Kygo

Kygo : nous avons écouté « Cloud Nine », son premier album

Kygo est enfin dans les bacs avec son album Cloud Nine. L’opus tiens-t-il ses promesses ? aficia l’a écouté et vous livre son verdict.

En deux années, Kyrre Gørvell-Dahll, alias Kygo est passé du statut d’étudiant à celui de véritable star internationale, tant ce jeune norvégien de 24 ans s’est retrouvé courtisé par les plus grands. Dès ses premières reprises comme « Sexual Healing » de Marvin Gaye, et celle de « I See Fire » de Ed Sheeran il est contacté par le DJ suédois Avicii et Chris Martin, chanteur de Coldplay, pour composer des reprises de leurs morceaux, on peut dire que cela démarrait plutôt bien.

Depuis, ses propres compositions sont devenues de véritables tubes, générant plus d’un milliard de streams avec des titre comme « Firestone » ou « Stole The Show ». En l’espace de deux ans, Kygo est devenu un artiste incontournable de la scène electro et il compte le confirmer avec Cloud Nine. Un album riche de 15 titres mais qui ne laisse plus réellement de place à la surprise, 7 singles ayant déjà été exploités avant la sortie de l’opus.

Une impression mitigée pour ce Cloud Nine

Mixé par Miles Walker et Mark RalphCloud Nine s’avérait tout d’abord très alléchant dès l’intro, qui nous offre un peu plus de deux minutes de rêverie et de quiétude accompagné du piano, dont Kygo a commencé à prendre des cours dès l’âge de six ans. Une mise en bouche qui ne se confirme pas par la suite malgré la présence de grandes voix comme Tom Odell sur « Fiction », John Legend sur « Happy Birthday » ou Matt Corby sur « Serious ». L’ensemble est linéaire, sans réelles surprises ni relief. Un album qui sonne trop souvent pareil et qui peine à se renouveler.

Il manque à l’album de l’originalité, de la folie, voir même de l’expérimentation… Certaines pistes semblent pouvoir s’inter-changer sans difficulté, à l’image des ballades « Happy Birthday » et « Not Alone » dont la construction est bien trop similaire.

Au final, nous retiendrons essentiellement de l’album « Raging » avec la présence de Kodaline et son énergie, la voix magique de Foxes qui se pose sur « Oasis », l’original et orchestral « Nothing Left » avec Will Heard, sans oublier « Fragile », co-écrit et interprété par Labrinth.

Découvrez Cloud Nine de Kygo :