Juliette Armanet en interview : « Je veux évoluer avec une liberté totale »

Juliette Armanet se dévoile à travers un premier album dont elle a révélé la genèse lors de notre rencontre. Ça se passe sur aficia !

Quelques semaines après la sortie de son disque Petite amie, Juliette Armanet en parle sans compromis, en toute décontraction, révélant sa genèse, ses inspirations, et divulguant sa manière d’appréhender la musique et le métier de chanteur. Une rencontre captivante avec une ancienne journaliste qui se retrouve propulsée sur scène pour assurer les premières parties de la tournée de Julien Doré, et qui fait l’objet de la couverture du premier numéro du magazine aficia.

À quel moment vous-êtes vous dit qu’il était temps d’écrire des chansons et d’enregistrer un album ? Combien de temps ce processus a-t-il pris ?

C’est un processus qui s’est fait en plusieurs étapes, parce qu’il y a des chansons qui ont dix ans déjà, alors que d’autres ont été écrites l’été dernier. En fait, il y a plusieurs strates de composition, très étalées dans le temps. Je ne peux pas en parler autrement qu’en évoquant ces étapes différentes, ce qui rend assez difficile à quantifier précisément les années qu’il a nécessité. Je n’ai pas vraiment de réponse. Je ne sais pas si je dois dire deux ans, ou dix… (Sourire)

Y avait-il la volonté de ne pas bousculer, ou est-ce que ce temps s’est imposé dans la réflexion et la composition ?

C’est vrai que je ne m’y suis mis qu’il y a deux ans de manière vraiment très sérieuse si je puis dire. Avant je composais pour moi, j’avais un autre métier. Donc je n’avais pas du tout cet objectif de créer un album particulièrement. J’ai concrétisé cette ambition pendant deux ans, parce que c’est le temps qui s’accordait avec ma vie professionnelle de l’époque et ma vie personnelle. Et puis, il fallait aussi du temps pour oser faire tout ça, franchir le pas. Il fallait rassembler toutes ces idées et les mettre en forme.

Quelles ont été les sources d’inspiration de ce premier disque ?

Il y en a plusieurs, très différentes. J’ai écouté beaucoup de jazz et de musique, plus jeune, dans ma famille. J’imagine que ça doit jouer. Et puis, du côté de la variété française, je me suis penchée sur les incontournables, qui sont pour moi les années 70 et 80, comme Christophe, Alain Souchon, Laurent Voulzy et bien-sûr Michel Berger. Parmi les artistes plus récents, il y a Sébastien Tellier qui m’inspire beaucoup, évidemment. Ce sont pas mal de choses qui sont mélangées en fait. Je pourrais aussi parler d’inspirations anglo-saxonnes. J’aime vraiment profondément les Pink Floyd, Alan Parsons, les Bee Gees… Toutes les sonorités californiennes un peu lascives. Dans les autoroutes américaines de la musique, il y a des choses vraiment sublimes.

C’est plutôt bien d’être comparée à un monstre mythique

On ressent toutes ces influences sur Petite amie , au point même qu’on en vient à se demander si ça ne résulte pas du fait que vous n’ayez pas réussi à choisir votre voie.

Oui, c’est vrai. Mais c’est parce que je n’ai pas envie de trancher, d’aller dans une seule et même direction. Je voulais au contraire m’autoriser la ballade romantique, très acoustique, avec des sons très secs, puis l’épopée disco-80’s. Je veux évoluer avec une liberté totale et bénéficier d’une réelle palette. Une grande palette sans tabous ! (Sourire)

C’est ce que vous dîtes justement dans la chanson « Cavalier seule » : « Ma liberté est mon animâle ». Êtes-vous d’accord pour dire que cette formule résume parfaitement votre disque ?

Oui, absolument. Même si je tiens à préciser quand même que je me suis amusée dans les paroles en écrivant animal ‘animâle’, pour faire référence à l’homme, à la masculinité. Le mot d’ordre de ce disque, c’est de s’amuser, de vivre, de chercher à faire ensemble qui soit digeste, compréhensible par tous… L’idée c’était d’être moi, ce

La suite de cette page est réservée aux abonnés
Débloquez ce contenu avec Multipass
En voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *