Les Nuits de Fourvière avec Idles, Interpol et Mélissa Laveaux

En ce début de semaine, nous poursuivons notre aventure musicale aux Nuits de Fourvière avec deux soirées bien différentes. Un programme hétéroclite pour notre plus grand bonheur. Focus sur aficia !

Les Nuits de Fourvière c’est 53 spectacles de danse, cirque, théâtre et musique qui ont lieu à l’amphithéâtre de Fourvière et d’autres lieux de la métropole de Lyon de début juin à fin juillet.

Côté musique, l’édition 2019 est rythmée par pas moins de 40 concerts qui ont déjà commencé à faire lever les foules. Zazie et M ont déjà fait vibrer nos cœurs… Retour sur les deux concerts suivants !

Idles fait monter la température

Quand nous sommes arrivés au théâtre antique, nous ne pensions pas que le temps pouvait changer en bien tant la météo était déchaînée. Éclairs, tonnerre, pluie… Tous les éléments étaient présents pour décourager le public et pourtant. Les rangées millénaires étaient bien remplies pour applaudir le groupe punk/rock Idles.

Les garçons originaires de Bristol ont livré un live d’une énergie folle durant une heure. Interprétant des titres issus de leurs EP et de leurs albums studio, Brutalism et Joy as an Act of Resistance, Idles a marqué les spectateurs par sa fureur et ses textes souvent très engagés et a même presque réussi à faire cesser la pluie avant l’arrivée d’Interpol

La classe d’Interpol

Venu présenter en live certains titres de son dernier album, Marauder, Interpol a profité de son passage sur la scène de Fourvière pour interpréter certains de ses classiques comme « Leif Erikson », « Obstacle 1 » ou encore « Roland ». Trois chansons issues du premier album de la bande de Paul Banks qui est encore considéré comme l’un des meilleurs opus du début des années 2000. Pendant près d’une heure et demie, le groupe a livré un show sans fausse note et très classe. Parfait pour terminer une soirée qui n’avait pas forcément bien commencé !

L’invitation au voyage de Mélissa Laveaux

Hier soir, le rendez-vous était tout autre. Changement de lieu et direction : la salle Molière ! Durant plus d’une heure et demie, la chanteuse canadienne originaire d’Haïti nous a conté l’histoire de son île et de ses ancêtres en chansons. Mélissa Laveaux a fait danser et chanter le public lyonnais grâce à des rythmes ensoleillés et une faculté à rassembler à travers la musique.

Autant à l’aise en anglais qu’en créole haïtien, elle a beaucoup chanté le passé, l’invasion d’Haïti par les Américains et le vaudou. Elle s’est même octroyé le droit de finir son concert en interprétant à sa manière « Bohemian Rhapsody » de Queen pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Un voyage musical plaisant du début à la fin !

Pourquoi pas de photos de Mélissa Maveaux ?
De plus en plus souvent, le management des artistes demande la validation des photographies avant publication sur les différents médias.
La rédaction est alors dans l’obligation de patienter, et faire patienter ses lecteurs, avant de pouvoir publier les photographies validées par le management.
La rédaction d’aficia a fait le choix de l’expliquer au public et aux lecteurs à chaque fois que nous restons dans l’attente de cette validation. Si vous pouvez lire le présent message, cela signifie que nous n’avons toujours pas eu de retour du management.
Vous avez toujours la possibilité de trouver les milliers de photos disponibles sur les réseaux sociaux, prisent par le public présent lors du concert.

Bouton retour en haut de la page
Fermer