Prade - (c) DR
Prade - (c) DR

Prade en interview Flash : “L’Or bleu c’est cette matière qui me pousse à mettre à nu mes émotions”

À l’occasion de la sortie de son album ‘Or Bleu’, le toulousain Prade est venu à notre rencontre pour une interview flash !

Une voix avec un accent solaire qui chante les émotions, c’est bel et bien Prade, le toulousain. Rencontrés en 2022 au Printemps de Bourges, il a su nous séduire par son univers musical vacillant entre Eddy de Pretto et Georgio. Celui qui fait désormais résonner ses émotions plus vifs que jamais dans ses chansons dévoile en ce vendredi 17 mai son premier projet Or Bleu. Un diamant qu’il a taillé grâce aux expériences de la vie tantôt joyeuse tantôt plus difficile. Un développement de carrière que nous avons suivi de très près et dont nous sommes fiers de vous présenter !

Prade en interview Flash :

1 Peux-tu te présenter ?
Bonjour, moi c’est Prade. Je suis un peu le grand frère de Julian (mon vrai prénom), celui qui le pousse à dépasser ses limites. Il est aussi là pour faire face à cette petite voix dans la tête qu’on connait tous. Sinon je suis auteur, compositeur, musicien et interprète depuis 2022 sous le nom de Prade.

2 Tu fais quel style de musique ?
Ma musique mêle nostalgie, mélancolie soutenu par l’espoir. Tout cela influencé par des mélodies pop à la Eddy de Pretto et un flow rap à la Georgio

3 Comment la musique est entrée dans ta vie ?
Je baigne dedans depuis tout petit grâce à ma mère qui est autrice-compositrice-interprète à ses heures perdues. C’est donc elle qui m’a donné cette fibre là. 
Ensuite, j’ai vraiment commencé à chanter à l’âge de 11-12 ans quand j’ai compris que je pouvais arriver à communiquer et transmettre des émotions avec ma voix. Le déclic est venu pendant l’anniversaire de mon grand frère. J’ai repris le célèbre titre « Tous les cris les SOS » de Daniel Balavoine. Tous mes proches avaient quelques larmes sur leurs joues…

4 Tu viens de Toulouse. Il y a beaucoup d’artistes là-bas. Est-ce que c’est un territoire qui t’a inspiré pour te sentir légitime à devenir artiste ?
Oui c’est vrai qu’il y a énormément d’artistes et pas des moindres. Au niveau de la scène émergente il y a vraiment un gros niveau sur Toulouse. Parfois, ça peut faire peur mais j’ai quand même l’impression que ça pousse à donner le meilleur de soi-même. Alors évidemment que c’est un territoire qui inspire beaucoup, puisque ça créer de la très, très bonne musique.

5 On a aussi vu le clip de « Bla Bla Bla ». Comment as-tu imaginé le concept ?
C’est un titre qui parle d’un début de crush avec une personne. Du jour au lendemain, je n’ai plus eu de nouvelles. Ça a évidemment touché mon égo. C’est de cet aspect-là que je parle dans le titre. Concernant l’aspect création du clip, pour faire référence à ce fameux DM laissé en « vu », mon équipe et moi-même avons décidé d’imaginer un petit concept. On me voit évoluer dans une journée de préparation pour un concert du point de vue des story du public. L’idée était également d’illustrer cet égo touché, blessé par une série de non-réponse qui rend finalement le clip un peu plus léger.

Question Bonus : Tu sors un projet le 17 mai ‘or bleu’. Tu nous en parles ?
Comme j’ai pu le dire précédemment, je suis quelqu’un d’assez timide et réservé. L’Or bleu c’est cette matière qui me pousse à mettre à nu mes émotions que je garde souvent en moi. Ce sont 7 titres, 7 parties de moi que je livre pour arriver à être un peu plus à l’aise au quotidien. Il y a aussi cette larme que j’aime mettre en avant. On nous a trop souvent dit qu’elle n’allait pas au teint de notre visage, et je veux prouver le contraire.

 
Je l’ai créé avec l’aide de ma précieuse équipe : Grino, Norihana et Thibaut Glasser. Nous nous suivons depuis la maternelle. C’est une force pour ce projet. Il y a également Julien Bousquet qui a ajouté sa pâte ainsi que HYL. Il a co-écrit la majorité des textes, je l’admire.

Découvrez « Or Bleu » le projet de Prade :