Foray en interview : « J’explore et je mixe la pop, la chanson avec l’électro »

Foray s’apprête à dévoiler son premier album, Grand Turn Over. L’occasion pour aficia de partir à sa rencontre et de découvrir ce premier opus.

Foray nous avait déjà conquis avec « Mémorable », « L’amour s’en va » ou encore « Elle voudrait » . À l’époque le public le connaissait sous le nom de Nord. C’est donc avec un changement de nom, sans pour autant trahir son ADN artistique qu’il s’apprête à nous offrir son premier opus, le 25 mai prochain.

Grand Turn Over s’offre déjà au public à travers deux titres, deux clips. « Faut pas croire » et « Si tu ne dors pas » un dyptique  qui ouvre les portes de l’univers construit en collaboration avec Thierry Minot (Dim Sum, Dead Rock Machine…). Aussi, après nous avoir offert sa playlist, Foray nous dévoile la genèse de ce premier opus, histoire de nous mettre l’eau à la bouche.

L’interview…

Comment présenter Foray au public qui ne te connait pas encore ?

Cela fait déjà plusieurs années que j’écris mes chansons, le plus souvent je les joue à la guitare, je les chante le plus souvent en français, comme l’aurait fait George Brassens. En même temps, j’aime aussi la pop, des Beatles à Eels ou l’électro de Lcd Soundsystem ou Jon Hopkins. Foray est sans doute le fruit de ces influences. J’ai jusqu’ici vécu principalement en Normandie, ce qui a fait de moi une personne résistante à la pluie et à la dépression. J’ose y croire, en restant humble et attentif à la moindre perturbation.

Foray c’est la mue de Nord que nous avons connu avec « Elle voudrait ». Pourquoi ce changement de nom, cette nouvelle identité artistique ?

Le fait de m’appeler Nord et de commencer à être connu en tant que tel n’a pas été du goût d’une autre personne qui avait jadis le même nom de scène. Peu de temps après avoir signé chez Columbia, il m’a envoyé un avocat. J’ai décidé de changer pour FORAY afin de continuer à faire des chansons librement sans ce spectre derrière moi. À part ce nom, je n’ai pas changé, cela n’a ni influencé ma manière de vivre, ni d’écrire des chansons.

Foray arrive à nos oreilles avec « Si tu ne dors pas ». Une forme de mélancolie inscrite sur un fond de pop-electro. Tu annonces ainsi ton premier effort Grand Turn Over pour le 25 mai. Le public doit s’attendre à quoi avec cet opus ?

« Si tu ne dors pas » est la dernière chanson de l’album, c’est comme dans ‘Pulp Fiction’ ou ‘Fight Club’, on commence par la fin en se demandant pourquoi on en est arrivé là. Chaque chanson est une étape dans cet ensemble, le Grand Turn Over. J’y passe en revue les émotions, les sentiments qui le constitue, comme l’amour, la joie ou la mélancolie par exemple. Ces substances chimiques ne sont jamais constantes. J’apprends à jongler avec pour assurer mon maintien dans l’existence. Pour résumer, j’explore et je mixe la pop, la chanson avec l’électro, de manière parfois faussement légère, parfois bien plus sombre.

Découvrez « Si tu ne dors pas » de Foray :

 Qui se cache derrière Grand Turn Over, avec qui as-tu collaboré pour donner naissance à ce premier album ?

J’ai confié la réalisation de l’album à Thierry Minot (Dim Sum, Dead Rock Machine). Thierry est un des deux musiciens qui m’accompagnent sur scène depuis bientôt 3 ans. Il a une forte expérience en tant que musicien, arrangeur et producteur. Après le premier EP L’amour s’en va (2016), l’idée de faire l’album ensemble nous est alors apparue un soir de pleine lune. Nous avions commencé de nouvelles productions ensemble et le résultat me plaisait énormément. Nous partagions la même vision des choses, le même goût pour le sidechain (effet dans le traitement audio numérique ndlr) et les boissons spiritueuses. Thierry a su m’apporter la touche electro que je recherchais tout en gérant mes pulsions lorsque je convulsais bruyamment.

En quelques mots, comment donner l’envie au public de venir écouter cet album…

Si vous voulez percer les secrets du Grand Turn Over, si vous avez toujours rêvé de vous extraire de l’espace et du temps, où si vous voulez tout simplement passer un bon moment en découvrant mes chansons, venez me voir en concert. Je vous embrasse en attendant. Merci à vous.

Découvrez « Faut pas croire » de Foray :

Afficher plus

Laisser un commentaire

À voir aussi...

Fermer
Fermer
Fermer