« Quintessence » : Benjamin Clementine peint en douceur les horreurs de la guerre

Benjamin Clementine lève le voile sur un quatrième extrait saisissant de son nouvel opus I Tell A Fly. Découvrez-le avec aficia !

On aura finalement eu au moins quatre titres à se mettre sous la dent avant la sortie de son deuxième album I Tell A Fly, le 29 septembre, au lieu du 15 comme initialement prévu. C’est à dire deux ans après celle du très bien accueilli At Least for Now (« Nemesis », « Condolence »…) qui lui avait permis de briller. Le Britannique déjà auréolé du très prestigieux Mercury Prize (2015) a tout d’abord dévoilé « God Save the Jungle », titre évoquant le sort des réfugiés de Calais, puis « Phantom of Aleppoville », celui des Syriens, soulignant qu’il était très inspiré par la période trouble que nous traversons.

Il avait révélé que ce nouveau disque avait été pensé comme une pièce de théâtre à travers laquelle il souhaitait mettre en perspective un message fraternel. Il a beaucoup voyagé pour l’écrire, s’est retrouvé à New York, cherchant à se sentir lui-même comme un étranger, déraciné.

Un artiste concerné

S’inscrivant dans la lignée de ces deux titres-là, le troisième extrait aux influences R&B – « Jupiter » – est apparu comme le fruit d’une introspection tournée vers la définition d’étranger. Et le nouveau qui vient d’être mis en ligne n’est pas beaucoup plus réjouissant puisqu’il dénonce les guerres qui divisent et tuent, mettant l’homme et l’animal sur un pied d’égalité. Mais ce piano/voix malgré tout très poétique et dépouillé pour mieux mettre en valeur une interprétation saisissante, est avant tout un magnifique message d’amour.

Benjamin Clementine tentera d’interpeller les spectateurs qui viendront l’applaudir lors de ses prochaines représentations. Vu aux Nuits de Fourvière il y a peu, le chanteur qui a parallèlement fait une apparition sur le nouvel album Humanz de Gorillaz se produira à Bordeaux le 6 novembre, à Paris le lendemain (Grand Rex), ainsi qu’à Lille le 9.

Écoutez le nouveau titre de Benjamin Clementine :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *