Woodstower 2018 : un pur régal pour les 33.000 spectateurs !

Woodstower a clôturé une très belle saison de festivals. Retour sur des concerts qui ont rassemblé les générations et les amateurs de musique avec aficia…

Les abords du lac du Parc de Miribel-Jonage se sont transformés en véritable dancefloor pour 33.000 personnes à partir de jeudi 30 août à dimanche 2 septembre. Woodstower a été un rendez-vous parfait pour profiter des derniers jours avant la rentrée ! Un festival à taille humaine, composé de quatre scènes sur lesquelles se sont succédés têtes d’affiche et talents en devenir…

Un vendredi haut en couleur !

Alors que nous n’étions pas présents, les échos de la soirée de jeudi (Disiz la Peste, Cut Killer, NTM) nous faisaient espérer pour les suivantes. C’est donc remplis d’espoir et de motivation que nous sommes arrivés sur place vendredi soir. Après avoir fait le nécessaire pour pouvoir manger et boire, nous avons pris la direction de la scène principale pour découvrir le groupe lyonnais Da Break dont la musique mélange hip-hop, jazz, R’n’B, dancehall… Une mise en bouche locale plutôt réussie ! Les heures qui ont suivi ont été ponctuées d’allers-retours entre les différentes scènes pour assister aux performances du rappeur Cleim Haring, du phénomène Chaton et du duo R’n’B/électronique/pop prometteur Haute.

Da Break - Woodstower 2018 - © Marie Guillot Farneti

La seconde partie de la soirée a vu se produire les artistes plus attendus du jour. Avec leurs riffs de guitare et leur mélange des genres, les quatre garçons de MNNQNS ont illuminé la scène principale par leur spontanéité et leur style vestimentaire de dandy-chic. Ensuite, un passage par la scène Woodfloor nous a permis de profiter du set des garçons parisiano-marseillais de La Fine Equipe qui nous avaient déjà laissé un bon souvenir lors d’un live en 2015. Alors que le temps filait à une allure folle, nous avons décidé de nous accorder quelques minutes de douceur avec Charline Mignot qui nous vient de la Suisse et dont le nom de scène, Vendredi sur Mer, est rempli de poésie. Avant de retourner devant la scène principale, il fallait repasser par celle réservée aux artistes de musique urbaine pour pouvoir profiter du talent de Némir qu’on a déjà pu voir aux côtés de Deen Burbigo et Nekfeu.

Pour terminer cette soirée, nous avions rendez-vous avec l’un de nos chouchous en la personne de Petit Biscuit. Le jeune DJ s’est montré quelque peu timide dès qu’il prenait la parole, sûrement encore surpris de l’engouement du public vis-à-vis de ses productions. Ses plus gros tubes ont eu leur place dans un set complet et millimétré. Seul petit bémol : ne pas avoir entendu sa collaboration avec les frérots Bigflo & Oli

Petit Biscuit - Woodstower 2018 - © Marie Guillot Farneti

Samedi, on a voyagé…

Après avoir réalisé une interview de Naâman que vous pourrez bientôt retrouver sur aficia, nous avons pris la direction de la scène centrale pour assister au show de la Canadienne Mélissa Laveaux. Bien qu’elle nous vienne d’un pays froid, la chanteuse n’en oublie pas ses origines haïtiennes et la chaleur de la musique de là-bas. Des titres composés de sonorités ancestrales, d’hymnes vaudous et de fragments d’histoire teintés de blues et de folk qu’elle chante en anglais, français et créole haïtien… Un véritable voyage ! Les frontières ont été repoussées aussi durant le set du groupe de jazz Sons of Kemet sous le chapiteau. Empruntant à la musique de la Nouvelle-Orléans, à Londres, au Moyen-Orient et aux Caraïbes, les quatre garçons ont réussi à nous embarquer dans leur univers large et coloré.

La suite de la soirée a été un changement total d’ambiance avec le rap frais et décontracté de 47TER. Le délire des garçons ? Reprendre des prods bien connues de tous et poser leurs punchlines et leur flow dessus. Un régal ! Retour avec de la musique qui nous a fait voyager vers de nouveaux horizons et la chaleur avec le reggae de Naâman. Puis, c’est l’electro de Joris Delacroix qui a enflammé nos oreilles avec son electro influencée par les plus grands et ses derniers titres qui seront disponibles sur son prochain album.

Mélissa Laveaux - Woodstower 2018 - © Marie Guillot Farneti

Pour terminer notre soirée, nous avions rendez-vous avec un artiste que nous apprécions beaucoup en la personne de Fakear. Accompagné de ses musiciens et ses machines, le garçon s’est présenté sur la grande scène, faisant monter une ferveur impressionnante dans le public. Ses plus gros titres étaient présents dans une setlist plus que complète et laissant place à la nouveauté… Une belle réussite !

Fakear - Woodstower 2018 - © Marie Guillot Farneti

Galerie du Festival Woodstower 2018

Woodstower 2018 - © Marie Guillot Farneti

Afficher plus

À voir aussi...

Fermer
Fermer
Fermer