Nous avons écouté « Des corps libres » d’Arno Santamaria…

Pour beaucoup c’est avec Rising Star qu’Arno Santamaria entre dans la lumière… Une lumière qui permet à l’artiste d’offrir « Des corps libres » qui passe le test de la chronique d’album sur aficia.

Arno Santamaria est un amoureux des mots, depuis ses 17 ans quand il tombe sur un texte de Léo Férré, « Poètes vos papiers ». C’est ainsi qu’il se plonge dans le monde de la création, dans le monde de la plume. Les mots prennent un sens, une puissance, une vie extraordinaire.

D’Arno Santamaria à Rising Star…

Arno Santamaria - Des Corps LibresDepuis la route d’Arno Santamaria fut longue… Des études pour devenir ingénieur du son, une rencontre avec Vincent-Marie Bouvot, un album réalisé avec les internautes de Spidart en 2009 puis un autre, toujours sur le même principe, avec My Major Company. C’est donc en juin 2012 que l’album « 1362 » (en hommage aux co-producteurs de l’album) arrive dans les bacs… Des échecs, mais de beaux succès aussi et une grande confiance des internautes qui suivent l’actualité d’Arno Santamaria au fil du temps.

La véritable reconnaissance du public hors des réseaux intimes de l’internet sera pour octobre 2014. Arno Santamaria participe à l’émission Rising Star sur M6. Le succès est au rendez-vous et un véritable engouement semble prendre forme au fil des émissions. Il arrive finalement second de cette compétition musicale, une aventure qui lui donne alors l’occasion de signer chez Capitol Music France.

Arno Santamaria, l’homme libre…

Aujourd’hui c’est donc avec un troisième album qu’Arno Santamaria doit séduire le public. Après un EP qu’il avait mis à disposition en décembre dernier c’est l’album « Des corps libres » qui donne l’occasion de naviguer entre 12 titre et 40 minutes de textes taillés dans un sens du naturel exacerbé.

Alors après nous avoir servi « Debout (je me sens bien) », « Fin de non recevoir » et « Mlle Claire » nous partons en découverte de l’univers d’Arno Santamaria. Le monde est construit autour des mots, chaque phrase ayant son importance, le sens étant travaillé.

L’écoute de l’album fait vibrer une sensation : Arno Santamaria est nature… il ne fait pas dans l’imagerie subliminale, il se pose dans les mots sans aucun fard. Il nous fait sourire avec « Rien à dire » et son accent digne d’une vache normande, il nous touche avec « Ma mère » qui sonne comme l’hommage le plus vibrant qu’il pouvait rendre à cette femme si importante dans sa vie.

La phrase est belle dans l’écoute de « Et après » qui commence en douceur, laissant l’omniprésence au verbe avant de nous emporter dans le tourbillon musical. Les influences d’Arno Santamaria se devinent rapidement, on flirt parfois sur du Bashung, du Brel, Radiohaed… Auteur, compositeur, interprète mais aussi ingénieur du son, l’artiste maîtrise le fil de cet opus.

Alors l’écriture d’Arno Santamaria est simple : vraie, sincère et puissante. La guitare s’impose et les rythmes changent parfois aussi rapidement qu’un battement de cil. Nous avons droit à 40 minutes de confidences, de tendresses, d’amour et d’espoir.

Au final « Des corps libres » signe un troisième opus réussi malgré le regret de parfois entendre trop souvent les mêmes instrus, de ne pas découvrir plus d’originalités. La force d’Arno Santamaria est sans aucun doute sa voix qui ne lasse pas les oreilles et surtout son écriture qui sonne comme celle des grands poètes. Pour atteindre le nirvana avec Arno Santamaria il nous manque juste un peu de folie dans la composition globale de l’album.

On vous laisse découvrir « Des Corps Libres », le nouvel album d’Arno Santamaria :

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.