Gaëtan Roussel joue avec les sentiments sur ‘Trafic’

Retour de Gaëtan Roussel en solo avec l’album Trafic. Faut-il écouter ce nouveau cru ? Réponse avec aficia.

Le dernier album solo de Gaëtan Roussel date déjà de 2013… Une éternité dans le monde moderne de la musique. Mais pourtant il semble ne jamais être bien loin. En effet, l’artiste est pluriel, déjà avec Louise Attaque qui a fait son retour en 2016 puis avec son slide project aux côtés de Rachida Brakni : Lady Sir.

Mais en solo Gaëtan Roussel c’est des albums délicieux comme le salué Ginger (2010) et le plus expérimental Orpailleur (2013). Mais alors, que nous propose le cru 2018 ? Et bien sans doute le meilleur de Gaëtan Roussel…

Entre Paris et Los Angeles…

Trafic est né entre deux mondes, deux cultures, deux continents. Sans doute une des raisons qui fait que cet album est multiple. Si on retrouve la plume de Gaëtan Roussel sur l’intégralité des 11 pistes, l’artiste ne navigue jamais réellement en solo et on retrouve sur ce projet Jonas Myrin, Justin Stanley, Dimitri Peronno

Cet écrin porta aussi la signature d’Antoine Gaillet qui en signe la production, lui qui a déjà œuvré pour des artistes comme Miossec, Fischbach ou encore Julien Doré. En résulte un album cohérent, limpide, pop et nostalgique à la fois. Plein de joie et de tristesse aussi. C’est un choc des rencontres, des sentiments, comme les maux d’une vie que l’on jette à l’auditeur.

Gaëtan Roussel - © Yann Orhan
Gaëtan Roussel – © Yann Orhan

La danse de la vie…

Entre deux mondes… Entre deux sentiments… Trafic est comme une navigation dans le vide, un fil tendu dans l’espace. On tague quand on avance, sans jamais savoir de quel côté sera notre émotion. C’est un peu « Le jour et la nuit », comme la première piste de cet opus. Un tendre voyage dans nos émotions parfaitement mis en texte par Gaëtan Roussel.

Si on retrouve un peu l’état de beauté présent sur Ginger, ici Gaëtan Roussel fait plus fort, plus intime. C’est mieux construit, la plume est plus belle et plus cohérente. On passe de l’envie de danser avec « Hope », alors qu’il nous parle de notre mémoire qui se perd, à la ritournelle pleine d’entrain sur « Je veux bien » avant de succomber aux charmes présents sur « Tu me manques (pourtant tu es là) ». Un duo avec Vanessa Paradis plein d’amour et de distance, de douceur et de regret.

C’est sans doute là la force de Gaëtan Roussel. De nous faire vibrer avec des sujets parfois lourds de sens. De nous donner envie de danser sur des vibrations puissantes alors que les mots sont lourds. Trafic ne se résume pas en cette valse de sentiments, il se décrit aussi par la richesse de l’orchestration, les chœurs omniprésents, la puissance de la pop, la douceur de l’organique…

Il distille ses perles musicales, comme « Hope », mais aussi « N’être personne » avec son intro hypnotique et son beat répétitif, « Tellement peur » qui nous embarque d’un son rageur avant de clore sur « Début »…

Découvrez Trafic, le nouvel album de Gaëtan Roussel :

Gaëtan Roussel - Trafic

Si vous aviez aimé Ginger vous allez forcément succomber aux charmes multiples de Trafic. Ici Gaëtan Roussel livre ce qu’il fait de mieux. Ce n’est pas un virage artistique, c’est une maturation globale. Ce n’est pas une prise de conscience, c’est une multitude de talents qui se rencontrent pour livrer un album riche en émotion.

On garde en mémoire des titres comme « Hope », puissant et fédérateur dans sa ligne musicale. Il y a aussi l’incontournable duo avec Vanessa Paradis, « Tu me manques (pourtant tu es là) », une belle retrouvaille après avoir partagé ensemble « Il y a ». Pour résumer Trafic est beau. Avec parfois de la joie avant de se monter mélancolique. Il semble fait aussi pour vaincre ses peurs et ses démons. C’est multiple mais cohérent, un Gaëtan Roussel plein de fougue.

4
Afficher plus
Fermer
Fermer