Katy Perry - Smile
Katy Perry - Smile

‘Smile’ : Katy Perry signe un disque original, dansant et parfaitement exécuté

Trois années après la parution de Witness, un dernier cru quelque peu boudé par le public, Katy Perry revient aux sources avec le plaisant Smile. Que retenir de ce projet ? Réponse avec aficia !

C’est ce vendredi 28 août que Katy Perry lève le voile sur Smile, un cinquième opus studio qui rompt enfin avec trois années d’absence sur disque. Avec Witness, l’artiste américaine avait enregistré des scores de vente bien en deçà des attentes et des précédents efforts. Mais il convient tout de même de relativiser puisque le disque s’est aujourd’hui écoulé à un million d’exemplaires dans le monde, dont plus de 50.000 en France, permettant à Katy Perry de décrocher une certification Disque d’Or au sein de l’Hexagone.

Après cet échec relatif, l’artiste a décidé de prendre le temps de travailler sur de nouvelles productions résolument pop-electro, dévoilant progressivement de nouveaux titres à l’image de “Never Really Over” ou “Harleys in Hawaii”. Confiant que ce n’était pas dans les moments les plus joyeux de sa vie qu’elle composait les hymnes les plus efficaces de sa carrière, Katy Perry signe avec Smile un album thérapie composé de 12 titres dans sa version standard, 14 dans l’édition deluxe.

Une succession de pistes motivantes

L’opus s’ouvre sur “Never Really Over”, un titre dévoilé au printemps 2019. Entêtant et moderne à souhait, le titre produit par le Disc-jockey Zedd a déjà fait ses preuves sur les ondes et aborde le cycle des relations amoureuses tumultueuses qui se répète sans cesse. Sur cette piste, l’artiste garde espoir d’un renouveau au sein de son couple après une douloureuse rupture. S’en suit le cinglant “Cry About It Later” qui donne d’emblée le ton d’un disque tourné vers l’espoir d’un jour meilleur. Délicieusement rock, la production est rehaussée par des solos de guitares électriques particulièrement plaisants qui soulignent merveilleusement bien la voix suave de l’artiste.

L’écoute du disque se poursuit par “Teary Eyes”, incontestablement l’un des tubes du projet. La piste gagne progressivement en intensité, débutant par un air planant et plutôt lent jusqu’à l’exultation de battements rétro et disco-dance à partir du premier refrain. Malgré les peines, Katy Perry continue de danser et s’adonne à transformer les émotions négatives en forces pour continuer d’avancer. Nul doute que nous danserons sur cette production chaloupée qui illuminera à coup sûr la saison automnale. Toujours dans cette même thématique de la résilience et de l’espoir, Katy Perry présente “Resilient” et “Daisies”. Avec “Resilient” qui marque une nouvelle collaboration avec les producteurs Stargate, 10 années après Teenage Dream, la chanteuse signe un hymne émouvant sur lequel sa voix est particulièrement mise en avant. Mais surtout, la piste profite d’une belle montée en puissance, soulignée par la tension de cordes. Le second titre cité était le premier extrait officiel du disque dévoilé au printemps. Sur une ballade mid-tempo organique, l’artiste évoque l’importance de croire en soi et de suivre ses rêves.

Un disque résolument pop moins politisé

“Not The End Of The World” est certainement l’une des nombreuses pistes qui mériterait une exploitation en tant que single. Aux influences plus urbaines, cette chanson permet à la chanteuse d’employer un ton plus grave, presque parlé sur des couplets percutants. Participant à l’écriture et à la composition de l’ensemble des titres du projet, Katy Perry promet ainsi un projet singulier et personnel. Ce titre est une mise au point bienvenue pour l’artiste qui invite tout un chacun à se battre pour vivre sa vie désirée. Plus légère, la piste éponyme “Smile” est l’occasion pour l’artiste de revenir sur ses échecs qui ont été bénéfiques dans la prise de conscience que la vie ne se résume pas qu’à travers le prisme du show-business. À la croisée entre sonorités jazz et pop, ce titre se révèle pêchu. Smile est un opus qui côtoie la lumière, empreint d’ondes positives. Katy Perry retrouve le sens premier de jouer de la musique en livrant des sons distrayants et plus légers que ne l’étaient ceux de Witness, porteurs de messages plus sombres et politisés après l’élection surprise de Donald Trump.

La thématique de l’amour occupe ainsi une place centrale dans ce disque et notamment sur les titres “Champagne Problems”, “Harleys in Hawaii” et “Only Love”. Sur la première citée, Katy Perry traite de l’intensité des relations amoureuses, consciente que la vie à deux est un défi mais que l’être aimé nous renvoie toujours la plus belle version de nous même lorsque la relation est sincère. Le message est sublimé par la frénésie de la basse qui apporte une touche funk à l’ensemble. Avec “Harleys in Hawaii”, l’artiste livre un mid-tempo savoureux qui rappelle la nostalgie laissée par la fin de la saison estivale. Aérienne, cette production coïncide avec l’état d’esprit d’une artiste épanouie. Ensuite, “Only Love” aborde un amour dans une acception plus large que celui du couple puisque Katy Perry souhaite oublier tous les sentiments de haine qui ont pu l’écarter de l’amour qu’elle porte pour ses proches.

Un retour en grande pompe

Katy Perry se révèle malicieuse sur “Tucked”, un hymne disco-dance d’une grande musicalité qui montre une énième fois dans ce disque la capacité de l’artiste à s’entourer de collaborateurs et compositeurs brillants. Dans le texte de la chanson, l’artiste fantasme une relation interdite qui se solderait par un échec mais l’imagination apparaît ici comme une possibilité d’assouvir des désirs cachés. Si le refrain se révèle répétitif, il renforce incontestablement le caractère entêtant du titre.

Le disque s’achève sur la merveilleuse ballade “What Makes A Woman”. En un petit peu plus de deux minutes, l’artiste se met à nu, scandant sans fioritures un hymne féministe et de sororité dans l’ère du temps. Enfin, la version deluxe est enrichie de “Small Talk”, un titre electro-pop rythmé co-signé avec Charlie Puth qui aborde les sentiments post-rupture ainsi que l’intense ballade “Never Worn White” dans laquelle la chanteuse évoque le mariage et l’engagement.

Découvrez Smile, le nouvel album de Katy Perry :

Katy Perry - Smile
Katy Perry - Smile
Verdict

Katy Perry devrait opérer un retour remarqué. Et quand bien même si ce n’est pas le cas, il semblerait que l’artiste ait trouvé un équilibre entre sa vie de femme, de mère et d’artiste, bien moins oppressée qu'auparavant par la quête effrénée aux tubes. Et cela, en partie grâce à Witness dont les ventes mitigées auront au moins permis à l’artiste de se faire à l’idée que les crises du disque touchent aussi les plus grandes stars internationales, à un moment donné délaissées au profit de nouveaux phénomènes.

Il en résulte donc un disque original, dansant et parfaitement exécuté, composé au cours de phases dépressives. Peut-être un petit peu court et générique, l'album oscille à merveille entre ballades et mid-tempo tantôt émouvants, tantôt puissants, et up-tempo disco-pop terriblement addictifs. La chanteuse a réussi le délicat pari de revenir aux sources, tout en poursuivant une jolie prise de maturité artistique et musicale. Comme une célébration de la vie, cet album renferme de nombreuses pépites à l'instar de “Teary Eyes”, “Not The End Of The World”, “Resilient”, “Champagne Problems”, “Smile” ou encore “Daisies” qui résonnent comme des mantras d’espoir et de persévérance, dans un monde pas toujours si rose.

4