Vincent Niclo en interview : « ‘Danse avec les stars’ m’a libéré, je me sens comme un homme libre »

Qui dit nouvel album dit passage obligatoire sur aficia pour Vincent Niclo qui nous raconte un peu la genèse de Tango mais aussi se livrer en confidences…

Quel succès pour Vincent Niclo ! Découvert avec l’album Opéra Rouge en collaboration avec Les Chœurs de l’Armée Rouge, le chemin tracé est depuis très long en publiant six albums en l’espace de six ans et ayant vendu plus d’un million de disques. Son dernier en date, 5.Ø écrit par son ami Pascal Obispo, est sorti à l’automne 2016. Deux ans se sont donc écoulées. Aujourd’hui, le chanteur revient avec Tango, un album diablement dansant qui fait du bien !

Comme pour la plupart de ses sorties, c’est une nouvelle fois à aficia que Vincent Niclo décide de se confier. Il évoque notamment les événements qui l’ont influencés pour la confection de Tango, la façon dont il l’a conçu et, forcément, de ses projets à venir…

Vicent Niclo, l’interview…

Deux ans se sont écoulés entre la parution de 5.Ø et Tango. C’est un timing suffisant pour à la fois ne pas trop faire attendre ses fans et produire un album à la hauteur ?

Je dirais même que c’est beaucoup de temps puisque depuis que j’ai démarré avec l’Opéra Rouge en 2012, j’ai fait un album par an. Mais là, ce qu’il s’est passé c’est que suite à l’album 5.Ø, j’ai entamé une grande tournée et après j’ai travaillé un peu à l’international et ça m’a pris énormément de temps. J’ai également sorti un album en Angleterre, j’en ai fait la promotion et j’ai une émission à la BBC 2 en tant qu’animateur. Ça m’a pris beaucoup de temps également mais en même temps j’aime être systématiquement à fond. C’est très agréable. Du coup, ça fait deux ans que je rumine Tango. Je suis hyper content de pouvoir le dévoiler !

Sur la pochette de ton précédent album, on te retrouvait torse nu, proposant un projet beaucoup plus personnel que les précédents. Cette fois, on te retrouve en col roulé, comme si tu voulais montré que tu étais naturel…

Effectivement, je suis en col roulé avec un pantalon noir et pied nu. C’est ma styliste qui m’a donné ce joli col roulé en me disant : « Je trouve que ça t’irait bien » alors que je n’avais même pas enfilé encore mes chaussures, et c’est devenu la couverture de l’album ! Je trouve que la couverte est super moderne et que c’est beaucoup plus décontracté par rapport à tout ce que j’ai pu faire.

Pour la première fois, tu rends hommage au tango. Avais-tu l’intention de surprendre ?

Ma volonté n’est jamais de surprendre, juste de faire selon mes envies, mon instinct. J’avais dans la tête, depuis longtemps, de faire un album aux sonorités latines. D’autant que j’adore chanter en espagnol. Mais c’est vrai que depuis que j’ai fait ‘Danse avec les Stars’, on m’a dit que j’avais une attitude de tango et de Paso Doble. Je me suis dit qu’il fallait que je m’y mette. Et je ne regrette pas parce qu’il y a un vrai mélange de grands standards du tango. Tu sais que le tango c’est quelque chose de très actuel finalement. Si l’on regarde bien, c’est vrai que ce sont des grands classiques d’avant. Gotan Project a fait un projet basé sur le tango et cela a cartonné dans le monde entier. Tous les grands chanteurs français ont fait du tango : Barbara, Renaud, Léo Ferré… Même si tu écoutes le dernier tube d’Hoshi (il parle de « Femme à la mer », ndlr), le refrain c’est du tango ! En fait, c’est hyper branché !

On est habitué à ce que tu ne te cantonnes pas qu’à un seul registre… mais tu arrives toujours à te surpasser j’ai l’impression…

Ça, on me le dit depuis mes débuts ! J’ai la chance de ne pas être justement fermé dans une case et d’être un chanteur libre, ce qui n’est pas donné à tout le monde honnêtement. Ce qui me permets d’aller dans différents registres. J’ai pu faire de l’opéra avec ‘L’opéra Rouge’, de l’opérette avec ‘Luis’, plus pop avec Obispo sur ‘5.Ø’ et là tu latino avec ‘Tango’.

C’est rare les artistes aussi polyvalent que toi…

C’est surtout que je suis en soif artistique, j’ai toujours envie de chercher de nouvelles sensations et de prendre des risques à chaque fois.

Mêler le lyrisme au tango, c’était chose aisée ?

Bien sûr que non. Je me suis entouré des Skydancers (Amir, Frero Delavega…) qui est un groupe électro. Il se situe dans un registre au départ très underground. Il a fait pas mal de tubes ces derniers temps. Sur le papier, ce n’était pas gagné qu’ils travaillent avec moi. Finalement, ils ont fait tout l’album ! J’ai réussi à mélanger ma voix parfois pop, parfois lyrique dans les titres et ça s’est super bien passé !

Découvrez « El Fuego del Amor » de Vincent Niclo : 

Tu proposes un album résolument pop, un peu plus relevé qu’à l’accoutumé. C’était le but recherché ?

J’avais envie de faire un album un peu dansant. Car c’est vrai que moi je danse même en TV maintenant ! ‘Danse avec les stars’ m’a vraiment libéré. J’ai commencé à le faire sur scène et maintenant je le fais même en TV. C’est fou ! J’ai un chouette tableau avec des danseuses… Je prends vraiment mon pied. C’est vraiment ce que j’avais envie de faire. C’est sympa de faire un album qui danse, qui bouge.

Il y a une citation argentine qui dit que « Le tango est une pensée triste qui se danse » (d’Ernesto Sabato). Quand on écoute ce disque, on a l’impression qu’au contraire, ton côté toréador et charmeur ressortent davantage et que tu prends énormément de plaisir, c’est vrai ?

Évidemment. Mais il faut savoir que le tango c’est la passion, c’est l’amour sous toutes ses facettes. Ça peut aller de la passion amoureuse, qui est génial, à se transformer en haine, en tristesse. C’est ça le tango. À la fois sensuel, ce côté nostalgique et ce côté très dansant.

Tu proposes finalement un album très éclectique, avec des inédits interprétés en français, d’autres intégralement chantés en espagnol et des reprises comme « Quizas Quizas Quizas ». Qu’est-ce qui a influencé tes choix de reprises ?

En fait, j’ai choisi des grands standards du tango. Quand j’ai pensé que je leur avais amené quelque chose de nouveau, insufflé quelque chose d’actuel et de personnel, alors j’ai gardé ces chansons. Si je n’y arrivai pas, je passais à une autre. C’est surtout là-dessus que je me suis arrêté en fait. Si je faisais une reprise pour une reprise, ce n’est pas intéressant. Concernant les inédits, j’ai travaillé avec des équipes très actuelles, dont celles de Claudio Capéo, avec Slimane ou Obispo. J’ai même composé moi-même une chanson, que j’ai écrite. J’avais envie de me rapprocher au maximum de ce que j’aime. D’ailleurs, tout le monde pense que « Mi Amor » est une reprise alors que c’est un inédit. Et c’est là que j’ai réussi ! Si on commence à me dire que mes inédits sont des reprises, c’est cool quoi ! Challenge relevé !

Découvrez « Mi Amor (Libertango) » de Vincent Niclo : 

Est-il prévu que ton nouvel album Tango sorte à l’étranger ou du moins dans les pays où le tango est très populaire ?

Justement, on est en train d’en parler. Car je compte tourner pas mal à l’international, notamment avec la BBC que j’anime. Ce serait vraiment beau. Je suis en premier single de l’album international de Sarah Brightman avec « Sogni ». C’est vraiment une star ! Elle m’emmène en tournée avec elle dans le monde entier. Là je vais tourner son spectacle en Allemagne qui sera diffusé sur les chaînes américaines, japonaises et chinoises donc ça va m’ouvrir de belles portes. On est en pourparlers avec l’Angleterre ou encore le Canada également.

Quand on écrit un album comme celui-ci, on pense forcément à la tournée… Y en aura t-il une ? On s’attend à ce que tu danses forcément un tango argentin par exemple.

Disons que je sors tout juste d’une tournée en décembre dernier. J’ai quand même sorti six albums en six ans, j’ai fait trois tournées. Je me dis qu’à un moment donné, il faut que je me calme un peu. Certes, ça marche, mais j’aimerais pas non plus tirer le bouchon trop loin. En fait, c’est le public qui va décider s’il y a vraiment utilité à refaire une tournée. Si je vois qu’il y a une énorme demande compte tenu des ventes de l’album, peut-être que nous envisagerons de repartir en tournée, parce que j’adore ça au fond de moi ! Mais en tout, c’est sûr que si je fais une tournée il y aura un gros show derrière car tout s’y prête en fait ! Ce projet est fort musicalement mais aussi visuellement. C’est en réflexion !

D’autres projets t’attendent pour 2019 ?

Pas mal de choses arrivent ! Mais je ne peux malheureusement pas en parler. Ce sont des choses qui me surprennent à chaque fois, qui me dépassent un peu, mais c’est génial. Pour l’instant, je suis sur une vague qui ne s’arrête pas, donc j’en profite et je me dis que tout peut arriver… On m’a proposé de jouer dans un film cet été, et je n’ai pas pu le faire car je n’ai déjà pas assez de temps. Être animateur radio me prends déjà beaucoup de temps et ça me laisse logiquement moins de temps sur mes musiques. Je préfère me consacrer à la musique et essayer de faire tout ce qu’on me demande de faire !

Afficher plus

Laisser un commentaire

Fermer
Fermer