M.I.L.K. en interview : « J’appréciais la musique de Benjamin Biolay avant même de commencer à travailler avec lui »

Le nouvel EP de M.I.L.K. est enfin disponible ! À l’occasion de la sortie de Maybe I Love Kokomo et de son passage à Paris, le chanteur danois s’est livré à aficia… Révélations !

Bien qu’il vienne d’un pays nordique, M.I.L.K. a réchauffé nos cœurs avec son premier EP, A Memory of a Memory of a Postcard, dévoilé en 2017. Six pistes parmi lesquelles nous pouvions entendre l’ensoleillé « Following The Sun ». Pour son second format court, Maybe I Love Kokomo, disponible dès aujourd’hui, le garçon s’est beaucoup inspiré de Paris, « la ville de l’amour, la ville des lumières » et a eu la chance de partager un duo avec Benjamin Biolay. aficia a pu le questionner à propos ce nouvel EP lors de son passage dans la capitale…

L’interview de M.I.L.K.

Salut Emil, comment ça va ? Es-tu excité à l’approche de la sortie de ton EP ?

Ça va très bien merci ! Ce soir je vais participer et chanter à l’émission ‘Quotidien’. Ça va être cool et j’ai vraiment hâte d’y être ! C’est toujours bien de présenter de la nouvelle musique. Je suis vraiment content et excité que mon nouvel EP sorte dans quelques jours. J’y ai mis tout mon cœur et c’est toujours intéressant de voir les réactions des personnes qui écoutent ma musique. Il y a quelques jours, j’étais sur la scène du Great Escape Festival à Brighton, j’ai joué toutes les nouvelles chansons et les réactions du public ont été excellentes. Ce nouvel EP c’est comme un changement de vie. Dans le sens où c’est une nouvelle étape pour moi.

Il y a 1 an tu dévoilais ton premier EP, le second sort dans quelques jours. La prochaine étape est-elle la sortie d’un album ou est-ce trop précipité ?

Je ne sais pas si je peux déjà dire que la prochaine sortie sera celle d’un album car c’est un autre type de projet. J’aime beaucoup la forme de l’EP car ça permet de bien découvrir l’univers de l’artiste à travers quelques titres. Pour les albums, tu travailles un an, un an et demi dessus et quand il sort, le processus de création est déjà très loin.

Ton nouvel EP s’appelle Maybe I Love Kokomo. Peux-tu nous expliquer ce titre ?

C’est le titre d’une vieille chanson de The Beach Boys ! C’est marrant car ce titre est l’un de leurs plus gros hits mais les critiques ne l’aiment pas… Moi, je l’aime beaucoup ! Tous les endroits dont parle le groupe dans cette chanson existent à l’exception de cette fameuse île de Kokomo. C’est une île où tout est tranquille, où nous pouvons nous relaxer sans penser à autre chose et venir comme nous sommes. C’est un endroit que j’irais bien visiter donc oui, « peut-être que j’aimerais Kokomo ». Pour le nom de l’EP, c’est aussi un moyen de s’échapper vers un ailleurs imaginaire.

Tu as déclaré que ton EP est « très inspiré par Paris ». Peux-tu nous en dire un peu plus ?

J’ai passé pas mal de temps à Paris depuis que j’ai réalisé ma première chanson. Le public français a eu de très bonnes réactions concernant ce premier titre. J’y ai passé un an et demi et ça se sent dans ma musique. Elle est inspirée par ma propre vie, voilà pourquoi ces nouvelles chansons sont inspirées par la France et par Paris. C’est marrant car j’ai eu besoin de ce nouveau chapitre dans ma vie pour trouver mon équilibre dans ce nouveau pays. Je ne sais pas si tu as déjà déménagé dans une autre ville mais ça peut être effrayant au début… Ça m’a permis de connaître de nouvelles personnes, de nouveaux lieux. C’est un peu comme un jeu vidéo. Je suis arrivé au dernier niveau là où je vivais avant, il a donc fallu changer pour commencer une nouvelle partie ! Je ne peux pas l’expliquer mais j’aime la vie à Paris, la façon dont les gens vivent ici… La sincérité des Français est différente de ce que je connais dans les pays scandinaves. Chez moi, les gens ne vont jamais dire ce qu’ils pensent directement. Ils sont humbles dans le sens où ils ne veulent pas blesser les autres. En France, je trouve que les personnes sont assez directes, avec des opinions franches. Vous ne vous cachez pas derrière les autres. Tout ça m’a aidé à être plus courageux et d’être plus sûrs dans mes choix et dans ma musique. Je n’ai plus peur maintenant !

Tu as pu collaborer avec Benjamin Biolay sur le titre « Make My Way To Paris ». Comment la collaboration s’est-elle passée ?

C’était fantastique ! J’appréciais la musique de Benjamin Biolay avant même de commencer à travailler avec lui. Quand nous regardons la France depuis l’étranger, il fait partie des icônes musicales françaises. Tout ce que j’ai dit sur la France précédemment, il l’incarne parfaitement. Quand j’ai eu la chance de travailler en studio avec lui sur cette chanson qui retrace mon expérience à Paris, il a également su mettre des mots sur les dangers que peut renfermer cette ville. Cette chanson c’est un peu une poignée de mains entre toi et la personne qui t’accueille. C’est un auteur-compositeur-interprète de talent qui m’a tendu la main quand je suis arrivé dans cette ville qu’il connaît parfaitement. Il a apporte le charme et l’ingéniosité à la française à la chanson. Même si les gens ne comprennent pas le français, il comprendront la musicalité extraordinaire de Benjamin Biolay. C’était très fun de travailler avec lui, vraiment !

Découvrez « Make My Way To Paris », la collaboration entre M.I.L.K. et Benjamin Biolay :

Afficher plus
Fermer
Fermer