Clip « Wońi » : Blick Bassy fait vibrer le cœur du Cameroun

Blick Bassy débarque aujourd’hui avec son nouvel album. Il l’accompagne du clip de « Wońi » à découvrir avec aficia.

Blick Bassy est un artiste complet : auteur, compositeur, guitariste, percussionniste, chanteur… Le camerounais est un artiste majeur de la scène musicale africaine.

Fort de trois albums à son actif, vous avez peut-être eu l’occasion de le découvrir en 2016 quand la marque à la pomme choisie l’un de ses titres pour accompagner le lancement de son nouvel iPhone. Une mise en avant internationale pour un artiste qui séduit au-delà des frontières.

Son aventure musicale continue cette année avec la publication de son nouvel effort aujourd’hui même. Cet opus c’est 1958, une simple année pour mettre en avant la vie de Ruben Um Nyobè, compagnon de lutte de Félix-Roland Moumié tombé sous les balles coloniales dans la forêt camerounaise en 1958…

Le colonialisme

Cet opus riche de 11 pistes, Blick Bassy a déjà eu l’occasion de le mettre en avant avec le clip grandiose venant habiller le titre « Ngwa » ou le chanteur incarnait l’esprit de Ruben Um Nyobè sous l’œil du réalisateur Tebogo Malope aka Tebza. C’est ensuite avec « Mpodol » dans une version enregistrée aux Studios Ferber qu’il continuait les présentations…

Aujourd’hui, jour de publication de l’album, c’est un autre pan de l’histoire du Cameroun que Blick Bassy souhaite mettre en avant avec le titre « Wońi » et le clip réalisé par Justice Mukheli qui l’accompagne. Une fois de plus, l’esthétisme est au rendez-vous. Blick Bassy nous embarquant à Soweto en Afrique du Sud pour nous conter l’histoire coloniale du Cameroun et la peur ancestrale qui l’accompagne. « Je voudrais ici parler du sentiment de peur qui a régné et qui règne toujours autour de notre histoire coloniale, qui a contribué à développer les clichés tribalistes, et qui aujourd’hui gangrène notre pays. C’est également à cause de cette peur que personne n’ose se lever pour manifester ou pour se battre pour nos libertés. Ma famille a grandi dans la peur, hommes, femmes et enfants vivent dans la peur, et pour exister, cette belle communauté se saoule à l’alcool, à la peur, déracinée, sous le regard abasourdi des ancêtres » explique à ce propos le chanteur que le public aura le loisir de retrouver en concert à La Cigale le 15 avril prochain.

Découvrez « Wońi », le nouveau clip de Blick Bassy :

Bouton retour en haut de la page
Fermer