Collëtte vient de sortir son premier EP
Collëtte-1

Collëtte en interview ‘Flash’ : “Ma musique est libératrice”

Alors qu’elle vient de sortir son premier EP Et mon coeur s’élèvera, aficia s’est entretenu avec Collëtte. Sur fond d’éco-anxiété et d’amour, la chanteuse déboule dans le paysage musical avec une pop épurée et introspective.

L’interview ‘Flash’ de Collëtte :

1. Hello Collëtte, peux-tu te présenter ?

Moi c’est Collëtte, avec une orthographe complexe (rires). Je fais de la rétro pop française, un mix entre pas mal d’influences finalement. La partie rétro se retrouve dans les arrangements et dans la composition. Le côté pop / chanson qui puise davantage son inspiration dans de chanteuses plus contemporaines. Ma musique est libératrice ou amène à une liberté intérieure. 

2. Tu parles de « rétro pop française ». C’est un genre musical que tu as toi-même définis ?

Oui je l’ai inventé. Ça me permet d’assumer le fait que je fais de la musique 100% pop. C’est aussi me permettre de la qualifier avec mes propres mots et ne pas laisser les autres lui attribuer d’autres qualificatifs.

3. Ton dernier single est-il annonciateur d’un EP ou d’un album ?

C’est une façon d’amorcer l’EP qui va arriver, oui. Ce mini disque va venir intégrer les autres singles. Il sortira le 15 mars. Il est accompagné d’un projet de clip avec le titre « Laisse couler ». J’étais en pleine période d’éco-anxiété, et ça m’a permis de me mettre définitivement à la chanson.

4. La passion pour la chanson est arrivée tardivement tu veux dire ?

Je chante depuis toujours, mais là je me suis mise au piano il y a 4 ans. Et pour la petite histoire, un voisin producteur m’a entendue chanter et m’a fait réaliser que ma voix était « intéressante ». C’est à partir de là que je me suis mise à écrire vraiment finalement.

5. A part ce premier EP, quelle est la suite pour toi Collëtte ?

Je vais développer la partie concerts et je vais essayer de me structurer davantage. Aussi, trouver des partenaires et pourquoi pas travailler sur un album…

 Découvrez “Laisse couler” de Collëtte :