Seemone en interview : « J’ai envie d’un album non formaté »

Seemone - © Asa Mader
Seemone - © Asa Mader

Projetée sur le devant de la scène grâce au concours ‘Destination Eurovison’, Seemone revient sur son expérience télévisuelle et évoque ses projets dans une interview à découvrir sur aficia ! 

Encore méconnue du grand public il y a quelques semaines, Seemone a touché le public en plein cœur à l’occasion du concours ‘Destination Eurovison’ grâce à une chanson particulièrement émouvante.

Intitulé « Tous les deux », son premier single met en exergue une voix suave et singulière qui devrait faire sensation dans les mois à venir… Nous nous sommes entretenus avec cette artiste unique qui se confie sur sa première scène mais aussi l’enregistrement de son premier disque.

Seemone… l’interview !

Quelques semaines après ‘Destination Eurovision’, est-ce que vous réalisez ce qui s’est passé ? Dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Est-ce que je réalise ? Oui. Je réalise que j’ai eu beaucoup de chance de participer à cette émission, que ça m’a vraiment permis de m’exposer à un public et je suis vraiment heureuse. Je pense que ça m’a vraiment conforté dans l’idée que je voulais faire de la musique, que c’est ce pourquoi j’ai envie de me lever tous les matins. Du coup, ça m’a donné énormément de force. Je suis vraiment très heureuse !

Pour une première sur scène, c’est une expérience absolument incroyable que de chanter devant des millions de téléspectateurs. Comment l’avez-vous abordé en amont ?

Ce n’est pas forcément évident de garder la tête froide lorsque l’on fait une émission comme ‘Destination Eurovision’

Je me suis préparée de telle manière à être seule le plus souvent possible avec mon équipe. Je me suis isolée parce que j’avais besoin d’être au calme, de travailler sereinement et de réaliser que le fait de chanter est un métier donc je n’avais pas envie de décevoir les gens avec qui je travaille mais aussi ma propre personne. J’avais besoin de beaucoup de concentration et de travail pour être la plus juste et la plus naturelle possible parce que mine de rien, ce n’est pas forcément évident de garder la tête froide lorsque l’on fait une émission comme ‘Destination Eurovision’.

Est-ce que ce n’était pas justement déstabilisant de conquérir aux côtés d’artistes déjà installés dans le paysage musical français à l’instar d’Emmanuel Moire et Chimène Badi ?

Ce n’était pas déstabilisant humainement parlant car ce sont des gens qui sont très abordables et adorables. Avec Emmanuel Moire, nous nous sommes très bien entendus et ça a de suite détendu l’atmosphère, il n’y avait pas d’ambiance de compétition. En tout cas, moi j’y allais vraiment dans une optique de faire ma première scène, de faire mes preuves et de montrer qui j’étais. Je n’attendais pas particulièrement un résultat. C’était évidement impressionnant de savoir qu’ils ont une super fan-base et qu’ils sont des artistes confirmés parce que je savais qu’ils réussiraient leurs prestations, ce n’est pas quelque chose de nouveau pour eux mais au niveau de la compétition, c’était des gens comme moi et c’est ce qui est bien dans le principe de l’émission. Nous sommes tous au même niveau.

Justement, aviez-vous déjà été abordé pour participer à d’autres télé-crochets ?

Oui, j’avais été abordée par la production de ‘The Voice’ deux années de suite mais je n’étais pas prête. Au niveau de mon travail, je n’étais pas encore assez sûre de moi, je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire et c’est surtout que je n’avais pas envie de me présenter au public avec une autre chanson. J’avais vraiment envie d’arriver avec ma voix, ce que je suis et évidemment mon univers musical. J’avais très peur que les gens s’attachent à ma voix et pas tant à ce que je suis. Chanter des reprises, ça ne me plaisait pas forcément. J’adore l’idée de faire des reprises, évidemment mais me présenter à travers ça me paraissait risqué et c’est pour ça que j’ai préféré ‘Destination Eurovision’ et le fait d’arriver avec ma propre composition musicale.

Comment qualifieriez-vous votre univers musical ?

Je dirais que mon univers musical est complètement de la chanson française et finalement assez simple avec de l’émotion, de la vulnérabilité et beaucoup d’amour.

Parlons de votre premier single « Tous les deux », un vibrant hommage à votre père. Est-ce plus évident pour vous de vous livrer et d’avouer des sentiments en musique ?


À travers l’art, je pense que c’est plus facile de parler de ce que l’on ressent

Oui, complètement ! C’est aussi pour ça que j’ai écrit cette chanson et qu’elle a de suite été sur ce thème-là. Quand on a des choses à dire, c’est pas forcément évident de parler de ce qu’on ressent. Je me suis rendue compte qu’à travers l’art et peu importe quelle forme d’art, je pense que c’est plus facile de parler de ce que l’on ressent. Donc forcément, ça a été plus évident pour moi de parler en chanson.

C’est un titre magnifique et bouleversant qui a remporté l’adhésion totale du jury international et du public mais ça pouvait aussi être un choix risqué de présenter une chanson de ce calibre au regard des chansons généralement colorées présentées au concours…

Complètement. J’étais totalement consciente que c’était un risque mais j’ai voulu le prendre parce que je suis fière de ma chanson, de ce que je défends et je pense que peu importe ce que l’on attend d’une chanson pour l’Eurovision, je peux comprendre que les gens aient envie de danser. Je pense que la France avait à faire son choix, il y a des gens qui préfèrent danser, d’autres qui veulent être touchés par des chansons, d’autres encore qui veulent les deux… Je suis arrivée avec une proposition et c’est exactement pour ça que j’ai aimé ce concours, c’est parce que je voulais voir ce que les gens et les jurés avaient envie de faire de ma chanson ! Si elle avait été choisie, c’est que les gens auraient préféré être représentés par une chanson peut-être plus touchante et plus calme cette année mais finalement, c’est pas ce que le public a voulu. Je n’ai aucun regret, je trouve ça formidable que nous ayons une chanson up-tempo avec un beau message pour représenter la France.

Visionnez le premier clip de Seemone :

J’ai lu à différentes reprises que l’on vous comparez déjà à la Adèle française, fait-elle partie des artistes qui vous inspire ?

Oui bien-sûr qu’elle fait partie des artistes qui m’inspire, après, me comparer à Adèle, c’est extrêmement flatteur ! Je suis très touchée mais en revanche je pense que j’ai encore beaucoup de boulot. On ne peut pas nous comparer, je pense que c’est vraiment physique. Les gens ont du voir que l’on a des traits en commun mais vocalement et dans le travail de la musique, dans la manière dont chacune a son univers, je pense qu’il vaut mieux pour moi que je m’identifie à personne et que j’essaie d’être ce que je suis. Mais je suis bien-sûr ravie que l’on dise ça de moi.

J’ai très envie de sortir de nouveaux titres et un album

Outre « Tous les deux », avez-vous déjà enregistré d’autres productions ?

Et bien écoutez, nous sommes en plein travail ! Avec toute cette euphorie, j’ai très envie de sortir de nouveaux titres et un album pour pouvoir continuer tout ça.

Poursuivez-vous la collaboration avec la même équipe de compositeurs, à savoir Fabrice Mantegna et Alexandre Mazarguil ?

Complètement, c’est avec la même équipe que je réalise mon album. On ne change pas une équipe qui gagne !

Avez-vous déjà une idée des thématiques que vous aimeriez aborder dans ce disque ?

Je pense que ça va être un album très personnel et j’ai envie de dire, toujours dans l’émotion. J’ai surtout envie qu’il ne soit pas formaté.

Après ‘Destination Eurovision’, avez-vous hâte de remonter sur scène, de partir à la rencontre du public ?

Oui, vraiment ! J’ai complètement hâte de retourner sur scène parce que c’était nouveau, hyper intense comme expérience mais en même temps très court finalement, le temps de deux primes. C’était génial ! Mais je n’ai pas encore été au contact du public parce qu’il ne faut pas oublier que dans ‘Destination Eurovision’, les gens étaient là pour applaudir plusieurs artistes donc ce n’était pas vraiment mon public. Je suis évidemment pressée de faire un petit concert, une scène où les gens viendront pour Seemone et je pense que ça va être encore plus fort.