, et peut-être pas la dernière….

Marc Lavoine

C’est aussi une façon à vous de remercier le personnel soignant ?

À travers cette chanson, j’ai voulu donner un visage à ces personnes. Vous voyez, ce pompier, cette infirmière ou cet ambulancier qui vient vous chercher à la maison quand vous avez des difficultés, ces gens du service, de l’entretien, tous ces gens de l’accueil… ils sont extraordinaires. Quand un jour vous avez un problème, vous avez la chance d’avoir dans notre pays un service public avec des gens qui s’occupent de vous. Ils sont là quand vous avez besoin d’eux. C’est gratuit pour vous. C’est un service extraordinaire. C’est pour cela que je tenais à ce que le ‘cartable connecté’ soit gratuit pour les gens. On a une communauté du secours qui est un exemple. J’ai beaucoup de gratitude pour ces personnes-là, et je crois que c’est le cas de tous les Français.

Au delà d’être trois coachs dans ‘The Voice’, cela fait des années que vous vous connaissez, que vous avez des chemins presque similaires. Comment décrivez vous votre relation à tous les trois ? 

On est comme des amis d’enfance. Moi j’ai connu Florent on avait tous les deux 17-18 ans. Je l’ai connu sur le tournage de ‘Pause Café’ à l’époque. Il était jeune comédien et nous n’avions pas encore de chansons tous les deux. Ensuite, on a commencé à écrire ensemble. Il chantait beaucoup au Sentier des Halles avec Alain Lanty au piano. C’est d’ailleurs devenu notre ami à tous les trois. Quant à Pascal, il était avant à Rennes, puis il est arrivé à Paris où je l’ai rencontré il y a 25 ans. Pratiquement 35 ans pour Florent du coup. Pascal est comme notre petit frère. Nous avons une relation très affective parce qu’on rit beaucoup, on chante ensemble, on travaille ensemble, on discute ensemble. On a des points de vues très convergents sur les choses. Florent est un garçon d’une liberté folle au talent incroyable. C’est vraiment une voix, un interprète, un artiste quoi ! C’est vraiment quelqu’un de très vrai et très sincère. Pascal est quelqu’un de très profond, de très mystérieux parfois, très sensible. Et suis très heureux d’être leur ami et d’avoir créer ce groupe qui s’appelle P.O.L pour Pagny, Obispo Lavoine. C’est la première fois que nous chantons ensemble, et peut-être pas la dernière.

D’autres initiatives artistiques sont nées à l’occasion du confinement. Certaines vous ont touchées plus que d’autres ? 

Toutes les initiatives me touchent, aussi bien celle qui représente un dessin d’un chat lambda que les deux créateurs qui ont créé la pochette du single (il s’agit de Boldatwork, NDLR). Ce sont des créateurs qui ont bossé pour Angèle et Stromae. Tous les gens qui s’expriment soit par un dessin, une chanson ou un acte artistique et qui montrent leur soutien, qui participent à ce qu’on puisse traverser cette épreuve ensemble, avec dignité, et avec notre cœur. C’est très important de ne plus réfléchir et de penser aux choses fondamentales de notre vie, de s’aider et de les réaliser ensemble pour traverser ces épreuves.

La suite de l’interview sera à découvrir prochainement. On évoquera son rôle dans ‘The Voice’ et la conception de son nouvel album qui commence à se dessiner…