Inuït Festival : pari tenu malgré les conditions météorologiques…

L’Inuït Festival a bel et bien été assuré malgré les conditions climatiques peu clémentes. Récit d’un festival qui ne s’est pas terminé comme prévu…

Ce week-end se tenait sur l’esplanade du J4, juste à côté du Mucem à Marseille, l’Inuït Festival. Un festival de musique électronique en extérieur avec une ambiance ‘station de ski’. Au programme : vin chaud, raclette, canon à neige et tout ce qu’il faut pour se sentir comme au chalet…

Car à Marseille en hiver, c’est un peu calme, il faut l’avouer. Alors pour sa deuxième édition, l’Inuït Festival a mis les petits plat dans les grands en invitant Mozambo, Paul Kalkbrenner, Tez Cadey ou encore Klingande qui était censé clôturer le festival samedi soir. La veille, le festival a accueilli plusieurs milliers de personnes sous un climat relativement sympathique (10° de température extérieure).

Nous avions fait le choix de venir le samedi soir afin de profiter des deux belles têtes d’affiches prévus. Des sourires, de la bonne musique, des animations originales et variées. Tout semblait parfait pour passer un bon moment, et pourtant…

Un festival qui tient toutes ses promesses

Il est 19h05 quand nous rentrons dans l’Inuït Festival. Nous sommes chouchoutés. On nous offre un stick à lèvres pour lutter contre ce petit mistral et le froid (approximativement 4°), des bonbons Haribo, des lunettes fun pour faire de belles photos. On nous offre un verre de vin chaud, car on bichonne toujours la presse ! Puis un deuxième… Nous avions prévus un Sam, sachez-le !

Avec un verre bien chaud à la main, on nous fait une visite des lieux. L’adorable chargée des relations presse nous présente le rodéo mécanique (où nous avons tenu pas plus de 30 secondes; la déception était immense), un jeu en bois puis un curling à taille humaine. C’est sans oublier un pool de hockey auquel nous n’avons pas eu le temps de nous frotter et qui était positionné au milieu de toutes les animations.

Des tonneaux brûlant de mini rondins de bois nous réchauffent dispersés un peu partout et des chauffes pieds sont disposés près du curling. On adore le concept ! Tout autour, de la restauration sous forme de food truck. Au menu : raclette, sandwich froid ou chaud, paninis, tartiflette, crêpes Nutella… On nous propose gracieusement des chamallow à faire griller aussi. Gourmands comme nous sommes, on ne résiste pas ! De quoi prendre quelques kilos. Mais heureusement, côté prog’, nous avons pris notre pied, avec des sons électro chill, parfois deep house comme on les aime, des remixes toujours plus planants l’un uns que les autres…

Inuit Festival 2019 - © Valentin Malfroy
Inuit Festival 2019 – © Valentin Malfroy

Les péripéties commencent…

Mais c’était sans compter sur la météo peu clémente… Dès 20H, nous nous sommes amassés tels des pingouins venus d’Antarctique sous l’un des rares abris disponibles, pendant parfois une vingtaine de minutes pour laisser passer la pluie. Les anoraks sont trempés, les mains tremblantes de froid. La pluie s’arrête, la pluie revient, toujours aussi froide. On plaint les organisateurs. Le monde continue pourtant de franchir l’entrée. On regrette de ne pas avoir enfilées nos combinaisons de skis et nos gants bien chauds, ni d’avoir pu profiter à fond de la musique et des jeux de lumières pourtant incroyables. Il est 23h30 quand l’organisation adresse un communiqué déclarant devoir annuler la suite des événements…

Et c’est bien dommage… Car en soit, tout était là. Ambiance, originalité, concept novateur, ludique et festif… On recommande 1000 fois l’Inuït Festival. En espérant le retrouver l’année prochaine, même heure, même date, avec cette fois, un ciel plus clair et clément…

Bouton retour en haut de la page
Fermer