Olivier Dion : faut-il écouter l’album ‘Exposed’ ?

C’est le grand jour pour Olivier Dion qui propose au public l’album Exposed. Mais faut-il écouter cet opus ? Réponse avec aficia.

Les premiers pas d’Olivier Dion chez aficia ? C’était en 2014 avec le titre “Si j’étais son soleil”. Depuis, le québécois à eu l’occasion d’incarner d’Artagnan dans la comédie musicale ‘Les 3 Mousquetaires’ avant, ensuite, de fouler le parquet de ‘Danse avec les Stars’.

Il était donc temps pour lui d’offrir son premier album sous le label Columbia. C’est aujourd’hui chose faite avec Exposed, un album qu’il avait d’ailleurs eu l’occasion de mettre dernièrement en relief lors d’une interview très riche.

Olivier Dion irrésistiblement pop !

Cet opus s’ouvre avec la séduisante piste “Feels Right” et annonce ainsi la couleur d’une pop irrésistible qui vient d’apporter quelques couleurs urbaines. Il faut dire que le chanteur de 27 ans originaire de Sherbrooke a tout fait pour que cet album respire un parfum de succès.

En effet, on retrouve aux crédits de l’opus les plus grands producteurs du monde pop. On y retrouve notamment les équipes artistiques de Shawn Mendes, Dua Lipa, James Arthur, Gorillaz, Bruno Mars ou encore Amy Whinehouse. Prometteur sur le papier !

Sensuel…

Et la suite donnera raison à Olivier Dion : l’album est calibré pour être un succès. Chaque titre possède son potentiel ‘tube’ et on regrette presque de ne pas entendre plus souvent le chanteur sur les ondes françaises.

Olivier Dion joue de ses charmes, comme il sait déjà le faire avec son physique avantageux. Mais cette fois c’est dans l’intention, dans la voix et dans le verbe. Il se fait sensuel, langoureux, fiévreux.

De quoi séduire son public français, surtout qu’il offre quelques pistes dans la langue de Molière. Bien que notre préférence reste pour les titres anglais… Mais c’est une question de préférence.

Découvrez Exposed, le nouvel album d’Olivier Dion :

Olivier Dion - Exposed

Verdict

Verdict

Olivier Dion signe un album réussi. En effet, Exposed s’offre une production millimétrée. Rien de surprenant en regardant les crédits : Alex Tirheimer, Dave Audé, Daylight, GRADES & Santell à la production sans oublier Daniel Kyriakides, David Arkwright, Jake Troth, James Matthew Norton, Jimmy Burney, Roger Kleinman, Sabina Ddumba, Tom Aspaul et Zachary Seman qui s’ajoutent à l’écriture.

Alors oui, on pourrait regretter un côté trop linéaire dans la forme globale de l’album, sans réelle prise de risque. Mais ce n’est pas réellement ce que l’on attend d’Olivier Dion. On attendait juste un album à son image : pop, sexy et efficace. Et pour le coup il coche toutes les casses.



Bouton retour en haut de la page
Fermer