Louis Arlette : faut-il écouter l’album ‘Des Ruines et des Poèmes’ ?

Louis Arlette propose au public l’album Des Ruines et des Poèmes. Mais faut-il écouter cet opus ? Réponse avec aficia !

Auteur, compositeur, producteur, ingénieur du son, interprète… Louis Arlette est un artiste complet qui a eu l’occasion de collaborer avec des artistes comme Colin Greenwood, Charles Berling, Carla Bruni ou encore Cat Power. Une carte de visite déjà alléchante pour celui qui a fait partie de l’équipe du groupe AIR.

Et c’est un retour rapide qu’effectue le chanteur… En effet, au début de l’année 2018 il offrait au public l’album Sourire Carnivore. Un opus riche de 12 titres qui mettait parfaitement en relief l’univers riche de Louis Arlette avec une énergie folle dans les mots comme dans le ton. Un premier effort prometteur qui avait eu l’occasion d’être mis en lumière par « Tristesse Limpide » mettant en évidence sa pop luxueuse.

Retour rapide car ce vendredi 15 mars Louis Arlette propose au public de plonger au cœur de son nouvel album, Des Ruines et des Poèmes, riche de 14 pistes. Un opus qu’il a enregistré au studio Feber avec l’aide de Philippe Paradis (Christophe, Zazie, Thiéfaine…).

Délicieusement français…

L’album s’ouvre avec « La Discorde » que nous avions déjà eu l’occasion de mettre en avant sur nos pages. Une très belle mise en bouche pour la suite des aventures musicale qu’offre Louis Arlette avec cet opus.

Le constat est un album qui offre une belle place à la musique française avec des beaux et des bons mots. La poésie est présente du début à la fin, on ne fait pas forcément dans la facilité du verbe creux est plat, Louis Arlette étant ici un poète moderne qui délie ses sentiments et sa vision de notre société.

Amoureux des mots, de la poésie, Louis Arlette ne s’en cache pas en osant la reprise de « Je suis un soir d’été » de Jacques Brel, présent sur un opus qui fait la part belle à la pop et au rock, deux styles qui se rencontre sans jamais se gêner dans la ligne de construction.

Découvrez le clip de « Je suis un soir d’été » :

Une course folle…

Que l’on passe par « Tokio », que l’on se laisse porter par l’éponyme « Des Ruines et des Poèmes », que l’on rencontre « Khéops » avant de croiser « L’Ange » ou de trouver « Le Refuge » il y a comme un sentiment d’urgence.

Louis Arlette semble en effet ne pas se donner le temps de souffler, chaque titre étant pris qu’une certaine frénésie, que cela soit par la construction globale ou plus discret, comme avec les battements répétitifs. Une sorte d’exaltation, d’urgence, de fuite vers l’avant qui fait que jamais on ne se pose.

Si Louis Arlette nous explique que « avoir fait mon premier album m’a permis, pour le second, de creuser plus profondément, de progresser. Je ne partais pas du même point de départ : c’est un trajet, un chemin, on ne peut pas directement arriver à destination. Il faut percer les couches, une à une… » il y a bien ce sentiment d’évolution, Louis Arlette étant moins dans la démonstration et plus dans le sentiment. Laissant pleinement l’espace utile à sa poésie de respirer, de grande de la grandeur par les mélodies parfois vintage, parfois pop, oscillant entre rage et douceur.

Découvrez Des Ruines et des Poèmes, le nouvel album de Louis Arlette :

Louis Arlette - Des Ruines et des Poèmes
Verdict

C’est un bel opus pour Louis Arlette qui montre une belle évolution. Il propose un vrai disque à la française. C’est talentueux dans la plume, le genre est moderne et dans le vent. Des Ruines et des Poèmes devrait facilement conquérir le cœur du public aimant la chanson française et les bons mots.

Pas de facilité dans Des Ruines et des Poèmes, c’est une valse de sentiments qui s’expose sur une pop-rock douce et rageuse à la fois, c’est un recueil poétique moderne et minutieusement mis en musique. Comme un nouveau souffle pour Louis Arlette.

3.5
Note de la rédac'
Bouton retour en haut de la page
Fermer