Anne Sila - © Boby
Anne Sila - © Boby

Anne Sila en interview : « Je voulais faire un album résolument pop, je l’ai fait ! »

Son nouvel album Fruit défendu sort tout juste. Anne Sila passe un cap qu’elle a souhaité nous expliquer longuement au cours d’un entretien à lire sur aficia.

Que de chemin parcouru ! Après l’aventure ‘The Voice’, où elle a dû s’incliner face à Lilian Renaud, puis la comédie musicale ‘Jésus’ porté par Pascal Obispo, Anne Sila revient avec un deuxième album. Changement de registre pour celle qui s’est fait révéler avec de la chanson française et du jazz. Ça dépote davantage avec Fruit défendu, un album résolument pop et moderne, déjà porté par les singles « Plus fort » et « Il est tard« , qu’elle a eu à cœur de nous présenter au cours d’une interview…

Une interview où elle est forcément revenue sur ses débuts compliqués mais qu’elle ne regrette (presque) pas. De cette envie soudaine de faire de la pop et surtout sa folle envie de passer un cap avec ce nouvel album. Une interview sans tabou, sans faux-semblants…

Anne Sila : l’interview…

Que le chemin est long depuis tes débuts. Cela a été compliqué pour toi de te faire reconnaître ?

Oui, oui ! J’ai surtout eu la chance d’être médiatisée par le biais de ‘The Voice’. C’est ça qui aide à faire le lien avec le public. Il y a tellement d’artistes, de styles et de propositions qui sont faites aujourd’hui, que c’est vrai que c’est difficile d’accéder au public de manière directe. Le fait d’avoir une émission comme ça, qui te fait chanter devant des millions de personnes, c’est une opportunité immense d’être révélée.

Alors oui, tu as eu des petits rôles au sein de groupes et tu as parcouru quelques festivals en solo… mais j’imagine que tu ne regrettes pas avec ce qui t’es arrivé depuis ? 

Oh si, il y a plein de choses que j’ai pu faire et que je regrette. Il ne faut pas croire que tout est beau et tout est facile dans ce milieu-là. Je suis très contente de voir où j’en suis aujourd’hui. Chaque expérience m’a donnée quelque chose et je renie en aucun cas les groupes dans lesquels j’étais avant. Il y a fallu commencer par la petite porte comme on dit… 

Aujourd’hui, c’est déjà un deuxième album qui arrive, qui n’a rien à avoir avec le premier…

Je pense que je voulais quelque chose de plus uniforme. Je l’ai fait sur un laps de temps beaucoup plus court. Je pense que le premier était vraiment l’album qui me représentait dix ans avant. Alors que celui-ci, il s’est fait sur les trois dernières années. J’avais en tête que j’allais faire un deuxième album donc c’était plus uniforme.

Anne Sila - © Boby
Anne Sila – © Boby

Que retrouve-t-on sur ce nouveau disque ?

Il n’y a que des chansons en français. On a gardé le même son. J’ai co-réalisé l’album avec Rhys B. Downing. Il y a une vraie ligne directrice au niveau du son car on a tout fait ensemble. Donc forcément au niveau des chansons, elles sont arrangées d’une certaine façon, bien mieux que celles extraites de mon premier album, qui, finalement, étaient un peu une sorte de pot pourri de tout ce que j’avais fait avant. 

On va pas se mentir, notre objectif est d’abord de vendre des disques !

T’es-tu inspirée d’artistes contemporains pour ce nouvel album pop ?

Je n’écoute pas du tout ce qui sort actuellement, car je n’ai ni radio, ni télévision. J’écoute des podcasts oui. J’entends les chansons qui passent en ce moment mais c’est vrai que j’ai ma vision des choses. J’ai réalisé cet album avec un co-producteur qui avait une idée bien différente de la mienne au départ, donc cela nous a permis d’arriver où nous en sommes ! Mais pour revenir à ta question, je pense que par conséquent, les influences de cet album sont clairement anglophones, compte tenu de ses origines. De la pop anglaise à fond !

Lors de la présentation de ton single “Plus fort”, tu le présentais comme quelque chose qui ne ressemble pas à la « moi d’avant » mais à une représentation d’Anne Sila d’aujourd’hui. Pourquoi ?

Oui, c’est vrai que le temps est passé et je voulais vraiment faire de la pop. Donc j’ai pris le parti pris de faire un album pop, complètement différent. Je ne voulais pas faire un mixte de tout, malgré que c’est peut-être ce que je referais parce que c’est ce que j’aime. Je tente des choses, on essaye !

(Re)découvrez le single « Plus fort » d’Anne Sila :

Tu disais aussi : “Il y a surtout l’espoir et la décision de foncer droit dans la peur et de la défier pour avancer en oubliant les obstacles”. C’est ta vision de la musique ?

J’ai l’impression qu’aujourd’hui, c’est ça la musique, et même l’art au sens large. On essaye de mettre nos tripes sur la table et seulement après, cela appartient aux gens. C’est pour cela qu’on utilise l’expression “comme un bébé”. Notre musique nous appartient le temps d’un instant avant d’appartenir au public dans un second temps. Chacun va écouter l’album de façon différente. Chacun aura ses chansons préférées. C’est marrant comment chacun perçoit un album en fait.

J’ai l’impression qu’il y a clairement un avant et un après depuis ton album publié en 2016. Comment expliques-tu cette évolution musicale ?

Oui clairement ! Entre temps, il y a aussi eu la comédie musicale ‘Jésus’, l’aventure ‘Roi Lion 2’ que j’ai pu rejoindre aussi… J’ai toujours aimé cette musique-là. J’ai tout simplement eu davantage l’occasion de le faire parce que je suis dans une industrie où il y a davantage de pop que de jazz. C’est vrai que j’ai l’occasion donc j’en profite généralement. C’est ce qu’il s’est passé dans ‘The Voice’ et pour le ‘Roi Lion 2′. En général, quand j’ai une occasion et qu’on me propose, je l’a saisie, surtout quand ce sont de belles occasions comme cela. C’est avec plaisir !

Ce que je comprends, c’est que tu as envie de passer à l’étape supérieure avec cet album ? 

On n’a tous envie de ça, car l’objectif premier est de vendre des albums, on va pas se mentir. Après, j’aimerais malgré tout garder ma dignité, mais bien sûr que c’est ça le but. Le but est de faire entendre sa musique au plus grand nombre, donc bien évidemment que les radios et les télévisions c’est important. On ne peut pas dire le contraire. 

Tu as été déçu de l’accueil qu’a pu avoir le premier single “Plus fort” ?

Non, je ne suis pas déçue, car j’ai compris pourquoi il n’avait peut-être pas fonctionné. Pour les gens, cela a pu paraître bizarre car je suis passée du tout au tout. Je pense que c’est pour cela qu’il n’y a pas eu cette explosion radio. La chanson qui me représente le plus aujourd’hui, c’est “Il est tard”. Elle vient de sortir et je suis très heureuse de la dévoiler au grand public.

Découvrez le nouveau single d’Anne Sila, « Il est tard » :

Ce que tu dis à demi-mots, c’est que tu as peut-être manqué de faire une sorte de transition entre ce que tu faisais avant et ce que tu proposes maintenant ?

Je ne sais pas vraiment… On était content de l’accueil de “Plus fort”. Mais dans la musique c’est comme ça… Aujourd’hui, un artiste mettra beaucoup de temps à s’imposer. C’est le processus qui veut ça. Ce n’est pas un échec dans tous les cas.

Anne Sila - DR

Je reviens à ton album. Dans beaucoup de tes titres, le thème principal reste l’amour. On te retrouve à la fois coquine, un peu peste et tentatrice… Je pense notamment au titre “1, 2, 3”… C’est aussi ça la nouvelle Anne Sila ?

C’est vrai que dans cet album, je rigole beaucoup de moi en réalité. Autant, il peut y avoir des chansons très dures et très tristes mais j’aime bien aussi rigoler un peu. On a tendance à se noyer dans un verre d’eau aujourd’hui. C’est plus de l’ironie qu’autre chose car c’est comme ça que je suis aussi dans la vie !

Tu es une artiste complète : auteure, compositrice, interprète, comédienne, doublage pour dessins animés … Quel est le rêve que tu n’as pas encore réalisé ?

Je ne sais pas.. J’avais beaucoup envie d’écrire de la musique de films. J’avais eu un diplôme de musiques de films d’animations, il y a longtemps, et c’est un de mes rêves je crois aujourd’hui. Ça peut être l’un de mes objectifs pour 2020 ! (Sourire)

Quand on a une voix unique comme la tienne, est-ce qu’on est amené à avoir des propositions artistiques totalement loufoques, ou dingue ?

Ça m’arrive. Je n’ai pas d’exemples précis en tête, mais je passe du tout au tout, c’est vrai. J’ai fait le ‘Roi Lion’, j’ai fait un album pop, ensuite je peux faire de la chanson française. Je suis ouverte à tout parce que j’aime beaucoup de choses.

Anne Sila - © Boby
Anne Sila – © Boby