Kyrie Kristmanson - Lady Lightly - Critique Album

Kyrie Kristmanson : faut-il écouter l’album ‘Lady Lightly’ ?

Nouvel album pour Kyrie Kritmanson qui débarque aujourd’hui avec Lady Lightly. Faut-il écouter ce nouveau cru ? Réponse avec aficia !

Il faut avouer que Kyrie Kritmanson n’est pas forcément très connue en France. Et pourtant il y a une jolie grain de talent chez cette canadienne qui offre aujourd’hui son nouvel album.

Mis en relief par le titre “Andromeda Star” qu’elle partage avec Saint Michel, cet opus semble inclassable. Il faut l’aborder comme un voyage musical en tête à tête avec l’artiste auteure, compositrice et interprète.

Elle ose saturer les sonorités comme avec “Gateway Sin”, elle invite à une torpeur délicieuse avec “That Killer Curiosity” ou la voix semble venir d’un univers parallèle. Il y a de la beauté qui se distille de cette mélancolie qui ajoute un peu de douceur dans nos coeurs.

Oscillation des sentiments

Avec Lady Lightly Kyrie Kristmanson ne navigue pas sur un fil tendu et une histoire linéaire et sans rebond, sursauts créatifs, exaltation de vie. Elle fait des étincelles parfois, comme pour mieux nous rattraper au vol et nous replonger dans une douce torpeur.

Si on regrette parfois l’usage excessif des effets, et notamment sur la voix, on se laisse pourtant porter de piste en piste, se surprenant même parfois à appuyer sur ‘replay’. C’est le cas par exemple avec “Bridge Between Worlds”.

Découvrez Lady Lightly, le nouvel
album de Kyrie Kristmanson

Kyrie Kristmanson - Lady Lightly
Kyrie Kristmanson - Lady Lightly
Verdict

Lady Lightly ne sera pas notre album de l’année. Mais il sera un très beau voyage musical et une capsule à offrir à ceux qui souhaitent élargir un horizon musical parfois trop restreint.

Kyrie Kristmanson se fait parfois magique, comme avec “Mon héroïne”. Car c’est dans la simplicité, le dépouillement, que Kyrie Kristmanson expose le mieux son talent. C’est un peu comme une belle pierre qui n’aurait besoin que d’elle pour briller. Car à trop vouloir en faire, on décroche parfois, comme avec l’usage, souvent inutile, d’effets et de distorsion.

3
Note de la rédac'