Hollydays : le rose et le noir avec ‘Hollywood Bizarre’

Hollydays propose son premier album au public : Hollywood Bizarre. Mais faut-il écouter cet opus ? Réponse avec aficia.

Hollydays c’est une alliance délicieuse entre Sébastien Delage et Élise Preys. Un duo qui fait ses débuts en 2014… De singles efficace en reprise détonante, le duo commence à se faire une place dans le paysage musicale français.

La confirmation aura lieu avec l’EP Les insatisfait en 2015. Une route qui les conduits aujourd’hui à la publication d’un premier opus après avoir rencontré sur le chemin Loïc Prigent, Antoine Patinet, Lilly Wood & The Prick, Jérémy Vissio, Antoine Gaillet, Pierre Lapointe…

Ombre et lumière

Pour Hollywood Bizarre, Hollydays fait confiance à Antoine Gaillet pour signer la réalisation, lui qui a déjà eu l’occasion de collaboré avec Julien Doré ou Fishbach, en autre. Il offre ainsi un écrin à la musique de Sébastien et Élise, parfois rejoint par Antoine Patinet et Nicolas Subréchinot, et aux mots de Pierre Lapointe, Keren Rose et le fidèle Antoine Patinet.

La tâche, avec 13 pistes, est de nous parler d’une civilisation moderne, porter un regard sur notre monde, nos vies. Un regard qui semble ne jamais se fixer, jouant de la joie et de la mélancolie, une dualité complexe, l’alliance du noir et du blanc, de l’ombre et de la lumière…

Danse mélancolique

De cet opus, Hollydays a déjà eu l’occasion de nous en montrer un large pan. La preuve avec les clips de « Léo », « L’odeur des joints », « On a déjà » ou encore « Hollywood Bizarre ». Et ils reflètent parfaitement l’identité de cet album : une oscillation permanente. Celle qui nous donne envie de danser, même si la mélancolie qui attrape au passage.

Car c’est là l’identité surprenante d’Hollydays. La force d’offrir des titres dansant avec des mots parfois sombres. Pareil pour le rythme, le style. Pas de codes ni de carcans pour le duo qui passe de la pop à l’electro au r’n’b sans complexe.

Hollydays nous parle de la peur de l’échec avec « Hollywood Bizarre », l’idée du bonheur à la saveur du passé avec « On a déjà », l’ivresse pour oublier avec « Une autre », la fumette avec « L’odeur des joints ». Un large spectre de nos vies, un regard sans fard sur nos existences avec souvent des mélodies en contradiction avec le sujet. Reste à compléter le tableau avec « Amor Amor » et la soumission amoureuse, « Le démon » qui mélange le ‘il’ en ‘je’ dans une schizophrénie addictive avant de conclure en beauté avec « Monsieur Papa », un titre sur le coming out en forme d’espoir et d’appel au vivre ensemble.

Découvrez Hollywood Bizarre, le premier albums d’Hollydays :

Hollydays - Hollywood Bizarre
L'AVIS DE LA RÉDAC'

C’est un très bel premier opus que nous offre Hollydays. Force des mots, sujets percutants, mélodies entêtantes… Un cocktail qui fait de Hollywood Bizarre un cru parfois acide, jouant sur les émotions, passant d’une couleur à l’autre, d’un genre à l’autre.

Hollydays s’inscrit dans le renouveau de la scène française. Il a le talent de surprendre, d’innover, de captiver. Hollywood Bizarre impose son style, celui d’une société parfois cruelle, d’un destin souvent tragique mais toujours avec une lueur d’espoir qui brille sous la porte qui se ferme. Livre à nous de savoir l’ouvrir pour faire briller, un peu plus, nos existences !

Note des lecteurs1 Note4.55
4
NOTE DE LA RÉDAC'
Afficher plus

Laisser un commentaire

Fermer
Fermer