The Magicians - © SyFy
The Magicians - © SyFy

Sérievore S.2 E.3 : ‘The Magicians’ avec Bebe Rexha, Major Lazer, Ed Sheeeran…

Chaque semaine aficia se penche sur l’univers musical d’une série… Cette semaine c’est ‘The Magicians’ qui est à l’affiche !

Une série c’est une histoire… Il y a les séries culte, celles tendances, celles qui passent par la case ‘binge-watching’. C’est également un univers musical qui fait la part belle aux artistes confirmés mais aussi à la découverte, aux artistes émergents.

Pour notre deuxième saison, après ‘Elite’ et ‘The Umbrella Academy’, on s’offre un peu de magie avec ‘The Magicians’. Une série qui peut se voir, pour les références, comme un croisement entre ‘Harry Potter’ et ‘Le Monde de Narnia’. Lancée en décembre 2015 sur la chaîne Syfy, ‘The Magicians’, adaptation de la trilogie de Lev Grossman, a su s’imposer aux yeux du public. Un pari qui pouvait paraître risqué au départ dans un genre pas toujours évident… Celui de la Fantasy et des univers fantastiques. L’auteur des romans déclarait lui-même en 2011 : « je ne pensait pas que le matériel source serait propice à une adaptation ».

Pourtant grâce au travail de l’auteur Sera Gamble (‘Supernatural’, ‘You’) et du producteur et scénariste John McNamara, ‘The Magicians’ s’avère, avec ses moyens, une vraie réussite. Renouvelée chaque année, la série en est à sa quatrième saison et s’est même vue commander une cinquième alors que la précédente n’était pas encore diffusée.

The Magicians - © SyFy

The Magicians

Quentin Coldwater (Jason Ralph) est un jeune adulte plutôt asocial, timide, complexé, traumatisé et qui a effectué plusieurs séjours en univers psychiatrique. Ayant du mal à s’ancrer dans la réalité, Quentin s’en échappe en se plongeant dans la lecture des romans Fillory (des œuvres littéraires parlant d’un univers où règne la magie) et n’a qu’une seule amie nommée Julia (Stella Maeve). Croyant en la magie, il veut croire que celle-ci existe et qu’il en possède lui-même. Belle illusion jusqu’au jour où il est invité, en compagnie de Julia, à Brakebills, une université au cœur de New-York, dissimulée au reste du monde par une barrière magique invisible, qui a pour but de former de futurs magiciens.

Une série adulte et assumée

Quentin découvre alors que la magie est bien réelle, mais aussi que l’univers féérique de Fillory existe bel et bien et que l’on peut y accéder grâce à un passage à travers une horloge magique. Il y fait la rencontre d’Alice (Olivia Taylor Dudley), Eliot (Hale Appleman), Margo (Summer Bishil) et Penny (Arjun Gupta), des élèves aussi marginaux que lui, qui deviendront ses amis et ses compagnons d’aventure.

De son côté Julia est recalée, mais étrangement garde le souvenir de cette expérience, alors que sa mémoire avait été effacée. Elle décide donc de trouver sa propre magie et s’engage alors sur un chemin, une quête de magie beaucoup plus dangereuse et obscure qui lui vaudra bien des dangers et des mésaventures aussi traumatisantes que douloureuses.

‘The Magicians’ trouve son succès à travers son originalité et se révèle une série beaucoup plus adulte et ancrée dans une réalité contemporaine à travers les aspects, les angles et les sujets abordés : l’addiction (sexe, alcool, drogue), la sexualité, la maladie, le deuil, le viol… Mais la série se démarque aussi par sa liberté et triture, malaxe, dépasse et explose les codes du genre. Atypique, crue, complètement barré à l’occasion, ‘The Magicians’ ose, se permet toutes les libertés, franchit les lignes et les barrières sans jamais se perdre ou se ridiculiser.

Inattendue et séduisante

Côté musique ‘The Magicians’ nous surprend et nous emmène aussi là où l’on ne s’attendait peut-être pas forcément pour ce genre de thème. La bande son nous offre quelques standards comme « No Broken Hearts » de Bebe Rexha et Nicki Minaj, « I See Fire » d’Ed Sheeran ou encore « Powerfull » de Major Lazer avec Ellie Goulding et Tarrus Riley. Mais elle s’aventure aussi vers d’autres horizons…

Elle nous emmène en immersion dans la k-pop avec « I Am The Best » du groupe 2NE1, nous donne une bonne dose de rock psychédélique avec « Time To Pretend » des américains de MGMT ou encore nous envoûte à l’electro suave de « Black Out Days » du duo américain Phantogram. Elle imprime aussi son originalité en mettant en avant « Hundred Miles » du groupe electro espagnol Yall, qui a cartonné en Europe, l’univers pop rock séduisant de Zella Day avec « Hypnotic » ou encore le remix du titre « Tongues » de Joywave par Giorgio Moroder. On s’offre même une petite note de nostalgie avec « Dance Hall Days », sorti en 1984, du groupe britannique de new wave Wang Chung.

À l’image de la série, l’ambiance musicale s’offre ses libertés, s’aventure, voyage à travers les univers musicaux pour mieux séduire. Il y a bien évidemment beaucoup d’autres pépites à découvrir à travers la bande son de ‘The Magicians’ mais cette petite sélection paraît d’ores et déjà bien alléchante. Alors croyons à la magie et surtout au plaisir d’écoute.

Découvrez l’épisode 3 de notre seconde saison de ‘Sérievore’ by aficia :