Tor Miller : son portrait décalé…

Nous avons récemment eu l’occasion de rencontrer Tor Miller. À cette occasion nous lui avons imposé notre jeu du portrait décalé et c’est à découvrir sur aficia.

Le jeune Tor Miller, 20 ans, vient de publier son album American English. Riche de 13 pistes, cet album est la parfaite démonstration de son talent vocal avec un univers très largement inspiré par David Bowie, Elton John ou encore Fleetwood Mac, des musiques qu’il écoutait dans son iPod en attendant, chaque jour, l’ouverture des grilles de son école.

Si nous avons eu l’occasion de rencontrer Tor Miller pour une interview à découvrir très prochainement sur nos pages, c’était aussi l’occasion pour nous de lui poser des questions un peu folles, un peu loufoques, mais qui nous ouvrent tout de même les portes de son univers.

Un portrait décalé ou Tor Miller se livre, avec simplicité et humour…

Tor Miller : son portrait décalé !

Si tu étais une couleur ?

Si je devais être une couleur je pense que je serais bleu. Je pense que c’est évident. D’ailleurs j’ai une chanson avec cette couleur dans mon album.

Tor Miller - American English

Si tu étais un animal ?

Je voudrais être un tigre. Mais au final je ressemble plus à une gazelle ou à un chat (rire).

Si demain tu devais enregistrer un duo avec une personne vivante ou non. Ce serait avec qui ?

J’aimerais faire un titre, un duo avec David Bowie. J’aime tellement cet artiste !

aficia est très généreux et t’offre la salle de concert de tes rêves. Laquelle ?

Le Madison Square Garden, ce serait tellement incroyable. Étant originaire de New York et après avoir vu tant de concert et d’événements sportifs là-bas, ce serait réellement un rêve pour moi.

Toujours très généreux, aficia t’emmène en voyage mais on t’abandonne très lâchement sur une île déserte. Tu n’as le droit d’emmener qu’un seul album et un seul objet avec toi. Lesquels ?

Je prendrais simplement l’album Ziggy Stardust et un piano !

L’endroit à visiter avant de mourir ?

Cape Town en Afrique du Sud.

Le livre à lire absolument ?

Kavalier and Klay de Michael Chabon

Le film à voir sans plus attendre ?

Venus in Furs

Tu rencontres des Martiens, comment tu te décris en trois mots ?

Généreux, créatif et étrange.

Si tu étais une insulte ?

« You Mother Fucker! »… Mais bien évidement, pas ma mère…

Si tu étais un mot, une phrase d’amour ?

Je porterais votre cœur dans le mien et il sera avec moi partout où je vais.

| Découvrez notre critique de l’album American English de Tor Miller

0
Laisse ton avis, ton commentaire !x
()
x