Clip “You” : James Arthur et Travis Barker chantent la liberté

James Arthur - You ft. Travis Barker - Capture YouTube

Dans la dernière ligne droite avant la parution de troisième opus studio, James Arthur dévoile You, un nouvel extrait positif et fédérateur. Le clip est sur aficia.

Riche de deux albums à succès outre-Manche, le britannique James Arthur s’apprête à lever le voile sur le très attendu You. Annonçant les réjouissances d’un troisième disque en peaufinage en juin dernier, l’interprète de “Impossible » le présentera enfin dans son intégralité au grand public le 18 octobre. Nul doute, d’ailleurs, que l’artiste surprendra ses fans.

Alors que trois années se sont écoulées depuis la parution de Back From The Edge, James Arthur laissait pourtant présager un enchaînement plus rapide puisqu’il opérait un brillant retour en 2017 avec l’intense “Naked” Une chose est certaine, You est l’aboutissement de plusieurs années de travail, de remises en question lui conférant une extrême richesse musicale, entre soul, pop-electro et influences urbaines.

Contre les oppressions

Avec une tracklist généreusement agrémentée de 17 pistes qui s’annoncent moins introspectives, ce nouvel effort s’est déjà confronté à l’avis des fans à travers plusieurs singles tels que “Naked”, “Empty Space”, “Falling Like the Stars”, “Treehouse” et “Finally Feel Good”… Éclectiques à souhait, les extraits mentionnés qui n’ont en commun que la voix puissante et suave de l’artiste se révèlent tantôt entêtants, tantôt bouleversants.

Une semaine avant de lever le voile sur You, James Arthur mise désormais sur un nouvel single qui n’est autre que la piste éponyme. En ouverture du disque, “You” donne le ton d’un disque bavard et engagé. En effet, le chanteur prend la parole pour scander le droit à la liberté. En unissant sa voix à celle du rappeur Travis Barker, James Arthur livre un message fédérateur, incitant tout un chacun à se battre pour ses rêves, ses envies et tout simplement son épanouissement personnel.

Écoutez You, le nouveau single de James Arthur :